L’anguille, un poisson à éviter

L’anguille, un poisson à éviter

La pêche de l’anguille

La civelle continue d’être victime de la surpêche en France. L’anguille jaune et l’anguille argentée sont elles aussi surpêchées, et parfois même braconnées.

Depuis 2008, l’anguille est inscrite à l’Annexe II de la CITES c’est-à-dire la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction ; cette inscription vise à renforcer le cadre légal de la pêche de l’anguille, les préfets étant dans l’obligation de « transmettre sans délai les informations sollicitées concernant le braconnage et le commerce illicite de la civelle et de l’anguille à ses autres stades biologiques »

La pêche de l’anguille est donc extrêmement réglementée. Elle ne peut s’effectuer que dans une période bien définie :

  • Cours d’eau 1ère catégorie  > du 12/03 au 18/09 inclus
  • Cours d’eau 2ème catégorie > du 01/01 au 31/12 inclus

La pêche de l’anguille argentée est INTERDITE. La pêche de l’anguille jaune, elle, peut être soumise à des restrictions au niveau régional

Le plan national de gestion de l’anguille (Décret 2010-1110), impose à tout pêcheur l’obligation de tenir un carnet de capture. La taille minimale de capture est de 12 cm.

Anguille : santé et pollution

Comme vu tout à l’heure, la pollution est l’une des raisons pour lesquelles l’anguille est un poisson très fortement menacé.

PCB, plomb, dioxine, pesticides et tutti quanti

Les PCB, ou PolyChloroBiphényles, et PCT ou PolyChloroTerphényles sont des dérivés chimiques chlorés, souvent connus en France sous le nom de « pyralènes », du nom commercial d’un produit à base de PCB très utilisé il y a quelques années.

Les PCB sont utilisés comme isolant électrique. Ils font l’actualité de ces derniers jours puisque huit agriculteurs en Mayenne subissent en ce moment même cette pollution, causée par l’usine spécialisée dans le traitement des déchets contaminée aux PCB prés de leurs terres.
Résultat : le PCB à contaminé les animaux, rendant leur viande impropre à la consommation. Cette situation est insoutenable pour ces huit agriculteurs et leur famille.

En 2004, une étude réalisée en Moselle sur un échantillon d’anguilles jaunes a montré un taux élevé de PCB  sur 80 % des poissons : le seuil excédait les 75μg/kg de PCB admis.

Les PCB comme quantité d’autres polluants ont tendance à s’accumuler dans la vase, dont l’anguille au stade de civelle se nourrit volontiers. Ils s’accumulent dans la chair des poissons dits bio-accumulateurs, c’est-à-dire qu’ils stockent les contaminants dans les graisses et les conservent même pendant leur croissance.

De plus, l’anguille jaune vivant surtout dans le fond des rivières peut se retrouver assez facilement au contact des contaminants. Les anguilles sont particulièrement sensibilisées aux pesticides d’autant plus qu’elles ont la faculté de sortir momentanément des rivières pour ramper sur le sol, afin de rejoindre un autre point d’eau. Il leurs arrive ainsi de « fréquenter » les fossés bordant les champs traités aux pesticides.

Plusieurs préfectures françaises comme cela a été le cas pour la préfecture du Cher ou celle du Tarn et Garonne ont interdit la consommation d’anguilles l’été dernier.

Pollution au mercure des anguilles

Comme c’est le cas pour de nombreux autres poissons tels que la raie, la lotte ou encore le thon, l’anguille n’échappe pas à la pollution au mercure, qui en contient un « taux moyen ».
Il est important de protéger les personnes les plus sensibles, c’est-à-dire les femmes enceintes et les enfants ;  il leur est ainsi recommandé d’éviter totalement la consommation de certaines espèces comme l’espadon ou la lamproie par exemple et de manger en quantité limitée (une portion par semaine) les poissons contenant un « taux moyen de mercure »

Anguille et nutrition

Comme vous l’avez compris, nous ne vous recommandons pas la consommation d’anguille, tant la survie de l’espèce est menacée.

L’anguille n’est pas très couramment consommée en France, à part peut-être dans les restaurants japonais ou vous trouverez fréquemment ce poisson sur la carte sous le nom « Unagi » ou encore « Kabayaki » (l’anguille est présentée grillée en brochettes, accompagnées d’une sauce à base de bouillon, de saké et de sauce soja)
Nos voisins belges la consomment également (anguille au vert ou à l’escavêche)

Valeurs nutritionnelles de l’anguille

L’anguille est un poisson gras. Ses lipides sont constitués essentiellement d’acides gras mono-insaturés et d’Omega 3, bénéfiques pour la santé. 100 g d’anguille contiennent 204 calories et :

- 62 g d’eau,
– 20,5 g de protéines,
– 0 g de glucides,
– 13,5 g de lipides,
– 140 mg de cholestérol
– 200 mg de potassium
– 20 mg de magnésium
– 230 mg de phosphore

 

*

Je réagis

Retrouvez tous les poissons à consommer un peu, beaucoup, ou pas du tout :