Lait standard vs Lait bio

Rédigé par Consoglobe, le 2 Feb 2010, à 13 h 20 min

Aliments incontournables, le lait de vache, lait de chèvre, les laits végétaux et les produits laitiers apportent beaucoup d’éléments essentiels à l’organisme. Cependant, entre le lait classique et le lait bio, pas simple de choisir !

Lait standard

Les pour : Nutritif, peu cher
Les contre : Production polluante, conditions peu favorables pour les animaux, risques d’allergies

 

Production : L’agriculture classique permet d’utiliser des pesticides et des engrais pour la croissance des plantes fourragères, nourrir les animaux avec des hormones ou encore les soigner avec des antibiotiques. Par ailleurs, pour limiter le développement de certains micro-organismes, des traitements de conservation sont essentiels. 

D’autre part, une vache doit mettre bas avant de pouvoir donner du lait. Pour tirer un maximum de profit des vaches laitières, l’insémination artificielle est pratiquée chaque année et, depuis le moment où les vaches sont portantes jusque quelques semaines avant la naissance suivante, elles sont traitées.

En France, le lait est payé selon plusieurs critères : qualité bactériologique, qualité sanitaire, germes butyriques, lipolyse et recherches d’inhibiteurs (antibiotiques). Le respect de ces normes nécessite un certain nombre de contrôles au moins 3 fois par mois. Ils sont effectués par 20 laboratoires laitiers agréés, répartis dans toute la France.

Ainsi, selon le type de produit désiré, le lait subit différents traitements comme :

  • La pasteurisation

C’est le traitement le plus courant pour la destruction des germes pathogènes. Le lait est chauffé à 72°C pendant 15 secondes, puis immédiatement refroidi.

  • La stérilisation

Le lait est chauffé à plus de 100°C afin de détruire tous les micro-organismes susceptibles de s’y développer.

> La productivité des vaches laitières a augmenté ces dix dernières années. Chaque vache produit entre 5000 et 8000 litres de lait par année. Cette sur-exploitation des animaux est à l’origine des infections du pis, qui sont traitées au moyen de médicaments. Après quelques années, la production de lait diminue fortement chez la vache qui n’est plus rentable. Elle est alors envoyée à l’abattoir.

Environnement  : Pour produire 1 l. de lait, il faut 840 litres d’eau. Par ailleurs, la nourriture donnée aux vaches n’est pas directement transformée en lait, elle est aussi transformée en déchets polluants (excréments, urine…) et en chaleur. Tout comme pour la viande, la production de lait est synonyme de gaspillage d’énergie et d’aliments.

Santé :  Le lait animal est souvent perçu comme l’une des plus grandes sources de calcium capable de prévenir l’ostéoporose. Toutefois, le lait de vache peut aussi provoquer des allergies et on considère que 3/4 de la population mondiale est intolérante au lactose. En effet, le lait contient des toxines qui proviennent de la nourriture donnée au bétail et qui s’accumulent. Le lait contient 5½ fois plus de pesticides que les végétaux .

Prix : 1 euro en moyenne (varie selon les régions)

 

Lait bio

Les pour : Production plus écologique, nutritif, peu de risques d’allergies
Les contre  : Coûteux

 

Production  : Les critères établis pour l’alimentation des bovins dans les fermes certifiées bio sont relativement proches de l’agriculture classique. En revanche, il existe un cahier des charges très stricte du lait “bio” qui s’appuie sur 3 grandes principes :

  • Les vaches doivent aller tous les jours à la pâture et donc ne pas rester en permanence dans l’étable, qui doit elle-même respecter des conditions de confort : hygiène, aération, lumière…
  • Les vaches laitières doivent manger uniquement de l’herbe, de céréales et des fougères naturelles, et très peu de maïs d’ensilage qui dans le cas de la production de lait conventionnelle, peut entraîner le développement de certaines pathologies traitées par des antibiotiques que l’on retrouve ensuite dans le lait.
  • L’éleveur ne doit pas utiliser d’antibiotiques, sauf en cas de crise grave pour l’animal (mais dans ce cas le lait est retiré du circuit bio) et privilégier les médecines douces.

