Made in Bangladesh : reportage photo de Jules Toulet

La fièvre du textile et du prêt-à-porter a envahi le Bangladesh, ce pays de 160 millions d’habitants. Depuis quelques années, des ateliers de couture, loin des standards occidentaux, voient le jour. Ici, pas de main d’oeuvre féminine, les machines ne sont loin d’être alignées au centimètre et il y a ni salaire horaire, ni contremaître. Photo reportage de Jules Toulet.

Made in Bangladesh : reportage photo de Jules Toulet

Jules Toulet, après son reportage sur l’impact du changement climatique au Bangladesh, nous fait découvrir, en images, les conditions de vie de ceux qui produisent les vêtements dont beaucoup d’entre nous sont vêtus en Occident : manque de sécurité, d’hygiène, travail des enfants…

Jules Toulet

Jules est né en 1988 à Beauvais. Il étudie d’abord l’architecture d’intérieur à Saint-Luc à Bruxelles, puis se prend de passion pour la photographie en 2008 lors d’un séjour en Inde et au Népal. De retour chez lui, il approfondit ses connaissances dans le domaine de la photographie argentique noir et blanc à l’académie des beaux-arts d’Ixelles. Il entreprend son premier reportage en Espagne sur la situation des immigrés ouest-africains en 2010.

Il s’engage ensuite dans un cursus en photographie à l’école Agnès Varda. Il co-fonde dans le même temps les projets « Clichés 2 Quartiers » en 2011 puis « Contre-clichés » en 2012, ateliers qui visent à sensibiliser les enfants à la photographie.

Il travaille aujourd’hui dans un laboratoire photo à Bruxelles, tout en continuant à s’investir dans son travail personnel axé sur le documentaire.

Son travail peut être vu sur son site : http://julestoulet.com

Dans les derniers étages des buildings de Old Dhaka, le centre historique de la capitale du pays, les tailleurs travaillent, dorment et mangent dans un même espace. Payés à la pièce réalisée, assidus et parfois passionnés, ils ont pour la plupart quitté leurs villages et leurs familles pour s’installer dans ces ateliers vétustes et étouffants : leur nouveau foyer pour plusieurs années.

Bangabandhu avenue dans le vieux Dakha, royaume du sur-mesure © Jules Toulet

Bangabandhu avenue dans le vieux Dakha, royaume du sur-mesure © Jules Toulet

Le commerce de vêtements fait partie des activités qui maintiennent Old Dhaka éveillée tard dans la nuit. Bangabandhu Avenue est réputée pour sa production de costumes sur mesure de très bonne qualité. Les tailleurs spécialisés dans leur confection oeuvrent jour et nuit au dernier étage du bâtiment principal : ils sont payés à la pièce. Les conditions de travail sont difficiles pour les travailleurs, qui souffrent notamment de la chaleur : lorsque le thermomètre frôle les 35°C, ce qui est fréquent à Dhaka, la température atteint 42°C dans les ateliers.

Lire page suivante  : Les ateliers de confection