Vrai-faux produits régionaux : le saucisson d’âne

Rédigé par Flor, le 27 Sep 2013, à 14 h 08 min

La Corse est une destination touristique prisée avec de belles plages et de majestueuses montagnes. Souvent évoquée pour ses faits d’actualités, cette petite île fait face depuis quelques années à un fléau qui sévirait sur les étals des marchés et des supermarchés. Le touriste de la métropole, persuadé que c’est une spécialité insulaire en est friand. Alors quel est ce produit ? Voici… le saucisson d’âne !

saucissonsLe saucisson d’âne ? Une vraie ânerie !

© CC asmorod

© CC asmorod

Touristes curieux, vendeurs opportunistes et une demande grandissante ont permis au business du saucisson d’âne de fleurir. Souvent sous les regards intrigués et les esprits indignés des habitants insulaires, les produits sont estampillés “Corse”. Les locaux s’en défendent pourtant de manière virulente, même plusieurs blog corses écrivent sur le sujet. Non, le saucisson d’âne n’est pas une spécialité du coin et encore pire, les corses ne mangeraient jamais de l’âne. Mais d’où vient ce mythe ?

L’origine de la légende touristique est difficile à déterminer. Cela pourrait être un coup des industriels qui face à la demande auraient commencé à vendre ces saucissons. C’est peut-être également une trop forte proximité avec la Sardaigne, qui commercialise la chair de l’âne en charcuterie. En tout cas, pour les corses c’est un coup dur, car dans la culture de l’île, les ânes sont des compagnons de travail respectés et affectueux.

Un saucisson à l’origine pas très corse

ane-corse2Non seulement le saucisson d’âne n’est pas un plat typique corse, mais ce n’est pas non plus fabriqué sur l’île. La viande serait originaire d’Amérique du Sud. Pour un produit garantit corse, aucune étape de la production à la finition n’est faite dans l’endroit spécifié.

Les charcuteries se retrouvent dans les étals des marchés et même dans les supermarchés en toute tranquillité. Ce qu’on peut voir derrière ça, c’est est un véritable problème de contrôle des produits de terroir. Pour les professionnels du milieu qui se donnent du mal à produire de la charcuterie “100 % corse“, c’est un véritable combat.

Composition du fameux saucisson d’âne :

De la viande d’âne est présente mais en petites quantités, elle est associée à la graisse de porc. On peut retrouver cet aliment confectionné traditionnellement en Ardèche ou dans le sud de la France.

La seule solution pour sauver la charcuterie Corse : l’AOC

© CC Jean-louis Zimmermann.

© CC Jean-louis Zimmermann.

Seuls quelques produits charcutiers ont pu recevoir une certification Appellation d’Origine Contrôlée (AOC) : le coppe, le lonzi et le prisutti. Parmi les produits non-certifiés, il reste entre-autres le saucisson au porc, qui subit une véritable concurrence avec le saucisson industriel. Le journal Corse-matin a fait part de chiffres alarmant pour le traditionnel savoir-faire insulaire : “90 % de charcuterie estampillée corse” ne l’est pas vraiment et “moins de 10 % de la charcuterie insulaire est faite de façon traditionnelle“. Le reste proviendrait “de Chine, de Hollande ou au mieux de la Bretagne“.

Pour remédier à la demande croissante, l’industrie s’est développé, mais elle a une fâcheuse tendance à s’approprier l’esprit traditionnel et surtout les prix ! Alors le touriste qui veut un vrai produit du terroir a plutôt intérêt à connaître les bonnes adresses. Pour dénicher les charcuteries traditionnelles, il faudra aller voir du côté des AOC ou alors demander au producteur  lui-même. Cependant une chose est sûre, le saucisson d’âne n’est pas Corse.

*

Je veux témoigner

Retour au sommaire de la série sur les vrais-faux produits artisanaux 

Bannière : © CC Lynn B.

La valeur nutritionnelle du saucisson

saucisson-nutrition saucisson

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Rêvant de voyages aux quatre coins du monde, je me consacre actuellement à l'alimentation et aux sciences sociales. Je m'intéresse en particulier aux...

9 commentaires Donnez votre avis
  1. Quand je vois qu’il faut 1 ou des article pour que les gens comprennent ENFIN que c’est pas du tout Corse le saucisson d’âne , je me dis que ceux qui en fabrique ont bien raison, car bonjour les pigeons qui se posaient pas de questions et réfléchissaient pas 1 seconde ! et ben ça promet pour les ” escrocs ” de la charcuterie, de beaux jours devant eux. Car ça marche encore très bien cette arnaque a la con, loooool .

  2. le mensonge de certains fabriquants corse ceux sont dévoiléz par eux même, lorsque j’ai été en corse, j’ai visiter une usine de fab de saucisson. la viande étant toute de la congeler, le porc provient d’europe du nord notamment l’irlande, le sanglier existe trop peu en corse pour que l’île produise de la viande pour faire des saucissons, et l’âne je suis d’accord avec le sujet ci dessus, il vient d’amérique du sud et pour comble le gérant me disait que si il veut mettre en production du saucisson de girafe , il le ferait volontiers. Cette usine se placait en transformateur de produit et rigoler largeusement sur la provenance des viandes et le produit fini !

  3. Il est temps de finire avec tout ces mensonges la vie est plient de mensonge aller comment voulez vous que les commerçants font ,,il ni à que l’argent qui compte alor soies prudents et ayez l’ouïe

  4. Je ne suis pas fan de charcuterie en général !

  5. Je suis une inconditionnelle de la Corse, et je trouve scandaleux que la vraie charcuterie Corse n’aie pas encore d’AOC.

    J’en arrive,j’ai rapporté de la coppa et du saucisson fabriqués dans une ferme auberge de façon artisanale en pleine montagne. J’ai goutté les produits dans cette ferme. J’ai visité l’atelier et le séchoir, et je suis même allée voir les porcs.

    J’y vais tous les 2 ans et je suis très méfiante sur les marchés

  6. Dans plusieurs boutiques de produits corse il est écrit: pour le saucisson d’ane, il y a les supermarchés pour ça. D’où la provenance…

    • Cela m’a fait rire et ……… ce n’est pas faux.

  7. Rien de mieux que de se rendre dans les fermes, qui aujourd’hui ouvrent leurs magasins directement sur l’exploitation. Souvent l’agriculteur est aussi derrière les fourneaux à préparer des produits 100% naturels et 100% régionaux. En fait c’est comme pour les routiers, vous savez plus il y a de camions, meilleur est la réputation, faites la même chose sur les marchés, mais là regardez surtout la tête du vendeur et son discours. En général il a un discours qui tient la qualité.

  8. pour appat du gain ces gens nous feraient acheter et manger n’importe quoi remarquez la faute nous incombe aussi.a nous de reflechir en corse les ànes sont trop utile car quand les ingenieurs (corse) n’arrivent paz a tracer une route ils lachent les anes et nous n’avons qu’a suivre je plaisante .

Moi aussi je donne mon avis