Mais dans les préparations de lait infantile, le lait de vache bio ne constitue que 80 % du produit. On y ajoute des huiles végétales qui, elles, ne sont pas systématiquement bio.

Environnement : Une production biologique proscrit les pesticides, les OGM, les engrais mais aussi tout additif de synthèse. En revanche,  les éleveurs peuvent utiliser des antibiotiques pour soigner les vaches. Cependant, avant d’y avoir recours, l’éleveur privilégie les méthodes alternatives comme la médecine douce.

Santé : Selon les défenseurs de l’agriculture biologique, le lait bio contient davantage d’omégas 3, de vitamines A, d’antioxydants et de vitamines E que le lait conventionnel. Mais selon d’autres recherches, le fait d’utiliser peu d’antibiotiques et d’élever les vaches dans de meilleures conditions et avec peu de compléments alimentaires, n’apporte pas vraiment de différence en termes de qualité par rapport au lait conventionnel.

Prix : Le lait bio est en moyenne 60 % plus cher que le lait conventionnel.

 

 

Le verdict consoGlobe

Lait standard : 5 / 10
Lait bio : 7 / 10

L’agriculture biologique est en pleine effervescence depuis quelques années à travers le monde. En effet, tandis que la crise du lait continue de faire parler d’elle, la consommation de lait bio augmente, la demande s’amplifie et la production de lait bio connait un essor sans précédent, en France. Toutefois, notons que la fabrication de lait conventionnel en France s’établissait à 3 795 milliers de tonnes en 2007 !

Lait végétal, l’alternative naturelle

Lait végétalLe lait de vache peut-être remplacé dans un certain nombres de recettes par les laits végétaux : le lait de soja, lait de riz, de noix de coco etc. Chacun a ses propriétés et sa saveur. De plus, le lait végétal est une très bonne alternative en cas d’intolérance au lactose. L’industrie alimentaire a développé de nombreux produits de substitution au lait et aux produits laitiers proposant une offre de plus en plus large.

 

La consommation de lait et de ses produits dérivés peut être arrêtée sans forcément leur trouver des aliments de substitution.

Lire également sur l’alimentation bio

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...




33 commentaires Donnez votre avis
  1. LE LAIT BIO EST INFECTE !!!!! POUR VOTRE SANTE NE CONSOMEZ JAMAIS BIO !!!!! LE BIO C4EST DEGUEU, J’AI DEMANDE REMBOUSEMENT:

  2. L’achat d’1 litre de lait conventionnel en supermarché ne nous dit pas comment il est produit . C’est un lait de mélange de toute les fermes d’un secteur . Dans ces fermes conventionnelles il est produit de différentes façons : l’hiver tout ensilage de maïs, vaches sur caillebotis et qui ne sortent jamais etc etc . J’achète du lait bio pour 2 raisons :1: Le cahier des charges est beaucoup plus contraignant sur le bien être animal (l’animal doit sortir, manger de l’herbe produite sur l’exploitation etc etc 2: J’ai la chance d’avoir les moyens de me l’acheter en sachant que le lait ne représente pas un gros budget au foyer et j’encourage les producteurs bio .

    • le lait bio est également un lait de mélange de toutes les exploitation, et les vaches mange aussi du maïs, et ce n’ai pas forcément bio chez tous le monde. certains font du bio juste pour les prix et non pour l’éthique.

