Les substances que nous cache… le monoï

Utilisé traditionnellement par les Tahitiennes, le monoï possède des vertus beauté et une odeur irrésistibles, liée aux vacances. Mais quelles substances renferme-t-il ? Comment choisir un bon monoï de Tahiti ?

Rédigé par Pauline Petit, le 20 Jul 2016, à 10 h 15 min

En tahitien, « Mono’i » signifie « huile parfumée » ou « huile sacrée ». Rien de plus parfumé en tout cas que cette huile qui évoque les vacances et le sable chaud. Traditionnellement, le monoï est fabriqué par les femmes tahitiennes à partir de noix de coco fraîches et de fleurs de tiaré. Aujourd’hui, on retrouve parfois dans le monoï industriel des substances chimiques éloignées de sa composition naturelle. Heureusement, une appellation d’origine veille au grain.

La composition du monoï

Le succès du monoï en métropole comme produit de bronzage dans les années 1980-1990 a conduit à la mise en place de mesures de protection du produit monoï afin d’éviter les imitations et les dérives. Ainsi, le véritable monoï de Tahiti garde une recette relativement authentique.

Une appellation d’origine protégée

L’appellation « monoï de Tahiti » est protégée depuis 1992. Tous les produits qui mentionnent cette appellation doivent contenir de l’huile de coprah, extraite de la pulpe de noix de coco dit « cocos nucifera », cultivée en Polynésie française. Il doit contenir également des fleurs de tiaré dites « gardenia tahitiensis » cueillies au stade de bouton en Polynésie.

fleur tiaré monoi

Une fleur de tiaré ©Verodemortillet CC Wikimedia Commons

La composition du monoï de Tahiti pur est donc assez stricte. Toutefois, un produit peut être estampillé « monoï de Tahiti » et ne contenir que 2 %  d’huile de monoï.

Les dérives du monoï

Il est nécessaire de bien vérifier la composition lorsque l’on achète du monoï. En effet, certaines marques utilisent du monoï de Tahiti certifié et ajoutent des huiles végétales moins onéreuses. C’est le cas pour certaines marques bio qui le mélangent avec de l’huile d’amande douce ou de sésame – pourquoi pas !

Mais d’autres fabricants n’hésitent pas à y ajouter en grande quantité d’autres huiles synthétiques, comme la paraffine liquide, un dérivé du pétrole, ou de l’isopropyl palmitate, un composant dérivé de l’huile de palme.

De nombreux produits contiennent en bonne place du « parfum », sans préciser s’il est d’origine végétale ou synthétique. Certaines des substances synthétiques utilisées pour parfumer sont le Hydroxycitronellal, le Hydroxyisohexyl ou le Carboxaldehyde. En revanche, d’autres matières sont contenues naturellement dans le monoï, comme le tocophérol, un anti-oxydant d’origine naturelle.

Bien choisir et bien utiliser son monoï

Regardons donc bien les étiquettes avant d’acheter. Certaines marques proposent des produits de très bonne qualité.

Des produits à 90 % de monoï de Tahiti minimum

Certains produits type huiles sèches ne contiennent que 2 % de véritable monoï de Tahiti. Cependant, certains produits, à privilégier, en contiennent plus de 90 %. C’est le cas du monoï  Tiki Tahiti ou du monoï Hei Poa.

Les monoïs traditionnels se durcissent à une température inférieure à 25°C, il suffit de passer la bouteille sous l’eau chaude pour récupérer une substance onctueuse.

Quoi qu’il en soit, privilégiez les produits qui contiennent le plus de « cocos nucifera » et de « gardenia tahitiensis » dans leur composition. L’huile de coprah ne pouvant être certifiée bio, les monoïs traditionnels ne sont pas bio. En revanche, les préparations au monoï contenant une majorité d’autres huiles végétales, peuvent être certifiés bio. À vous donc de bien faire votre choix !

Le monoï n’est pas un produit de bronzage

Une idée reçue tend à assimiler le monoï au bronzage. Or l’huile au monoï ne contient aucun filtre solaire, et est donc dangereux pour votre peau pendant l’exposition au soleil. C’est en revanche un très bon hydratant après-soleil, il permet également d’atténuer les vergetures et nourrit les cheveux. Les Tahitiennes s’en servent beaucoup comme huile de massage pour leurs hommes : un exemple à imiter.

 Photo de couverture : des bouteilles de monoï ©Flickr/Monoi_de_tahiti
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



J'ai travaillé dans différents organismes, tous liés de près ou de loin aux questions qui me passionnent : la consommation durable et l'alimentation. J'ai...

4 commentaires Donnez votre avis
  1. Bonjour,

    Je voulais juste dire que je m’apprêtais à aller acheter du monoi de tahiti de la marque “Hei Poa”, et j’ai vite fait marche arrière car en visitant leur site internet, j’ai pu constater qu’ils fabriquent pleins d’autres produits dérivés du monoi, dont un gel douche exfoliant qui contient des microplastiques (polyéthylène)…j’ai dès lors décidé de boycotter la marque.

  2. Vous conseillez le monoï Hei Poa !!! Certes se n’est pas un des “pires” que l’on peut trouver en France mais tout de même… Quand on voit la liste des ingrédients du plus basique de la gamme (COCOS NUCIFERA (COCONUT) OIL, PARFUM (FRAGRANCE), GARDENIA TAHITENSIS FLOWER EXTRACT, TOCOPHEROL, BENZYL SALICYLATE, AMYL CINNAMAL, LINALOOL, GERANIOL, CITRONELLOL, BENZYL BENZOATE, LIMONENE, FARNESOL, BENZYL ALCOHOL) cela fait froid dans le dos…
    Perso j’utilise depuis des années un Monoï conseillé par un ami Tahitien, que l’on trouve un peu plus difficilement en France mais très facilement commandable, dont la marque est : “Comptoirs des Monoï”… Fabriqué à Tahiti il ne contiens que de l’huile de coprah, de la fleur de Tiaré, du parfum végétal et du tocophérol… ET C’EST TOUT !

  3. La photo présentée ci dessus ne représenteras la fleur deTiare mais celle du frangipanier !

Moi aussi je donne mon avis