Comment bien choisir son huile d’olive ?

Comment bien choisir son huile d'olive ?

On a vu que le marché de l’huile d’olive n’est pas très fiable et qu’il vaut mieux ne pas acheter son huile les yeux fermés. Voici un recueil de conseils pratiques pour bien choisir son huile d’olive selon les préférences de chacun et bien la conserver.

Comment reconnaître une huile d’olive de qualité

Comme pour le vin ou les cigares par exemple, les prix de l’huile d’olive varient très fortement : de 3 € à 60 € la bouteille. Faut-il alors se fier au prix ?

Non, car le prix n’est pas toujours un gage de qualité. c’est plutôt un critère de rareté. Il faut se méfier des huiles d’olives extra-vierges vendues à prix dérisoire. Alors comment éviter d’acheter de l’huile mélangée, de basse qualité ou pire, de la fausse huile d’olive extra-vierge au contenu douteux ?

C’est quoi une huile d’olive frauduleuse ?

C’est une huile qui n’affiche pas clairement l’origine de ses olives et sa région d’origine pour masquer un mélange de différentes huiles d’olive ou pire, de produits qui n’en sont pas.

cirage-huile-olive-cire

Huile d’olive : comment s’y retrouver ?

Difficile de se fier à son oeil

Ne croyez pas qu’il est facile de distinguer facilement une huile non trafiquée d’une huile trafiquée, à l’oeil ou même à l’odorat. Pour être sûr, il faut tester les huiles en laboratoire en calculant le taux d’acide oléique dans l’huile.

Les caractéristiques d’une huile dénotent son origine : on peut théoriquement se fier au goût mais il faut être un spécialiste et puis, en magasin comment faire ?

Une huile d’olive du sud de l’Espagne a souvent un goût de fruits rouges. Une huile d’olive verte (herbe, amande) ou noire (sous-bois, truffe) peut être une huile d’olive AOC des Baux.

Seule solution, lisez l’étiquette avec attention. Sur l’étiquette cherchez la provenance de l’huile. L’indication de la provenance n’est pas obligatoire mais il est bon de se renseigner, car si elle est indiquée, c’est souvent bon signe.

Pourquoi la provenance est importante ?

Jusqu’en novembre 2001, l’indication de l’origine des olives sur les étiquettes n’était pas obligatoire : seule l’origine des moulins où elles étaient pressées devait être indiquée et non celles des olives. Pourtant, l’origine des olives et la provenance de l’huile d’olive constituent le premier critère de qualité.

En effet, les caractéristiques d’une huile découle d’un cumul « variété d’olives – mode de récolte – méthode d’extraction de l’huile » qui varie selon les conditions propres à chaque région et que seul peut brouiller un apport technologique. La provenance de l’huile est mentionnée quand elle est valorisante. Deux cas de figure :

1 – L’aire géographique d’origine a le droit d’afficher une appellation (AOC, AOP, DOP, IGP) comme on le verra plus loin.

2. Sinon, seules sont autorisées les mentions du pays ou de la zone d’origine de l’huile,  (France, Espagne, Italie, ou UE par exemple). La mention du département ou de la région (comme huile d’olive de Toscane) est interdite (sauf si elle correspond à une aire d’appellation enregistrée, cas n°1).

huile-olive-bouteille-choisir-huile-aoc-2

L’origine doit être indiquée, mais l’indication « Europe » suffit. Lorsqu’un revendeur conditionne le produit, il appose son nom et son adresse dans la région, jouant parfois de la confusion. Au fil du temps, chaque région de production élabore un équilibre connu des professionnels entre qualité et rendement dépendant des saisons.

Il arrive que la variété des olives soit indiquée sur l’étiquette, surtout quand on est en présence d’une huile pressée à partir d’une seule variété comme c’est parfois le cas en Espagne. Exemple : une huile faite avec des olives Picual offre « un goût fruité robuste, un peu amer et très intense avec un mordant final vraiment appuyé ».

Attention aux emballages flatteurs

Comme l’expliquait Corinne Christen du service de répression des fraudes des Bouches-du-Rhône en août 2011 : « Bien souvent, la fraude n’est pas flagrante, tout est dans la présentation, l’atmosphère. A priori, le touriste pense que tout ce qui est ici est local. Les revendeurs trichent beaucoup sur la provenance » .

Lire page suivante : Les appellations autorisées