  3. Bonjour,

    Si je peux me permettre votre article est suranné ou mensongé.
    Les éleveurs produisant du lait standard ne traient pas les vaches traitées aux antibiotiques.
    La quantité d’eau pour produire un litre de lait doit être supérieure avec le lait bio.
    Les effluents d’élevage ne sont pas a considérer comme un déchet polluant mais comme un fertilisant naturel des cultures à condition qu’il soit correctement épandu.
    Au début de l’article vous parlez de vaches traitées mais je pense que vous parlez de vaches traites…
    Bref c’est article est mal renseigné et fait un troublant éloge du lait bio qui a des vertus mais pas toutes celles énoncées

  4. Voici un site en constion très interessant traitant de lait également
    http://src.iut-troyes.univ-reims.fr/~mmid114b04/m2206/laitmeuuuh/

  5. Apres des decenies de consomation de lait conventionnel,j’ai pris du lait bio pour voir la difference.Et bien il n’y a pas photo,le lait bio a le gout du lait d’autrefois,des senteurs d’herbes et de fleurs,plus genereux et plus fort aussi.
    Le lait conventionnel c’est de l’eau blanche au gout de fer (medicament?)

  6. Bon, d’après vos commentaires ce ne sont que des bêtises ici mais j’avoue que je cherche vraiment des renseignements sur les conditions de production du lait bio, alors si vous pouviez critiquer de façon un peu plus instructive et expliquer clairement (pour ceux qui travaillent dans le milieu) comment ça se passe, ce serait adorable.

  7. Il faut préciser que pour produire du lait, lorsque la vache met bas, son veau lui est arrachée pour l’abattoir et quand à elle, se fait prélever son lait maternel qui devrait être destiné au petit … C’est ainsi que les conditions de vie de ces animaux sont honteuses ! La mère ne peut même pas vivre avec son petit ! Moi je dis : GO VEGAN pour la fin de ces crimes !

  8. On voit tout de suite les messages provenant des lobbyes , exploitants industriels et autres trublions… la supériorité du Bio sur le “normal” (truffé de produits toxiques et qui nous empoisonnent à petit feu) ne devrait plus être à démontrer. Ma santé m’a forcé à passer au Bio et la FAO a émis un rapport comme quoi le Bio pouvait nourrir toute la planète. un de mes voisins, exploitant agricole anti-Bio est décédé récemment d’une leucémie foudroyante, alors soyons sérieux!

  9. Bonjour,

    En ce qui concerne la “norme”, les critères ou standards du bio (je ne sais pas trop comment appeler ça), pourriez-vous nous dire à partir de quelle source officielle vous les avez écrit ? Par exemple, le fait que les vaches qui produisent du lait bio ne doivent pas consommer d’antibiotiques… Où puis-je trouver le document officiel du cahier des charges du bio ?

    Merci d’avance
    JC

  10. Très bien le lait bio, mais vraiment trop cher. 60% + cher, ils sont gentils, j’allais dire que ça coûtait 2 fois plus cher.

  11. Désolée, mais je suis septique, on nous dit que les vaches mangent moins ou plus d’emsilage, mais quand est il des prairies, si les voisins utilisent des pesticides sur leur pré, pensez vous que comme le nuage de Tchernobil cela s’arrete à la frontière? Je consomme du lait bio, mais je me pose tout de meme des questions,je ne voudrais que cela soit une opèration marketing, juste pour nous prendre un peu d’argent. Que pensez vous de cela

    • Je n’ai pas vu d’étude sur la pollution aux pesticides des pâturages bio. Par contre Greenpeace a fait une étude sur les résidus de pesticides dans plus d’une centaine d’échantillons de pommes européennes. Les pommes bio ne présentent aucun résidu de pesticide et sont vraisemblablement aussi exposées à leurs voisines non-bio que les pâturages.

      Ceci pour tenter de tordre le cou à cette idée reçue que la pollution aux pesticides nuit à l’agriculture bio

      Une autre stat : le bio est passé de 3% à 6% des surfaces cultivées ces dernières années. La proportion des eaux de rivières non polluées aux pesticides est la même…

      Donc le bio permet de dépolluer nos eaux de rivière.. et de boisson

  12. Cet article est un parfait exemple de sophisme : le raisonnement à l’air de tenir la route, pour autant il est totalement fallacieux. ça me révolte de lire de telles conneries ! Heureusement que les divers commentaires sont là pour rappeler à la réalité.
    Je tiens à préciser que je suis pourtant consommateur de lait bio.

