Viande, agriculture : les livres qui accusent

Rédigé par Jean-Marie, le 1 Mar 2011, à 18 h 51 min

Bidoche, l’industrie de la viande menace le monde

La substance de l’essai de Fabrice Nicolino est résumée dans son titre. Vous l’avez compris, ce n’est pas tout à fait un panégyrique de la consommation carnée. L’enquête de l’ouvrage, paru aux Editions Les liens qui libèrent en 2009, nous fait découvrir par le détail la réalité destructrice des usines à viande qui alimentent le monde occidental.

Vus de près, les excès de l’industrialisation à outrance de l’élevage d’animaux vous font regarder votre steak d’un autre oeil. Les animaux ne sont plus des volailles, des vaches ou des cochons mais du « minerai » ( !).  La fabrication industrielle de la viande décrite par N. Nicolino est si dégradante qu’on ne peut que se demander : comment en est-on arrivé à tolérer ça ?

L’industrie de la viande à la recherche d’efficacité

De la manipulation génétique des cheptels, en passant par la reproduction systématiquement assistée (et confisquée aux animaux), par d’horribles condition de « vie » et d’abattage, la chaîne de la viande est une longue traînée d’absurdités sanglantes.

  • On apprend que, par nature, l’élevage des animaux pratiqué en pleine nature est peu rentable, car peu efficace : les animaux brûlent trop de calories en abusant de leur liberté de brouter à leur guise dans un  pâturage.
  • On préfère les entasser sur des caillebotis en plastique, les bourrer d’hormones et d’antibiotiques en mode préventif, malades ou non, les nourrir d’aliments industriels achetés au bout du monde, ne jamais leur laisser voir le jour naturel, … et au final livrer des millions de tonnes de viande au bilan sanitaire et écologique plus que douteux.

L’industrialisation massive de la production de viande serait-elle donc inévitable pour livrer aux appétits croissants des Occidentaux et des Chinois, des Brésiliens et des Indiens leur entrecôte à bas prix ? Un monde carnivore est-il inéluctablement condamné à des pratiques indignes des Hommes ? La hausse de la consommation carnée semble inéluctable.

Notre insatiable appétit de viande

    • Le monde a consommé 280 millions de tonnes de viande et 700 millions de tonnes de lait (sans parler des oeufs et des 130 millions de tonnes de poissons) en 2008,
    • la production de viande de poulet a été multipliée par 6 de 1970 à 200,

  • celle de la viande de porc a triplé et celle de la viande de boeuf a doublé.
  • Selon un des scénarios de prospective élaboré par le GIEC, l’humanité devrait atteindre, en 2050, une consommation moyenne de 500 g de viande et de 1 litre de lait par semaine et par personne. Or celle-ci est actuellement de 730 g et 1,5 litre rapportée à l’ensemble de la population de la planète, mais de 1,6 kg et de 4,2 litres au Royaume-Uni par exemple.
  • Le pic viande serait passé :

Selon les chiffres du ministère de l’agriculture américain, la consommation de viande suivrait une course descendante après un pic en 2004, à 84 kg par an et par habitant.

En 2011, les Américains n’auraient plus consommé « que » 78 kg. Et les prévisions pour 2012 tablent sur 75,5 kg, soit une baisse de 10 % sur  8 ans

La suite p. 3 : Viande : faut-il manger les animaux ?

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Jean-Marie Boucher est le fondateur de consoGlobe en 2005 avec le service de troc entre particuliers digitroc. Rapidement, il convertit ses proches et sa...

25 commentaires Donnez votre avis
  1. VIANDE BIO QUI PROVIENT AUSSI D’ELEVAGE SINDUSTRIELS !!
    VIANDE PAYSANNE OUI!!!

