Fruits et légumes bio et local en distributeur automatique

Rédigé par Flor, le 20 Jul 2013, à 13 h 39 min

Qui a dit que consommer bio et local était trop contraignant ? Depuis plusieurs années de nouvelles initiatives se multiplient dans le secteur de l’alimentation durable. Revenir à des valeurs délaissée par l’industrialisation, oui, mais tout en restant modernes ! Quelques fermiers en France ont décidé de sauter le pas et de s’équiper de distributeurs automatiques bio.

Un distributeur automatique de légumes frais

distributeur-legumes-bio-4

© Gwendoline Jourdain / Jardin Mod Kozh

Les distributeurs automatiques sont peut-être pratiques, mais ils ont souvent une connotation négative liée à la malbouffe. Chips et barres chocolatées sont chose courante dans les gares et les universités.

Cependant, l’avantage de la praticité n’a pas échappé à certains fermiers bio, qui ont décidé de remanier le concept. Les chips font place aux pommes de terres, aux courgettes et aux tomates… et bien sûr le tout varie au fil des saisons.

Ces distributeurs bio, plus grands que les autres, sont équipés de plusieurs cases où différentes offres sont possibles. Les tailles des paniers varient pour des prix abordables allant jusqu’à 10 euros pour les gros.

Les produits sont disponibles 24h sur 24 et 7 jours sur 7 pour le plus grand bonheur des habitants des villages à proximité. Cela dépanne les situations imprévues, ou ceux qui n’auront juste pas eu le temps d’aller au marché.

Les fermiers doivent cependant rester attentifs et réapprovisionner en fonction de la demande, et si les produits ne partent pas tout de suite, ils restent frais. La plupart des distributeurs rendent la monnaie et le paiement se fait en liquide. C’est ainsi que les habitués et les curieux viennent se servir en toute tranquillité, sans foule et sans se presser.

L’exemple à Pont-Melvez en Bretagne

distributeur-legumes-bio-2

© Gwendoline Jourdain / Jardin Mod Kozh

Le Jardin Mod Kozh fournit en légumes un distributeur automatique à Grâces, en Bretagne.

Il est tenu par Gwendoline Jourdain qui cultive ses légumes « de manière naturelle, sans engrais chimiques et favorise les variétés anciennes« , nous informe-t-elle. Son distributeur est réapprovisionné 2 fois par jour « ce qui garantit la fraîcheur des légumes proposés« .

Elle met également à disposition des bouquets de fleurs et en hiver des conserves et des confitures.

Gwendoline Jourdain précise que ce que les clients préfèrent sont « la fraîcheur des produits, mais également la proximité du lieu de culture et le fait que le jardin soit cultivé sans traitement ni engrais chimique.« 

Le distributeur automatique ne reste pas pour autant un endroit dénué de convivialité, l’exploitante déclare : « le distributeur est un lieu de rencontre entre les clients et moi, mais aussi entre eux où ils peuvent échanger leurs idées de recette. »

Avec 180 sortes de tomates différentes, 17 espèces de pommes de terre et au moins 7 variétés d’aubergines, il y a de quoi s’échanger pleins de recettes et d’astuces !

Gwendoline Jourdain du Jardin Mod Kozh
22, Pont-Melvez
Site internet : legumesetfleurscoupees.com

> Suite : Un distributeur d’asperges à Solaize dans le Rhône (video)

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Rêvant de voyages aux quatre coins du monde, je me consacre actuellement à l'alimentation et aux sciences sociales. Je m'intéresse en particulier aux...

9 commentaires Donnez votre avis
  1. je sui mounir elyansli de nationaliter marocain.tous siplemecherche une contrat d’emploi saisonnierr ds les fermes de fruits et legumes.j’ai l’experiance et l’habitude de travails par ce que j’ai deja travaillee ds les fermes marocains.

  2. Moi j’y voit ma maraîchère régulièrement lors de ses réapprovisionnements, c’est l’occasion de parler de son travail et d’échanger des recettes. Vu la taille de son exploitation il lui serai sûrement impossible d’embaucher un employé !
    Pour la consommation en énergie, je ne suis pas d’accord, un seul véhicule se déplace pour amener les légumes en ville alors que sinon il faudrait que chacun de déplace en campagne pour faire ses achat, donc moins de carburant d’utilisé.

  3. Effectivement, il ne peut pas y avoir une et une seule méthode qui convienne à tout le monde… Par exemple, comment faire quand on travaille, que l’on doit gérer les enfants et que l’on travaille à 45 min de chez soi?
    Alors pour moi, dDans certains cas de figure, cette « méthode » là me semble idéale !

    (un « distributeur » vient tout juste d’ouvrir à saint jory, juste au nord de toulouse)

  4. C’est formidable, j’espère que cela va se répandre partout et notamment près de chez moi, avoir enfin des produits authentiques et favoriser les producteurs qui le méritent bien.

  5. Bonjour,
    Il y a aussi ces distributeurs à Périgny sur Yerres et Mandres Les Roses (94). Ce sont les fruits et légumes d’un producteur de Périgny.

  6. Bonjour,
    Dans les Yvelines, il en existe une version à Chavenay près de saint Nom la Bretêche à la Ferme d’Ancoigny, le premier self inauguré en Ile de France depuis quelques années maintenant (2010). (Ils proposent aussi des paniers AMAP).
    Facile d’accès, produits frais et de saison, produits transformés sur place (sauces maison, soupe, cidre…).
    Ils proposent aussi bien des fruits que des légumes.

    • Flor

      Merci pour l’information, je rajoute ça à la liste !

  7. Pour ma part, je n’approuve pas vraiment cette méthode :
    1/ Aucun contact avec le producteur
    2/ un rendez-vous journalier avec un(e) vendeur(se) créerait un emploi et de la convivialité
    3/ Système coûteux en énergie

    • Devant tes arguments,je suis désolé ma pauvre Lolote63 mais tu n’a vraiment rien compris !!!

      Ce concept est innovant,il apporte de véritables réponses aux producteurs comme aux consommateurs.

      Je te laisse comprendre tes erreurs …

Moi aussi je donne mon avis