L’anguille, un poisson à éviter

Manger du poisson, c’est sain et c’est bon. Mais d’un autre coté, la surconsommation et la surpêche vident les océans et on craint une pénurie globale de poissons à un horizon assez proche. C’est en tout cas ce qui arrive à l’anguille, un poisson très menacé.

Rédigé par Annabelle, le 31 Oct 2011, à 17 h 48 min
L’anguille, un poisson à éviter

Pour compléter notre “Guide poisson”, après la raie, le cabillaud, le carrelet et bien d’autres, continuons notre état des lieux sur les poissons à éviter (ou pas) avec l’anguille.

L’anguille, très reconnaissable par son corps serpentiforme ne possède pas d’écailles. L’expression filer ou glisser comme une anguille vient du fait que sa peau couverte de mucus rend le poisson particulièrement difficile à attraper car très glissant.

Guide poisson : l’anguille, une espèce menacée

Comme c’est le cas pour beaucoup d’autres poissons, le terme usuel « anguille » est un nom vernaculaire désignant donc plusieurs espèces : anguille abyssale, anguille d’Amérique, d’Australie, anguille des sources, anguille-spaghetti etc.

L’espèce la plus courante est l’anguille d’Europe encore appelée anguille commune (du nom latin : Anguilla Anguilla).

L’anguille mesure de 40 à 150 cm. Les femelles pèsent parfois jusqu’à 4 kg. Ce poisson peut vivre au-delà de 25 ans.

Alerte rouge sur les stocks d’anguille européenne

L’anguille fait partie de ces nombreux poissons menacés d’extinction. Son stock figure sur la liste rouge de l’UICN (Union Internationale pour la Conservation de la Nature).
La surpêche et un cycle de vie complexe font de l’anguille un poisson vulnérable qu’il faut épargner et protéger.

Ainsi, dans certains estuaires, le taux de capture des jeunes peut atteindre les 95 %. Le WWF met en avant également un taux de prises accidentelles de jeunes anguilles très élevé.

Mais l’état critique des stocks n’est pas seulement dû à une pêche intensive. En effet, des scientifiques estiment que le stock de géniteurs en mer des Sargasses(1) est trop faible. La quantité de géniteurs vivants dans les bassins versants a diminué de 75 %.
La migration des anguilles est elle aussi soumise à dure épreuve : à l’aller, les larves sont menacées par une modification des courants marins. Au retour, un parasite, Anguillicola crassus, menace la fertilité et la survie de l’espèce.

D’autres phénomènes responsables de l’état des stocks ont été relevés comme les barrages coupables d’aspirer les anguilles dans les turbines et la réduction des zones humides.
Enfin, ces mêmes scientifiques ont remarqué que les anguilles étaient affaiblies par la présence de pesticides, diminuant leur potentiel reproducteur.

Les stocks ont déjà atteint un point bas historique en 1984, date à laquelle la France avait déjà tiré la sonnette d’alarme ;  depuis, les stocks continuent à s’amenuiser. La population d’anguilles aurait ainsi été divisée par 10 en 20 ans.

Le niveau actuel des stocks menace réellement la survie de l’espèce et fait craindre le pire pour les années à venir.

En résumé, l’anguille est un poisson menacé pour 3 raisons  :

  • la surpêche, agravée par son braconnage à l’état juvénile (« civelles »)
  • les parasites (anguillicola) et la construction de barrages qui perturbent ses migrations.
  • la pollution* des estuaires, cours d’eaux et fleuves ( par les pesticides notamment), qui influe sur sa fécondité et fragilise ses défenses immunitaires.

* voir la partie Anguille, santé et pollution

*

La suite p.2> des mesures à adopter d’urgence

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...

Je change la donne : je contribue à l’action de consoGlobe.com !

Chargement
Sélectionnez une méthode de paiement Chargement

Paypal vous offre aussi la possibilté de payer simplement avec votre carte de crédit, sans créer de compte Paypal.

Informations personnelles

Total du don : 5.00€

En faisant un don, vous participez à l'action de consoGlobe.com. Vous permettez ainsi à l’équipe de vous fournir des articles uniques et de qualité. Et surtout un jour, peut-être, vous nous permettrez de vivre sans publicité !


Passionnée de voyages et de rencontres en tout genre, j'adore prendre mon sac-à-dos et voir ce qui se passe ailleurs ! Consommer responsable est devenu une...

20 commentaires Donnez votre avis
  1. BONSOIR

  2. bonjour,l anguille je l ai toujours connue depuis mais debut de pecheur (7ans,42ans).j ai pu remarquer des choses depuis des années qui m etonnes de + en +.Des petits exemples: défrichement et nettoyage des abords des riviere sans tenir compte des demandes faites par des pecheurs pour tenir des lieux propice pour l anguille.On pense + au promeneur et faire beau + que le coter ecolo.Pas assé de passe au niveau des barrages.
    Autre chose quand je vois des sois disant pecheurs avec leur carlet, venir tous les jours sur certains cites et qui se permettent de tendre 4 cannes a lancer en + ,vous ne croyez pas qu il y a de l abut quelque part et que l on me raconte pas que se n ais que pour eux.
    Et quand des pecheurs de civelles viennent pleurer a la prefecture et qu on leur remet une rallonge.
    Et maintenant avec des secteurs définis + une date d ouverture et de fermeture cela deviens impossible de pouvoirs se faire plaisir a pecher l anguille de quoi vous degouter de prendre une carte.
    Et dernier petit mot de l anguille on en peche je n ai pas vu la difference depuis 10 ANS .
    Alors pourquoi tout cela?