    • Tout à fait d’accord avec vous :-). Vive les petits producteurs, surtout que l’élevage bio est indispensable à l’agriculture bio, pour fertiliser naturellement le sol…

  2. bonjour
    un peu d’optimisme dans ce tableau (que j’approuve complètement, sauf qq réserves sur F Nicolino qui est très polémique et tombe souvent dans le scoop à tout prix)
    Le CEDAPA Centre d’études pour une agriculture autonome, a été créé par André Pochon (éleveur) à Plérin en Bretagne vers 1980 et développe une approche vraiment durable et intelligente. Il faut lire « La prairie temporaire de trèfle blanc » et « le champ des posibles ». Les bio dans leur ensemble font du très bon travail avec l’Itab et les groupements départementaux et régionaux. La Confédération Paysanne est le seul syndicat agricole qui a inscrit la transition vers le bio dans ses programmes, alors que la FNSEA et la Coordination Rurale en sont toujours au conventionnel/raisonné et se cramponnent aux subventions. Je consomme moins de 20kg de viande et 15kg de fromages par an, de préférence bio et si possible d’élevages que je connais, en circuit court et jamais en grande surface. Mon budget alimentation (y compris du bon vin bio) est inférieur au budget de viande seule d’un ami

    • Vous avez tout à fait raisons, l’amalgame élevage bio et industriel est aussi faussé que plantes bio versus OGM…

  3. Il y a peut-être bien un bon complément de solution à cette problématique: Pourquoi tant encourager les naissances, donc une croissance exponentielle du nombre d’humains sur la planète? A cause d’une telle démographie galopante, uniquement pour obtenir facilement de la croissance à bon compte et à court terme; une croissance qui fabrique des chomeurs, des exploités, des enfants travailleurs-esclaves, de la misère. Et toutes les religions sans distinctions qui favorisent tous ces comportements aveugles générateurs à court et long terme des conflits … et des cimetières, voire de simples charniers. Il faut prendre en compte que ces orientations finalement criminelles sont dirigées très majoritairement par des tas d’individus de sexe masculin « dit fort », et les preuves sont légion. Dans les religions chrétiennes, on constate que, dès le départ, les dés sont pipés : Dieu est LE PERE, il a UN FILS qui se choisit 12 apotres, tous masculins, bien sûr. Certes, le Christ est né d’une mère (comment faire autrement?).Depuis,sauf accident de parcours, tous les papes sont des hommes, de même que tous les cardinaux, et la suite. Les femmes, silence dans les rangs, sauf pour les petits jobs subalternes pour lesquels le genre masculin ne se bouscule plus. Alors, évidemment, pour décider de l’avenir de l’humanité, pas question de se préoccuper de leurs points de vue. ET si peu de religions font (un peu) mieux, et bien d’autres pires, avec leurs guerres de religions : Aimez-vous les uns les autres.

    • Je trouve que votre discours de féministe n’est pas à sa place dans ce forum sur la malbouffe des humains (homme, femme et enfants)

  4. Mais qu’est-ce qu’on va bien pouvoir manger ???? tout est trafiqué, empoisonné à la base !! Comment peut-on tolérer de telles pratiques ? mes grands parents faisaient leur jardin naturellement, les produits n’étaient pas traités et pourtant très jolis , quand on va acheter dans les magasins bio les légumes et les fruits sont complètement « flagada » à moitié pourris et très chers , c’est çà le bio ? C’est désolant , comment allons nous nous en sortir , comment revenir aux plantations et élevages sains ?? C’est une honte ! on ne sait plus quoi manger , l’homme va s’autodétruire , quand il comprendra que l’argent ne se mange pas ce sera trop tard ! En attendant c’est nous qui subissons les conséquences en attrapant toutes sortes de maladies.

  5. oui, mais le bio est encore trop cher, et quand on a des ados qui mangent beaucoup on fait comment ? et puis je pense qu’il faut manger de tout pour être en bonne santé et ne pas se limiter aux fruits légumes légumineuses céréales. Le prix des fruits et légumes fait aussi réfléchir, trop cher, notre porte-monnaie ne suit pas hélas, tout le monde ne peut pas cultiver son jardin, et je regrette de ne pouvoir le faire, mes parents le faisaient et je n’ai jamais retrouvé le bon goût de leurs légumes, sauces tomates, haricots verts et pommes de terre…

    • Bien sûr, comme par hasard, vous ne cultivez pas de jardin. Vous avez bien raison, c’est sale, très fatigant pour vous, mais évidemment pas pour les autres. Les bons légumes coûtent trop cher, surtout pour ceux qui n’achètent pas les graines, ceux pour qui le temps des autres ne compte pas, qui cependant bèchent, sèment, binent, sarclent, buttent, luttent écologiquement contre les prédateurs,qui sément et cultivent les fleurs qui conviennent aux insectes pollinisateurs, et pas seulement celles qui plaisent vos yeux mais dont les abeilles n’ont que faire. Ah bon, ce n’est pas pour ces raisons que ne cultivez pas un jardin : vous manquez de temps, peut-être : j’ai une recette épatante pour en trouver, du temps,beaucoup de temps. Divisez par 10 le temps que vous passez en vacances, devant la télé, dans les stades, les boîtes, les bars, etc…Pour le sport, j’en connais un tout à fait adapté: jardinez donc. Il y a des jardins ouvriers pour celà, et les municipalités n’attendent que votre candidature pour créer les parcelles qui vous manquent.

