La viande bio en France : un marché saignant ?

Rédigé par Jean-Marie, le 8 Jul 2014, à 13 h 21 min

Quand on parle de bio, on pense plus spontanément aux fruits et aux légumes qu’aux fromages ou à la viande. Pourtant, il existe un marché de la viande bio qui progresse en France ; il a presque triplé depuis 2004. Est-ce suffisant pour considérer que la viande bio est un marché saignant et plein d’avenir ? Les chiffres 2013 de la filière nous apportent des éléments de réponse.

La viande bio au petit trot

viande bioEn 2013, la progression des ventes de la viande bio a été très faible comparée aux années précédentes : avec +2 % seulement d’abattages. Cette petite progression est certes bien meilleure que celle du marché de la viande conventionnelle qui est, lui, en régression. Les abattages de gros bovins conventionnels ont en effet baissé de 4,4 %. Malgré une progression des élevages bio et une demande des consommateurs bien présente, les volumes abattus se sont tout juste maintenus en bio en 2013.

viande bioLes perspectives pour la viande bio sont meilleures pour 2014 car le nombre de producteurs progressent et la sensibilisation du public à la viande de grande qualité progresse.

La distribution s’y met

Pourquoi aime-t-on autant manger de la viande ?Autre point positif pour la viande bio, la distribution qui s’y convertit de plus en plus. La GMS est la plus grande boucherie bio de France, avec 50 % des volumes de viande bio vendus.

La viande bio est également bien présente en boucheries artisanales (15 % des volumes), en magasins spécialisés (14 %), en RHD (9 %) et autres circuits (12 %)

La viande bio, un marché qui reste confidentiel

C’est une bonne nouvelle, mais il faut reconnaître que pour l’instant la viande bio reste très marginale avec un peu plus de 3 % du total de la viande conventionnelle.

Un phénomène freine la progression des élevages bio : les élevages conventionnels font concurrence sur l’achat des animaux destinés à la filière bio, afin de répondre aux besoins non couverts du secteur de la viande conventionnelle.

Cette difficulté a été ressentie au premier semestre sur la valorisation des jeunes animaux (veaux, jeunes bovins et génisses). Une réévaluation des prix d’achat en bio de la majorité des abatteurs à l’été 2013 a permis de réassurer le différentiel de prix entre conventionnel et bio et de limiter la déperdition d’animaux en conventionnel.La baisse des cours du conventionnel au second semestre a également eu un impact évident et la dynamique de développement a nettement repris au premier semestre 2014.

boeuf-viande-bioMalgré tout, les professionnels arrivent à vendre à des prix attractifs ; ce qui devrait continuer à stimuler la filière. Pour prendre l’exemple des boeufs, qui nécessitent une immobilisation sur 3 ans, on constate que la filière est capable de les valoriser correctement : en 2013, elle vendait en moyenne 4,51 € kg la carcasse « entrée abattoir » pour un boeuf contre 4,27 € en viande conventionnelle.

conclusions-viande bioLa nouvelle PAC, politique agricole commune européenne, devrait également favoriser la viande bio avec la mise en place du Plan Ambition Bio 2017. Si les commerçant n’ont pas la main trop lourde sur les étiquettes, le consommateur devrait suivre…. enfin pour ceux qui ne décident pas à passer végétarien.

*

viande bio Je réagis

 

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Jean-Marie Boucher est le fondateur de consoGlobe en 2005 avec le service de troc entre particuliers digitroc. Rapidement, il convertit ses proches et sa...

17 commentaires Donnez votre avis
  1. Je pense que l’homme n’est pas conçu pour manger de la viande ; à l’origine, il devait comme les primates se nourrir de feuilles, d’un peu de racines et de fruits ; il existe depuis plus de 7 millions d’années et l’élevage ne date que de 10 000 ans ; donc pendant 7 millions d’années il s’est abstenu de lait et produits laitiers (pas de Danone ou de Yoplait chez notre ancêtre Lucie) ; quant à la chasse cela implique de posséder des armes, même rudimentaires, les outils étant apparus plus tard ; je n’imagine pas nos ancêtre lointains chasser le bison à mains nues ; donc peut-être comme certaines races de singes ajoutaient-ils à leur menu végétarien quelques menus animaux, mais rien de plus

  2. Entièrement d’accord avec Sagui, malheureusement trop d’esprit sont encore fermés pour comprendre… C’est bien dommage pour la planète

  3. Au fait, c’est quoi une viande bio ?
    ET : quelqu’un pourrait mettre des liens vers l’information qui soutient que l’homme n’a pas besoin de viande pour être en bonne santé ?
    Ca m’intéresse !!
    Merci

    • À LIVE
      Si l’homme mange de la viande, c’est parce qu’il a besoin de protéines, mais il n’a pas forcément besoin de protéines animales car les propriétés nutritives des protéines végétales sont équivalentes aux protéines animales.
      Voici le lien d’un article intéressant, après il existe des bouquins qu’on trouve facilement sur le net et qui traitent de nombreuses études sur le sujet
      habitudes-zen.fr/2011/les-proteines-animales-cest-bon-pour-la-sante/
      😉

  4. Cet article nous rappelle que l’agriculture biologique est un cercle vertueux au sein duquel l’élevage – et donc la viande – bio ont une place clé. L’élevage bio permet le respect des équilibres écologiques, la rotation des cultures ainsi que la fertilisation naturelle des sols.
    Pour tout savoir sur le cercle vertueux de l’élevage bio : la-viande.fr/cuisine-achat/signes-qualite/viande-bio

