L’eau est-elle un médicament ?

Rédigé par Emma, le 3 Apr 2014, à 17 h 35 min

L’eau peut-elle soigner ? Pour quoi et pour qui peut-elle être un médicament ? Les personnes atteintes de maladies rénales sont particulièrement concernées par ce sujet, puisqu’il y a un lien très fort entre les apports hydriques et l’évolution des ces maladies.

Voilà la réponse à la question et les explications du Pr Gérard Friedlander, spécialiste du rein *, au cours de sa conférence sur Diétécom 2014, à Paris.

Un rôle positif de l’eau sous-estimé dans les maladies rénales

L’eau dans notre corps représente rien moins que 70 à 60 % de sa constitution. Si avec l’âge, l’eau corporelle diminue, elle ne descend jamais en-dessous de 60 %.

Un rôle multiple de l’eau dans le corps

cafe-eau-verre-tasseL’eau est vitale pour le corps. Elle maintient la température corporelle, mais elle est aussi un vecteur des nutriments en aller/retour dans nos cellules dont elle maintient le volume.

Les entrées et sorties de l’eau de l’organisme sont très finement régulées. Naturellement, par la transpiration, la respiration et l’urine, nous perdons entre 1 L et 1,5 L/jour. Tout dépend de la température extérieure et d’une éventuelle activité physique. Il faut donc compenser ses pertes.

petite-fleche-consommation-durable“Si on boit moins d’un litre d’eau, il y a une mise en jeu de l’hydratation”, souligne le Pr Gérard Friedlander au cours de sa conférence. Entre alors en jeu une hormone qui va réguler ses variations en eau, et garder l’eau corporelle en cas d’apports insuffisants : c’est l’ADH, l’hormone anti-diurétique. Elle agit au niveau du rein en retenant l’eau, et donc en concentrant les urines.

→ Donc, moins on boit, plus l’ADH augmente, plus l’eau corporelle est retenue, plus les urines sont concentrées.

Boire plus d’eau a des effets positifs sur les maladies rénales

anatomie-reins-femme-organesLa soif fait partie du mécanisme d’ajustement des apports et sorties de l’eau, avec l’ADH.

Mais aujourd’hui, on sait qu’il ne suffit plus de boire seulement quand on a soif.

C’est particulièrement vrai pour les maladies rénales : quand on augmente ses apports hydriques, même sans avoir soif, certaines de ces maladies peuvent être ralenties, voire évitées.

1- Calculs rénaux et infections urinaires

C’est particulièrement vrai pour les calculs rénaux (ou lithiases urinaire), dont souffrent quand même 10 % de la population française – un chiffre en hausse chaque année -, aux dires du scientifique.

“De nouvelles études confirment qu’une hydratation volontaire et abondante diminuent les crises de coliques néphrétiques, en évitant la précipitation des cristaux de calcium de phosphate ou d’oxalate”. Ce résultat est le même pour les personnes souffrant  d’infections urinaires.

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Découvrez tous mes conseils nutrition et diététique pour une alimentation plus saine au quotidien

5 commentaires Donnez votre avis
  1. franchement l’eau c’est la vie

  2. J’ai travailler dans le Sahara de la Lybie durant 5 ans et je ne buvais jamais plus de un litre par jours malgrer les 45-50 degrés , et je me porte tres bien

  3. Y a t-il un danger à boire trop d’eau ?

    • Franchement non!!! l’eau c’est la vie!!!!

    • oui bien sur il ya ce qu’on appelle l’intaxication a l’eau si la quantité bien sur est tres importante

Moi aussi je donne mon avis