  6. C EST AU CONSOMATEUR DE CHOISIR CE QU IL VEUT MANGER ET LE PAYER A SON JUSTE PRIX UN CONSEIL SI VOUS NE VOULEZ PAS VOUS TROMPER ET CHOISIR LA BONNE VIANDE ACHETEZ LA DANS LES BARQUETTES NOIRES VOUS NE SEREZ JAMAIS DECU

  7. Ne pas manger autant de viande est une évidence dans nos sociétés industrielles.
    Par contre le végétarisme et plus encore le végétalisme sont une erreur de jugement très courante :
    ne pas oublier que nous ne sommes pas des ruminants : notre tube digestif est très différents de celui de n’importe quel herbirove !!!
    De tous temps, (au moins pour ce que l’on croit en savoir à ce jour), l’homme, depuis la nuit des temps, (environ 5 à 7 millions d’années) était un CHASSEUR-CUEILLEUR, il a donc de tous temps mangé de la viande SAUVAGE ET CRUE avant qu’il ne découvre le feu et sache la cuire…
    NE PAS manger de viende (élevée dans des conditions DIGNES) est une erreur
    TROP MANGER de viande industrielle relève de la même erreur.
    Tout est toujours dans la « bonne » mesure !!!

    • n’importe quoi ! tous ceux qui m’entourent et qui se nourrissent de cadavres sont malades chaque année et tous vieillissent bien mal ! Seul moitié de l’humanité consomme du cadavre régulièrement, faute de moyens financiers et écologiques, le végétal ne poussant pas partout pour élever du bétail. Pour autant, ces peuples ont traversé les siècles sans être plus fragiles que les privilégiés qui ont eu à loisir de choisir parmi ce que la nature leur proposait.
      On peut vivre sans tuer. Nos molaires sont plates, et n’ont rien en commun avec celles d’un carnassier. La longueur de nos intestins non plus. Et les enzymes de notre estomac non plus.
      Prôner la consommation de cadavre relève d’une attitude égoïste et spéciste. Si vous aimez tant que cela la charogne, bouffez donc des humains parmi tous ceux qui parasitent le monde et le détruisent, comme vous savez si bien le faire.
      Et s’il vous reste deux sous de jujotte, demandez vous donc pourquoi de plus en plus d’humains bouffeurs de viande commencent à s’en détourner.

  8. Il ne faut pas croire que le bio est si différent que ca, ce n’est pas parce que la viande est bio que l’animal ne souffre pour autant….cela est très paradoxe lorsqu’on dit « on fait un jour sans viande » en rajoutant de suite derrière « jamais de viande 2 fois par jour » ce n’est pas très logique désolé. Je suis végétarien et ma femme végétalienne depuis plus de onze ans et on vit très bien. Et ce n’est pas seulement le fait de ne pas manger de viande ou de poisson mais tout a un rapport avec l’animal en lui même. Regardez le film « Earthlings » vous allez comprendre de quoi je parle. Je ne sais pas si on peut le trouver en français (je pense que oui) mais le livre « Tiere essen » en vaut le coup aussi.

  9. Dans ma famille on est tous d’accord pour consommer moins de viande : on fait un jour sans viande, jamais de viande 2 fois par jour et quand on mange de la viande, on prend des morceaux moins gros. En revanche, je ne choisis plus que de la viande de très haute qualité, bio quand c’est possible.

  10. Mal bouffe: mauvaise santé pour nous et destruction de la planéte, mais plus d’argent pour les gros industriels . Il faut informer autour de nous pour que la demande soit autre. Il ya depuis peu une petite prise de conscience . Mais comme il ya aussi un appauvrissement,les gens vont vers ce qui est moins cher.

