Œufs contaminés : un deuxième insecticide en cause

Le ministère de l’Agriculture a annoncé ce 25 août que des traces d’amitraze, un autre agent insecticide, ont été retrouvées dans certains élevages français de poules pondeuses.

Rédigé par Nathalie Jouet, le 28 Aug 2017, à 9 h 45 min

Nouvel épisode dans le feuilleton des oeufs contaminés : après le fipronil, de l’amitraze a été utilisé dans une dizaine d’élevages français et notamment dans deux départements dont les noms n’ont pas été dévoilés. Ce produit est interdit en Europe depuis 2009 lorsqu’il est utilisé comme pesticide. Il est en revanche autorisé comme médicament vétérinaire pour les ruminants, les abeilles et les porcs.

L’amitraze, un deuxième insecticide incriminé dans l’affaire des oeufs contaminés ?

Le ministère de l’Agriculture a récemment indiqué que plusieurs élevages français de poules pondeuses ont utilisé de l’amitraze et qu’une recherche de résidus de cette substance dans les oeufs est en cours. Le responsable ? La société Chickfriend déjà impliquée dans l’affaire du fipronil. Les services du ministère de l’Agriculture disent vouloir mettre « à profit ces opérations de recherche de l’utilisation éventuelle de fipronil pour dresser plus largement un état des lieux des pratiques en matière de traitements contre le pou rouge« .

Sondage : Allez vous changer votre consommation d’oeufs suite au scandale du Fipronil ?

Contrairement au fipronil, l’usage de l’amitraze dans les productions animales est interdit. Cette substance est autorisée comme médicament vétérinaire pour le traitement antiparasitaire des ruminants, porcs et abeilles, rappelle le ministère. Cependant, « il n’a pas d’autorisation de mise sur le marché pour la filière volailles« . L’Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) a été saisie pour évaluer le risque sanitaire éventuel si la présence de traces d’amitraze était confirmée sur les oeufs.

Les contrôles sanitaires se poursuivent

En attendant les résultats de l’enquête, les autorités françaises prennent les mesures nécessaires pour lutter contre la contamination au fipronil. Le 24 août 2017, le ministère a publié une liste de produits commercialisés en France contenant des traces de fipronil et qui ont été retirés des rayons(1). Il précise également que « plus de 520 autocontrôles ont été effectués par les entreprises françaises, essentiellement par la quinzaine d’entre elles les plus concernées par le risque de contamination par du fipronil« . 34 d’entre eux se sont révélés positifs, entraînant le retrait de la vente des produits contaminés.

Sur le Planetoscope , découvrez les chiffres de la production  française d’oeufs

Du côté des éleveurs de volailles, la perte financière est lourde. Le gouvernement néerlandais l’a évaluée à plus de 33 millions d’euros. Les élevages ont subi entre 120.000 et 220.000 euros de dommages initiaux. Ils « sont frappés par des coûts élevés et font face à la faillite puisqu’ils ne reçoivent aucun soutien financier« , comme l’a déclaré le président de la Fédération néerlandaise des agriculteurs et des maraîchers dans une lettre à la ministre de l’Économie néerlandaise.

Illustration bannière : OEufs contaminés – © fewerton
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...




Aucun commentaire, soyez le premier à réagir ! Donnez votre avis

Moi aussi je donne mon avis