Les AMAP poisson : une bouée de sauvetage pour les pêcheurs ?

Devant la crise aiguë qui secoue le secteur de la pêche depuis des lustres, certains professionnels de la mer ont décidé de réagir sous peine de devoir définitivement baisser pavillon.

Un secteur de la pêche dans la tempête

Le secteur de la pêche a pour spécificité insigne de voir les ressources halieutiques se tarir alors que les revenus des pêcheurs stagnent.

Les pêcheurs subissent en effet de nombreuses difficultés :

  • Une augmentation du prix du pétrole.
  • Une obligation d’aller toujours plus loin afin de trouver le banc de poissons adéquat.
  • Une concurrence de plus en plus accrue de la part des pays émergents
  • Une pression toujours plus forte des grandes surfaces sur les prix.

Certains pêcheurs ont décidé de prendre leur destin en main, en ayant assez de voir de plus en plus de bateaux rouiller dans les ports ou de devoir demander toujours plus de subventions pour survivre.

Le système des AMAP, actuellement florissant pour ce qui est des produits de la terre, connait ainsi actuellement une adaptation pour ce qui est des produits de la mer.

Le système des AMAP consiste à supprimer les intermédiaires entre le producteur et les consommateurs : les producteurs vendent directement à leurs clients à des prix pour le moins avantageux.

Vers une pêche plus durable

En retour, le consommateur s’abonne à un panier que lui fournit le producteur périodiquement. Ce partenariat permet de nouer des liens entre le producteur et ses clients. Les pêcheurs vont par conséquent à la rencontre des adhérents de l’Amap afin d’expliquer concrètement les enjeux et les difficultés auxquelles ils doivent faire face jour après jour.

Une autre vertu de ce système est que certains pêcheurs s’engagent par une charte à ne prélever que des espèces de poissons non menacées d’extinction. Cela induit d’assurer par ce biais une pêche plus durable.

Les clients bénéficient de produits de première fraîcheur et pêchés à proximité. Cela permet d’éviter que des intermédiaires ne s’engraissent sur le dos des pêcheurs.

Une remise en cause du secteur halieutique

En outre, la proximité permet de réduire à néant les coûts de transport. Il faut effectivement savoir que beaucoup de poissons sont transportés depuis des contrées lointaines par camions ou avion. Cela limite également les frais de conservation ou congélation.

L’un des principaux bénéfices est également un maintien de la pêche de proximité. Cet aspect « aménagement du territoire » devrait également pousser les pouvoirs publics à encourager ces initiatives locales.

Néanmoins, certains vents contraires empêchent réellement cette nouvelle pratique de se développer et permettre à de nombreux pêcheurs de se remettre à flot. Le conservatisme est effectivement très fort dans le secteur de la pêche et certains mareyeurs font obstacle à certaines AMAP.

La concurrence est en effet rude dans le secteur du commerce halieutique entre la toute-puissance des grandes surfaces et les poissonneries.

Les AMAP pourraient venir troubler un système mortifère et hyper productiviste qui étrangle toujours davantage ceux qui sont à la base de cette activité : les pêcheurs.


On a organisé une “amap” poisson !
envoyé par onpassealacte. – Plus de vidéos de blogueurs.

Sur la pêche :

Sur les AMAP :