Le portrait type des mangeurs de Bio

Rédigé par Emma, le 31 Oct 2013, à 13 h 26 min

On sait peu de choses sur les mangeurs de bio. Ils sont pourtant de plus en plus nombreux (1). Peu d’études ont creusé le sujet. Pourtant, les questions sont nombreuses : qui sont les Français qui mangent bio ? Ce choix d’alimentation influe-t-il sur leur comportement en général ? Quel est l’effet sur leur poids et leur santé ? Pourquoi ont-ils choisi le bio ?

Réponses avec une grande enquête pilotée par Denis Lairon (directeur de recherche émérite à l’Inserm), effectuée grâce aux Français participants à Nutrinet-Santé et publiée par la revue PloS One en octobre.

 

Manger bio = mener une vie saine

logo-demeter-agri-bd2L’étude a mesuré l’attitude et la fréquence de consommation de 18 produits Bio, dont 16 aliments, qui ont été évalués dans un sous-échantillon de 54 311 nutrinautes adultes (2). Il faut bien noter qu’il s’agit là d’une étude d’observation, basée sur le témoignage spontané d’internautes volontairement inscrits sur Nutrinet-Santé. Il ne s’agit pas d’une étude scientifique, mais elle donne un aperçu et des pistes de réflexion très intéressants.

Globalement, les produits Bio sont perçus comme  :

– étant meilleurs pour la santé (69,9 %) et pour l’environnement (83,7 %).

– 51 % des répondants les considèrent comme « trop chers ».

7 % des Français sont des consommateurs réguliers de produits bio (7 606 personnes). Mais la grande majorité des Français n’en mangent qu’occasionnellement (27 512 personnes). Ces chiffres rejoignent à peu près ceux du baromètre Agence Bio/CSA 2012 (3).

 

course-sport enduranceLe portrait-type du mangeur bio régulier, homme ou femme

  • Il (ou elle) est plutôt âgé(e) : 44 ans en moyenne
  • Il (ou elle) a fait des études.
  • Il (ou elle) n’a pas forcément de hauts revenus
  • Il (ou elle) fait du sport
  • Il (ou elle) mange surtout des fruits et légumes
  • Il (ou elle) boit moins d’alcool
  • Il (ou elle) n’est pas fan du McDo
  • Il (ou elle) n’est pas en surpoids
  • Il (ou elle) mène une vie plutôt saine.

 

Et les non-consommateurs de produits bio ?

argent_pollutionLes non-consommateurs représentent 19 193 personnes. Ils se répartissent en 3 groupes différents en fonction de la raison de non-consommation de produits Bio :

a) manque d’intérêt pour ces produits,

b) attitude d’évitement (évitent de consommer ces produits),

c) coût trop cher (ne consomment pas ces produits car considèrent que prix est trop élevé).

 

Détaillons un peu plus le portrait des consommateurs réguliers.

Ils ont un niveau plus élevé d’éducation et sont physiquement plus actifs, mais ont un niveau de revenus comparables aux non-consommateurs Bio

Un comportement alimentaire plus sain

noix-bien-mangerIls mangent plus équilibré, en privilégiant les aliments considérés comme sains  : produits d’origine végétale et peu raffinés comme les fruits, les légumes, les légumes secs, les céréales complètes, les noix, les amandes, les noisettes…

… et  mangent moins d’aliments considérés comme peu sains : les  charcuteries (31 % de moins), les boissons sucrées (hommes : 34 % de moins ; femmes : 46 % de moins) ou alcoolisées (hommes : 18 % de moins ; femmes : 8 % de moins) les produits des « fast-food » (hommes : 22 % de moins ;  femmes : 25 % de moins).

> Suite : Pas de problèmes de surpoids

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Découvrez tous mes conseils nutrition et diététique pour une alimentation plus saine au quotidien

6 commentaires Donnez votre avis
  1. Manger bio… Oui, je mange bio et mon budget alimentation s’est plutôt réduit !
    1) Il existe des solutions de fruits/légumes bio (ou de proximité) pas beaucoup plus chers qu’en grande surface.
    2) Et, comme ils sont « bio », je ne les épluche plus. Même si je fais des jus (carottes, céleris… pommes, etc.)
    3) Ensuite je consomme aussi les fanes.
    4) Tout ce que j’achète n’est pas forcément bio, d’ailleurs. Mais je sais d’où ça vient !
    5) Ainsi, la viande n’a pas fait des milliers de km et vient de chez mon « petit boucher » qui, contrairement à… là où j’allais avant, la prépare et retire les moindres nerfs et gras, AVANT la pesée !
    6) Résultat, s’il est un peu plus cher, personne ne laisse rien sur le bord de son assiette. Et la quantité achetée est exactement celle que je veux.
    7) J’ai réduit le budget « protéines animales » et j’ai appris où se trouvaient les protéines végétales.
    8) Etc, etc.
    Et tout le monde ici se régale !
    Oui, il s’agit d’abord d’avoir un autre point de vue sur le mot « consommer » en général et sur le mot « économie » en particulier !

  2. Je pense que donner un profil type du consommateur bio est un peu une étrange idée, pour moi cela ne dépend pas d’un profil mais plutôt d’une prise de conscience des gens, savoir si cette consommation pourrait être abordable et/ou profitable sur notre santé. Vous avez des personnes qui en ont les moyens mais n’en sont pas réellement convaincues et d’autres qui le sont totalement sans pouvoir y accéder par son coût trop élevé…et d’autres encore qui en ont une opinion erronée « alimentation des bobos ». Le bio se démocratise mais pour cela, il faut une politique promotionnelle, ce qui n’est pas vraiment évident avec les lobbyings, notre époque nous oblige à ménager la chèvre et le chou, c’est pourquoi la transition sera difficile mais pas impossible et pour le futur une obligation. Donc dans ces conditions actuelles et avant de pouvoir s’offrir une alimentation que nous ne sommes pas encore mesure tous de pouvoir s’offrir, il est regrettable de faire connaître aux gens la fausse réalité d’un sondage tout à fait partial…

    • entièrement d’accord avec FLORIS ; qui plus est, que les consommateurs de bio évitent l’alcool, ne fréquentent pas Mac Do, et mènent une vie saine, ça tombe sous le sens ; avait-on vraiment besoin d’une enquête pour arriver à cette conclusion ?

  3. D’accord avec Emmanuelle. Dans le cas de notre famille, c’est parce que nous consommons de préférence les produits locaux, bio ou au moins respectueux de l’environnement,et pour le reste, nous privilégions les produits équitables, qui dans une très large majorité sont bio

  4. Bonjour,
    Il me semble que ce qui est un peu oublié dans ce profil, c’est aussi l’aspect militant: je consomme bio pour mes enfants (pour une production raisonnée et durable) et parce que je me fournis dans des ESAT qui emploient des adultes en situation de handicap. Cet aspect est aussi important pour moi.
    Emmanuelle

    • +1 avec roux, mais pour ma part l’aspect militant se situe surtout dans le fait que je fais un maximum de choses moi-même (pain, gâteaux, biscuits, ketchup, mayo, tous mes repas, pâte à tartiner, conserves,…), ce qui fait que j’achète la plupart de mes produits de base en magasin bio et en vrac.
      De cette manière je ne me ruine pas en achetant des produits tous faits, même bio, et je reste autonome puisque je garde mon savoir-faire…que je transmets à mes enfants, ce que faisaient nos anciens !

Moi aussi je donne mon avis