    • Et quels sont les raisons non fallacieuses pour lesquelles vous choisissez le lait bio ?

  13. je viens de lire vos commentaires sur la différence lait conventionnel et lait bio. Il est remplie d(inepties, de fausses conclusions. Je suis formatrice en agriculture et ai des amis producteurs de lait conventionnel et bio. Je vous assure qu’il est grand temps que vous alliez voir de plus près les fermes. Pour votre gouverne, même les vaches bio font des “déchets” comme vous dites, tout comme vous il me semble! Votre merde est plus propre que celles des vaches? Et une vache qui produit plus, ramenée au litre de laits produits, pollue moins. Réfléchissez plus avant de mettre sur la toile de telles conneries!!!

    • Enfin un commentaire censé! ;-)Ceux qui n’ont jamais mis les pieds dans une fermes ne se rendent pas compte de la réalité. Certaines fermes en élevage conventionnel sont très proches des pratiques bio. Et en conventionnel, quand une vache reçoit des antibiotiques, son lait est écarté de la vente pendant plusieurs jour (les règles sont très strictes et les contrôles ont lieu tous les jours sur le lait des camions laiterie pour éviter la présence d’antibiotiques). Même le lait bio peut provoquer des allergies car ces allergies sont principalement dues aux composants intrinsèques du lait (ex: protéines, intolérance au lactose…) qui sont les même dans le lait bio ou conventionnel. Certes, le bio a l’avantage d’être bénéfique pour le bien être des animaux et la gestion responsable des prairies (pas de pesticides ni engrais chimiques), mais par contre les élevages bio émettent plus de gaz à effet de serre par unité de produit (car les vaches produisent moins de lait)!

    • Pourriez-vous donner les différences de votre point de vue plutôt que de vous limiter à une critique brutale ?

      Pensez-vous par exemple que les excréments bourrés d’antibiotiques sont sans conséquences sur la microbiologie du sol. L’équilibre du milieu favorise ensuite celui des espèces végétales et animales qui en vivent.
      Regardez les vidéos du dernier microbiologiste des sols : Claude Bourguignon

      Et merci de nous donner des informations concrètes issues de votre expérience

  14. Cette comparaison est parfaitement honteuse et mensongère.

    • J’avoue que dire que le lait standard donne des conditions peu favorables pour les animaux c’est un peu pousser ^^

  15. à Zebra2.

    le processus d’échange entre le fœtus et la mère est totalement différent entre la femme et la vache:
    le placenta de la femme et trop fin (3 couches) ce qui peut laisser passer des virus(sida…) ou des traces d’alcool en même temps que les anticorps.
    Tandis que chez les bovins le placenta sépare le fœtus par 6 couches (trop épais) donc aucun passage de micro-organismes pathogène NI d’anticorps, d’où l’intérêt de donner le colostrum rapidement après la naissance d’un veaux.

  16. à Torrado
    Voici pourquoi… Si vous arrivez à digérer http://www.itab.asso.fr/downloads/autres-publi/rapport-micropolluants-lait.pdf 🙂 C’est une éclatante démonstration de toutes les cochonneries qui sont absorbées par les vaches, et qui se retrouvent dans le lait…:s
    Si quelqu’un me dit que ce n’est pas vrai, que c’est éliminé, que la personne se demande pourquoi on interdit aux mères qui allaitent de consommer de l’alcool…parce que ça se retrouve direct dans le lait…!
    (le processus est le même, pour la vache comme pour la femme)

  17. Expliqué moi pourquoi mon organisme ne tolère pas une goute du lait standard alors que je peu boire une tasse de lait bio sans aucune réaction d’intolérance au lactose ou allergique.