  3. LA BÊTISE HUMAINE EST LA SEULE RICHESSE INÉPUISABLE………:-(

  4. bonjour,pécheur pro depuis bientôt 30 ans je peu vous affirmer que les anguilles pullulent en Camargue,par contre nous ne péchons pas les civelles, les anguilles ont par contre une maladie leurs infestant la vessie, et je pense n’arrive pas a pondre dans les grand fond ou elle se reproduise (mer des sargasse)quant a la pollution aux pcb un véritable scandale pour faire disparaître les derniers pécheurs fluviaux ,la preuve avez vous déjà entendu que les sardines les thons sont truffes de pcb donc poids deux mesures cabale contre la pèche pro en eau douce ,alors de grâce n’écoutez pas toutes ses bêtises sur l’anguille qui se porte très bien en méditerranée a bon entendeur salut

  5. Pour commencer il faudrait interdire la peche a la cyvelle ou larve d anguille qui sont pêchées par million pendant 2 ans et le stock d anguille serait rétabli. Honte a cette pratique certe lucrative qui enrichie le Japon qui nous achète le kilo de ficelle à près de mille euro ce qui représente plus de 2tonnes d anguilles adultes a 5 ans d elevage. !!!!!!!!

  6. Bonjour a tous je répond a plusieurs question concernant la pêche a l’anguille première chose il faut interdire la pêche a la pibale pour tout le monde interdire la pêche au chalut est pêcher comme autrefois a la canne

  7. Chers amis, boujour. Je suis un ancien garde de pêche,18 ans d’activité.
    Concernant les anguilles, surtout les civelles,il faut “ABSOLUMENT” interdire leur capture.Pourquoi? Vu leur prix,”TRES CHER” elles sont vendus dans les pays asiatiques,”VIVANTES”, et les bridés les élèvent et les vendent quand elles sont grandes, pour la consommation.Si ces pratiques ne cessent pas, c’est l’élimination pure et simple de ce sympatique poisson.

    • “les bridés”? aaah vous voulez dire les jaunes, les citrons? ok ok. bon au final, c’est qui qui les pêche ces anguilles européennes? les pâlots ou les citrons jaunes bridés?

    • Vous nous avez servi une belle et fine analyse cher monsieur, certes avec un relent nauséabond qui vient parfaire votre argument… NB: Dans ma région, certains appellent les Béthunois “les consanguins”, propos que je condamne aussi!

  8. Les scientifiques viennent de créer un mélange de la matière détritus et des déchets, qui on l’espère, de reproduire alimentation naturelle des larves d’anguilles. Un grand espoir pour sauver les anguilles.!
    Le taux de ponte des populations d’anguilles s’est écroulé lors des trois dernières décennies de quasiment 99%.

    Les biologistes marins tentent depuis longtemps de résoudre un ce crucial pour sauver les populations d’anguilles sauvages de l’effondrement catastrophique: il s’agit de recréer artificiellement un aliment appelé «neige marine».

    Des biologistes, au Japon, où les anguilles sont un aliment phare de la cuisine du nippone, sont sur le point de mettre au point l’élevage d’anguilles à l’échelle industrielle et ce pour la première fois, un peu à l’instar de l’aquaculture de saumon d’élevage.

    Cette percée des scientifiques en Corée et aux États-Unis pourrait considérablement alléger la pression sur les populations d’anguilles sauvages, et permettre de remplumer leurs stocks dans le monde entier.

    Pourtant, le but de produire entièrement en captivité anguilles d’élevage, en utilisant les larves produites en captivité plutôt que de bébés anguilles capturés dans la nature, est bloqué par un obstacle très important : la nécessité de reproduire l’unique alimentation des larves, la fameuse «neige marine».

    Cette denrée indispensable à la croissance de la jeune anguille est un mélange de marine des détritus, de déchets organiques en suspension, qui se révèle extrêmement difficile à reproduire à grande échelle.

    A ce jour, on élèvent des anguilles sont en cours d’élevage et on les vend un peu partout dans le monde, mais seulement en utilisant des bébés anguilles capturés dans la nature. Cette approche de l’élevage n’est pas sans accroître sur derniers survivants des populations sauvages. Au Royaume-Uni, les jeunes anguilles ou civelles numéros sont maintenant à 5% de leur niveau des années 1980 .