    • Et le moins cher, quel que soit le produit vendu, fini par coûter très cher ! Moi je peux faire une omelette avec 3 oeufs bio pour trois personnes (1 adultes, 2 enfants). Les 6 coutant 5€, je peux vous dire que cette omelette-là on s’en rappelle tellement elle est goûteuse, sans jeu de mots… ! Le coût est pour moi un encouragement à une production de qualité, et j’y tiens !

  11. comment peut-on « chouchouter », en dépensant des fortunes, nos animaux familiers et laisser martyriser les animaux voués à notre consommation ? y-a-t-il possibilité de faire marche arrière grâce à une réglementation pour revenir à l’élevage(pas si vieux que cela) en liberté dans les champs et sans tous ces poisons pour l’homme et l’environnement ??? marcherait-on sur la tête ? Est-il trop tard ? c’est écoeurant mais que doit-on faire contre la course au profit qui ne tient aucun compte des conséquences ??

    • Malheureusement je suis complètement d’accord avec vous. Aujourd’hui seul compte le profit au détriment de notre santé, de la souffrance animale et également des conditions de travail traumatisante pr les gens qui travaillent au sein de ces industries. Il faudrait se fournir uniquement chez les petits paysans qui respectent encore les hommes et les animaux, malheureusement cela a un prix et ça implique de manger moins de viande tout simplement, et il y a le souci que l’animal est tout de même obligé de passer par la case « abattoir » où les conditions de mises à mort sont tout simplement horrifiantes. Lisez aussi comme ils le disent « Faut-il manger les animaux » de Jonathan Safran Foer. Un livre terrifiant mais qui ouvre les yeux. En ce moment en France et en Espagne il y a des manifestations pour que les choses changes, pr que l’argent ne soit plus placée au dessus des êtres humains. ça n’est pas une lutte pr la protection de notre santé ou des animaux, mais c’est une lutte pr + d’humanité et que les choses redeviennent censées dans un monde qui marche sur la tête. Je vous conseille de vous mobiliser vous aussi car c’est en se réunissant qu’on fera changer les choses ! On commence par un petit bout et c’est tout un système qui se verra amélioré. 🙂

  12. Marina a écrit : « J’ai lu BIDOCHE… ça se passe de commentaires ! Vraiment écoeurant ! Quant au LIVRE NOIR DE L’AGRICULTURE, je cherche où me le procurer. Isabelle Saporta a fait une émission sur France3 en deuxième partie de soirée (au cas où trop de monde serait au courant de ce genre de pratique s’ils diffusaient cette émission en première partie de soirée) courant février avec l’appui et le témoignage de plusieurs experts et une autre sur France5 vers 19h00 mais je n’en trouve plus la trace… Vraiment dommage ! En tout cas, j’espère sincèrement que les consciences vont commencer à bouger pour changer tout ça mais je n’y crois pas trop : on se complaît trop dans ce genre de comportement. On s’en fout de laisser une terre polluée à nos enfants, tant qu’on a notre confort !

    • tu trouveras le livre de noir de l’agriculture dans ta bibliothèque municipale c’est un livre très instructif et particulièrement effrayant…bonne lecture

  13. c’est vrai que ça donne a la fois envie de manger moins de viande et de lire ces livres ! c’est un peu horrifiant cette vision de l’agriculture ; mais j’espère que comme les agriculteurs ont « du bon sens paysans », ils vont arriver à rectifier le tir vers une agriculture plus saine… ça dépend aussi de nous les « urbains » et de nos achats

    • Oui exactement, ça dépend de nous. Ce soir je faisais remarquer à mes enfants que sur nos étagères il n’y a que des produits bio. Je vais très rarement au supermarché mais très souvent au marché, en magasin diéthétique et commande sur site internet « ctoutbio ». Je recherche maintenant les oeufs bio qui me rapellent mon enfance, les industriels étant insipides et pas rentables du tout !!!
      Béatrice.

  14. en gros ,seul les riches peuvent se nourir ,sans trop de risque pour leurs sante et celle de la planete.

    • Excellents choix de lectures, qui devraient être étudiées à l’école…

    • entre acheter 10 fois de la m…. dans la semaine à bas prix ou 5 fois de la qualité ? c’est ce qui est préconisé me semble -il, pour la santé humaine et pour la santé de la planete !

Moi aussi je donne mon avis