Le mauvais temps pèse sur les récoltes 2016

Après l’annonce d’une probable chute de la production de blé français qui pourrait atteindre 10 à 15 %, voici que les prévisions en matière de production de fruits sont tout aussi moroses. Les récoltes 2016 s’annoncent bien mauvaises.

Rédigé par Valérie Dewerte - De Bisschop, le 29 Jul 2016, à 15 h 27 min

Ce n’est pas le mauvais temps du premier semestre, en particulier les pluies incessantes, qui auront eu un effet détestable sur la production ou les récoltes de fruits dans l’Hexagone, mais tout simplement, l’hiver qui n’a pas été assez froid. Le métabolisme des arbres fruitiers a en effet besoin d’être totalement mis à l’arrêt par les températures négatives de l’hiver, afin d’obtenir la meilleure floraison possible au printemps. Mais comme l’hiver 2015-2016 a été le plus chaud depuis 1900, la floraison a été médiocre.

Les conditions météo défavorables pour les récoltes 2016

Si l’on ajoute que les basses températures contribuent à éliminer une partie des oeufs et larves de parasites, et que d’improbables orages de grêle, en juin, ont détruit plusieurs centaines d’hectares de vergers, on comprend que les prévisions de production soient si mauvaises.

Pour les abricots, la chute pourrait atteindre au bas mot 30 % par rapport à 2015, qui, cependant, était une bonne année. Du côté des cerises, la chute prévue anticipe 15 % de fruits en moins. Les producteurs de poires s’attendent à récolter 10 % de fruits en moins, 7 % pour les melons et 6 % pour les pommes. Ces prévisions s’entendent en poids et non en unités.

récoltes 2016 fruits poire

50 % d’abricots en moins en Rhône-Alpes

Dans certaines régions, en raison des conditions météo locales particulières, la baisse de production est dramatique. En Rhône-Alpes, la production d’abricots pourrait chuter de moitié par rapport à 2015 !

Paradoxalement, cette baisse de production va peser sur les revenus des agriculteurs, mais ne devrait pas provoquer de drames : les prix de ces fruits, devenus plus rares, ont de façon logique, nettement augmenté : en 2016, les abricots sont ainsi 10 % plus chers en moyenne, par rapport à l’année dernière.

Les agriculteurs touchés par des intempéries destructrices bénéficieront, eux, du soutien du fonds de garantie météo prévu pour intervenir dans ce genre de cas.

 

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...




2 commentaires Donnez votre avis
  1. Detti, köszi a meghívót, küldj légyszi még egyet! (pirulós szmájli)… RÃtat¡tinkottam az elsÅ‘re, de nem mentettem el a blogodat, és most meg már lejártnak mondja a meghívót… Köszi!

  2. je ne trouve pas où je peux me désabonner, merci de me désabonner pour moi. bg

Moi aussi je donne mon avis