La pêche électrique interdite dans l’Union européenne

Le Parlement vient d’interdire la pêche électrique dans l’Union européenne, accusée de détruire les écosystèmes marins. En attendant la rédaction d’un texte commun avec la Commission et les États membres.

Rédigé par Aurélien Savart, le 16 Jan 2018, à 14 h 45 min

La décision est tombée ce midi. Le Parlement européen s’est prononcé sur l’interdiction de la pêche électrique, par 402 voix pour et 232 contre.

La pêche électrique interdite dans toute l’U.E

Pourtant interdite au sein de l’Union européenne depuis 1998, la pêche électrique était tout de même pratiquée à titre dérogatoire par les Pays-Bas depuis une décennie. Cette pratique décriée, consiste à poser sur le fond marin des électrodes lestées et à électrifier le sédiment pour électrocuter les poissons qui y vivent.

interdiction pêche électrique

© Split Second Stock

Auparavant, chaque État membre avait le droit d’équiper d’électrodes 5 % maximum de sa flotte dédiée la pêche. Avec une décharge électrique limitée à 15 V.

Seul pays qui avait encore recours à cette méthode, les Pays-Bas étaient suspectés de ne pas respecter le quota de 5 % en équipant jusqu’à 28 % de leurs navires, et d’envoyer une décharge de 40 à 60 V, soit une tension bien supérieure à la limite autorisée.

Dossier spécial : la pêche et ses abus

La pêche électrique au centre des débats

Pour l’instant, il existe très peu d’études scientifiques sur l’effet de cette pêche à large échelle, et à long terme, sur l’écosystème marin. Mais plusieurs tests en eau douce font état de blessures, de mortalités prématurées, et d’effets sur les juvéniles, les embryons et la fertilité des poissons.

L’association Bloom rapporte qu’une étude de l’institut public néerlandais de recherche marine a montré que 50 à 70 % des cabillauds de grande taille capturés par les chalutiers électriques ont la colonne vertébrale fracturée.

interdiction pêche électrique

© Rudmer Zwerver

Les défenseurs de la pêche électrique avancent quant à eux l’argument d’une réduction des consommations d’énergie, car la pêche est plus efficace et le temps passé en mer se trouve réduit. Les premiers bateaux équipés ont ainsi constaté une baisse de consommation en gazole de 50 %.

Illustration bannière : Chalutier en mer des Wadden, Pays-Bas © Split Second Stock
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...




2 commentaires Donnez votre avis
  1. Bonne nouvelle ! Si c’est une déception pour quelques-uns, c’est à mon sens, un soulagement pour la plupart d’entre nous

    • tout à fait d’accord avec vous!

Moi aussi je donne mon avis