    Les scientifiques ont examiné les ingrédients les plus improbables pour aider à créer ce que l’alimentation particulière, y compris le jaune d’oeufs de requin. Pour aggraver le problème d’alimentation, les anguilles séjourner dans un stade larvaire pendant trois à quatre mois, comparativement à seulement quelques jours pour le cabillaud, et sont extrêmement sensibles à ce stade.

    Prof Katsumi Tsukamoto, un pionnier dans la préservation des anguilles dans le Pacifique qui a été d’abord découvrir les motifs du Pacifique de frai des anguilles, dit scientifiques marines à Edimbourg cette semaine que cet obstacle est le coût signifiait € 1.000 (£ 803) pour produire un seul plant en captivité dans le laboratoire ; leur but est d’obtenir que le coût vers le bas pour 1 €.

    Prenant la parole après un discours à l’ Congrès mondial des pêches , Tsukamoto, de la atmosphère et l’océan à l’Institut de recherche Université de Tokyo , a déclaré l’accent sur ​​l’élaboration d’une filiale autonome programme national élevage de l’anguille, tout en étant très coûteuse, a été conduit par la nécessité de préserver autres anguilles sauvages.

    «Nous essayons maintenant de mettre en place une souche particulière, complètement coupés de stocks sauvages», at-il dit. “Nous voulons améliorer les caractéristiques de nombreux différents, pour le taux de croissance par exemple, les taux de métamorphose et de la résistance aux maladies. Il s’agit d’un processus de domestication, comme des moutons, des cochons, des vaches ou des chevaux.”

    Pression à produire des anguilles en captivité est entièrement alimentée par la demande continue des consommateurs lourde: les anguilles sont l’ingrédient principal dans kabayaki, l’un des trois styles les plus culturellement importants de la cuisine japonaise avec sushi et tempura.

    David Righton, du laboratoire Cefas marine à Lowestoft, et une figure de proue dans le projet Eeliad à sauver l’anguille européenne, a déclaré la quête pour trouver une denrée alimentaire de substitution est une des zones les plus compétitives dans la préservation des anguilles.

    «Celui qui y arrive le premier a fait une découverte extraordinaire;. Vous récupérez une tradition culturelle Celui qui ne présente est culturellement importante ainsi que de devenir très riche,” a déclaré Righton.

    • Pas grand chose à dire,mais Fabrice devrait relire ses textes avant de les envoyer, pour se rendre compte des anomalies soit de frappes, soit de français. Ne pas écrire comme des textos. Beaucoup de personnes lisent votre article. Merci.

    • ça ressemble beaucoup à une traduction directe de texte par l’ordinateur ( consommateurs “lourds” vient directement de heavy qui n’a pas le même sens dans ce cas)

  9. Le vrai problème est la pêche clandestine, qui est largement induite par les prix somptueux que paient les japonais.
    Or il est simple de la contrôler, non pas sur la rivière, mais par les modes d’envoi et de financement.

  10. bonjour
    la pêche de l’anguille n’a jamais en danger sa survie.
    Le problème est que 95% des civelles sont pêchées pour être revendues au Japon où on les élève pour que les restaurants japonais puissent vendre des anguilles.

    • bonjour,pécheur pro depuis bientôt 30 ans je peu vous affirmer que les anguilles pullulent en Camargue,par contre nous ne péchons pas les civelles, les anguilles ont par contre une maladie leurs infestant la vessie, et je pense n’arrive pas a pondre dans les grand fond ou elle se reproduise (mer des sargasse)quant a la pollution aux pcb un véritable scandale pour faire disparaître les derniers pécheurs fluviaux ,la preuve avez vous déjà entendu que les sardines les thons sont truffes de pcb donc poids deux mesures cabale contre la pèche pro en eau douce ,alors de grâce n’écoutez pas toutes ses bêtises sur l’anguille qui se porte très bien en méditerranée a bon entendeur salut

  11. Moi je pense que Gilles et Sophie sont faits pour aller ensemble 😉

    • Christophe gaillard ou pas

    • Bonjour
      Je suis un Tunisien qui cherche un investisseur étranger pour exporter le poisson de type l’anguille de Tunis vers UE, on vous donne la quantité et la qualité, il suffit de nous envoyé votre quantité a commander par semaine et le payement sera à la livraison (enlèvement).Merci de me répondre par retour email:dabbabihabib@gmail.com à bientôt

  12. cette citation est de Geronimo un visionnaire!

    “Quand le dernier arbre aura été abattu – Quand la dernière rivière aura été empoisonnée – Quand le dernier poisson aura été péché – Alors on saura que l’argent ne se mange pas. ”
    L’Auteur est un chef amérindien des Apaches Chiricahuas (1829-1909).

  13. Cet article me fait penser à une citation (attribuée aux amérindiens Cree, mais je n’ai jamais trouvé de source fiable le vérifiant). Reste la citation qui est juste et belle, qu’importe l’auteur :

    “Quand le dernier arbre sera abattu, la dernière rivière empoisonnée, le dernier poisson capturé, alors seulement vous vous apercevrez que l’argent ne se mange pas.”

    Merci pour toutes ces précisions, Annabelle.

Moi aussi je donne mon avis