    • J’ai le même problème avec mon fils. Le lait classique lui donne des selles très étranges et l’empêche de digérer correctement certains autres aliments. Personne ne sais pourquoi le lait bio (ainsi que tous les autres produits laitiers bio) lui conviennent. On me rit au nez quand je dis que je ne lui donne plus que du lait bio.
      Çe que j’aimerai savoir c’est Quel élément il ne supporte pas, car on le retrouve certainement dans certaines viandes ou autres aliments.
      Le problème de l’intolérance est qu’on ne peut pas faire les même tests que pour une allergie, j’ai un peu galéré avant de trouver. Il m’a fallu lui retirer le lait et tous les produits dérivés de son alimentation. Ensuite j’ai eu l’idée d’essayer le bio. Réussite.
      Si vous avez le ou les nom des éléments perturbateurs de son organisme, je suis preneuse. Merci.

  18. Je suis producteur de lait biologique et je trouve votre comparaison mal construite car n’utilisant pas les critères essentiels. Elle est dégradante pour les producteurs de lait -y compris classiques- car des choses énoncées y sont inexactes, et surtout faite dans le seul but de faire la promotion du lait végétal. Revoyez-vos critères d’appréciation ainsi que leur véracité et soyez plus objectifs!!
    Merci d’avance

    • Bonjour,
      une question concernant la durée de vie des vaches en production de lait biologique: combien de temps gardez-vous une vache qui produit du lait (en production biologique?) est-ce le même laps de temps que dans la production de lait non bio, c’est à dire environ 5 ans d’après mes lectures et le site “oneplanet”?
      Comment mettez-vous fin à la vie de ces vaches?
      Merci

    • Merci pour votre commentaire pertinent! Cet article n’est pas objectif du tout et truffé d’erreurs…!

    • Emilika, la durée de vie des vaches en élevage bio est généralement un peu plus longue qu’en élevage conventionnel. Quand les vaches ne sont plus assez productives, elles sont abattues et on consomme leur viande (dans certains pays la viande de vache laitière de réforme vaut plus de la moitié de la viande bovine vendue dans les grandes surfaces et horeca!)

  19. C’est n’importe quoi cette comparaison surtout pour du lait ; le propos rapporté ici son diffamatoire ; libre à vous de ne pas être éthique en favorisant des productions qui utilisent beaucoup d’hectare pour une faible productivité. Libre à vous de favoriser des produits bio qui tuent (se souvenir des problèmes avec les céréales germées contaminées) ! Moi j’évite de prendre des produits bio.

    • je vois que vous ne vous y connaissez pas en agriculture biologique! la productivité a évolué! renseignez vous!

    • rien de tel pour la santé qu une cuillere de pesticides le matin a jeun :o)

  20. Je ne trouve pas normal de discréditer le lait standart par rapport au lait bio sur des arguments infondés comme les hormones “des
    plantes fourragères, nourrir les animaux avec des hormones ou encore
    les soigner avec des antibiotiques.”.Les hormones sont interdit en france depuis plus de 10 ans.

    • De même que toute une série de pesticides que l’on retrouve pourtant dans les cheveux des enfants.

      Il est urgent de revenir à une agriculture bio, écologique, artisanale et éthique. Comme la ferme du Bec Hellouin qui a des rendements 80% supérieurs à ceux de l’agriculture conventionnelle.
      C’est aussi la garantie de meilleur revenus pour les paysans, une meilleur santé pour tous et pour l’environnement, plus d’emploi.

      C’est gagnant, gagnant, gagnant.

      Un seul coût : accepter que l’alimentation nous coûte un peu plus que 14% de notre budget. Mais en baissant notre consommation de viande nous pouvons réduire cet impact.

      Au vu de tous les avantages, est-ce que cela ne vaut pas la peine de se priver de quelques biens de consommations superflus ?

Moi aussi je donne mon avis