  5. La viande (bio ou pas) est une drogue institutionnelle qui rend con et violent.

  6. Il est désespérant de constater que les lobbies agro-alimentaires continuent de nous polluer l’esprit par des informations fallacieuses, y compris en passant par des détours tels que cet article, en valorisation le BIO pour la viande. Cette viande, qui est, reste et restera toujours totalement INUTILE pour l’alimentation humaine SAINE, pour une terre PLUS PROPRE, pour un respect ABSOLU du vivant, donc des animaux, pour pouvoir nourrir SAINEMENT des milliards d’individus en récupérant les terre d’élevage pour des cultures INTELLIGENTES, nutritive, qui permettent le recyclage des éléments vitaux pour tous et pour la terre elle-même. Ce n’est pas le cas avec le commerce de la viande, qui est totalement inadapté, polluant, facteur d’inégalités sociales par les prix, qui engendre les pires maladies pour l’homme ( on l’a constaté depuis longtemps et cela s’aggrave, y compris les fromages et les laitages, TOUT AUSSI Inutiles pour l’homme, polluants et à risque des maladies souvent mortelles…
    Combien sont donc payés les intervenants en faveur de la viande et produits animaux par les lobbies mondiaux de la viande et du lait ???
    Désolant, affligeant, déformation de l’information pour un public de moins en moins critique par les lobotomies permanentes journalièrement envoyés dans les masses passives par tous les médias et les fausses informations d’Internet.
    Bon appétit végétaliennement.
    L’alimentation c’est la vraie médecine, à condition qu’elle soit parfaitement adaptée à l’homme tel qu’il vit et non tel qu’on le veut comme consommateur permanente  »vache à lait » ( c’est le cas de le dire » pour les groupes mondiaux agro-alimentaires, chimiques, pétroliers et financiers.
    Amen!

    • bien résumé , vous avez tout dit il est curieux que les gens défendant le bio pour préserver la planète, ne trouvent pas contradictoire de manger des produits animaux( viandes et laitages). On le sait depuis longtemps l’homme peut très bien vivre pour ne pas dire mieux vivre ,sans produit animal dont l’exploitation entraine pollution ( plus que les transports!!) et déforestation des forêts primaires en indonésie et amazonie afoin de cultiver toujours plus des aliments pour le bétail et souvent OGM!!

    • c’est exactement ce que je pense ; après la guerre on a inventé les élevages industriels et ce n’est pas ce qu’on a fait de mieux ! et comme il faut bien écouler les « produits » de ces élevages(ça me gêne de qualifier un animal de produit) on a persuadé les gens qu’ils devaient se gaver de viande et de laitages ; on a exagéré nos besoins en protéines ; j’ai plus de 70 ans et mes grands parents qui pourtant étaient paysans se nourrissaient principalement de légumes et de fruits et ont vécu longtemps en parfaite santé ; nous sommes effectivement comme vous le dites si bien sous la domination de ces groupes agro-alimentaires, chimiques (pharmaceutiques) , pétroliers, financiers ; et « grâce » à la machine à penser que constitue la TV, les gens sont abrutis à longueur de journée de messages débiles et ne savent même plus penser par eux-mêmes

  7. Z’êtes rigolos! je mange peu de viande, mais j’aime bien le poulet le porc, et autres « viandes bien cuisinées » avec des légumes frais ou secs.
    Je suis d’ici, « de France » tout d’abord, puis d’ « Europe » et ensuite de ce
    « Monde ». Mes aliments sont (le plus souvent) BIO, bien entendu!!!…

  8. Asclepiade…
    L’extrémisme…. Mais bien sûr. C’est sur qu’entre abattre un animal c’est pas extrème du tout… Un raccourci tellement minable.
    Et le coup du « L’être humain a besoin de protéines animales et de graisses animales »…. encore plus minables.
    L’être humain est un prédateur ???? Alors là, j’ai bien rigolé !!! Ahah.
    Ca veut dire, qu’en tant que « prédateur », tu vas la chasser ta viande à un mains nues pour la manger? Ou bien tu vas, comme tout le monde faire ton « prédateur » dans les rayons du supermarchés.
    Réfléchis un minimum avant de dire de telles absurdités…
    En tout cas, bio ou pas, comme MAICA le dit si bien, « les animaux ont le même destin ».

    • Faisons comme la majorité des indiens, des néo zélandais, etc qui sont végétariens, ont un apport normal en protéine végétale et qui sont en parfaite santé. La viande est un business avec une grosse communication pour nous rendre dépendant. Mais nous ne somme pas obligé d’en manger pour être bien, au contraire.

  9. et arrêtons le massacre des pauvres radis !! Soyons sérieux, l’être humain a besoin de protéines animales et de graisses animales (voire le régime GAPS par exemple) Il est bien évident que nous consommons trop de viande. 3 à 4 fois par semaine serait suffisant. L être humain est un prédateur, il suffit d’avoir un respect de ce que nous mangeons … animal et végatal et le monde se portera mieux.
    L’extrêmisme ne mène à rien ….
    Et bon appétit à toutes et tous

    • Ah ouais quand même… la réponse de Laura exprime la mienne.
      « 3 à 4 fois par semaine serait suffisant » et ben bordel…faut s’instruire un peu avant de parler d’un sujet, apprendre avant de vouloir jouer au professeur et déballer des absurdités de ce genre, merci. L’extrémisme de la compassion c’est vrai ça craint, vive le sang…

  10. Bio ou pas bio les animaux ont le même destin… Ne plus manger de viande/poisson est l’unique solution pour arrêter ce massacre.

    • Tout à fait d’accord

    • évident, mais quand les enfants ou petits enfants de ceux qui se goinfrent de viande n’auront même plus de protéines végétales pour se nourrir ils comprendront ce que notre génération et celle passée ont fait subir à notre belle planète sans aucune compassion!! Ni pour leur congénères et encore moins pour les animaux!!

Moi aussi je donne mon avis