Cinq astuces simples et naturelles pour prendre soin de son coeur

Mauvaises habitudes de vie, situations stressantes, idées noires : ces facteurs peuvent parfois entraîner des troubles de la fréquence cardiaque, qui, s’ils sont anodins, n’en sont pas moins désagréables et contribuent à augmenter notre angoisse. Ainsi, nombre de personnes souffrent de palpitations, ou d’extrasystoles qui peuvent leur gâcher la vie quand elles s’intensifient et ont tendance à durer un certain temps.

Rédigé par Sonia C, le 6 Jul 2016, à 8 h 11 min

Le coeur est un muscle caractérisé par sa capacité à se contracter de manière autonome et rythmique, sous l’impulsion d’un courant électrique initié par des cellules spécialisées, appelées « cellules pacemaker ». Ce courant se propage ensuite le long d’un trajet précis des oreillettes aux ventricules, pour un mouvement harmonieux et synchrone des parties droite et gauche.

Mais parfois, le rythme s’emballe et cela peut être angoissant. En dehors de toute pathologie dûment détectée par un médecin, il est possible de soulager ces sensations, voire de les faire disparaître, par quelques moyens simples à la portée de tous.

Zen, soyez zen : la cohérence cardiaque

Un exercice à répéter trois fois par jour, assis confortablement : comptez six respirations composées chacune d’une inspiration de cinq secondes suivie sans apnée d’une expiration de cinq secondes. Chaque cycle dure donc une minute, à renouveler quatre fois, pour une séance d’une durée totale de cinq minutes. Effet apaisant garanti.

Pratiquer une activité physique régulière… et adaptée

Ce n’est pas parce que votre meilleur(e) ami(e) pratique la zumba de façon intensive quatre heures par semaine qu’il est bon de vouloir l’imiter. À chaque coeur son sport : piscine, marche nordique, footing léger, vélo. Les sports d’endurance peu violents sont excellents pour entretenir la vigueur du muscle cardiaque et en développer les capacités et la résistance. Demandez éventuellement à un médecin spécialisé le sport qui vous irait le mieux, alliant plaisir et aptitude.

natation-soin-coeurL’alimentation n’est pas en reste

Les omega-3 – encore et toujours eux – ont fait la preuve de leurs bénéfices sur la santé cardio-vasculaire. Ils fluidifient le sang et limitent donc les risques d’accidents vasculaires, et auraient également un impact positif sur l’arythmie. Misez sur les poissons gras (sardine, maquereau, saumon…) deux fois par semaine, ainsi que sur les huiles type colza, noix ou lin, la plus riche en omega-3, à raison d’une cuillère à soupe par jour pour avoir votre quota de bons acides gras.

En parallèle, limitez les graisses saturées contenues dans les viandes, les charcuteries, les produits laitiers non allégés et privilégiez les cuissons à l’eau, au four ou à la vapeur plutôt que les fritures.

cuisson-vapeur-soin-coeurCôté phytothérapie

Deux plantes se démarquent pour leurs propriétés calmantes au niveau du coeur, réduction des palpitations : l’aubépine et la passiflore, à adopter sous forme de comprimés ou d’infusion, en cas de stress ou simplement le soir, au coucher, pour favoriser l’endormissement.

Régulièrement

Pesez-vous et surveillez votre tension. Le surpoids et l’hypertension sont les ennemis invétérés du coeur qui se fatigue plus vite quand il est soumis à ces deux facteurs de risque. Et bien évidemment, on oublie définitivement la cigarette.

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Sonia C., passionnée de biologie et de nutrition, j’aime l’idée de rendre les sciences accessibles à tous sans pour autant en édulcorer les grands...

6 commentaires Donnez votre avis
  1. Je me disais justement je reconnais cette façon d’expliquer si bien les choses;l’Anonyme c’était vous! merci Sonia je comprends tout si facilement avec vous. Quant à moi je ne retrouve pas tout de suite où j’ai déposé mon commentaire,alors tout en cherchant j’en lis d’autres et les jours passent. Et oui,hyper sensible hyper émotive hyper bcp de choses encore…Dieu que la vie est épuisante! je vous embrasse bien fort (si vous me le permettez)

    • Biensûr que vous le pouvez 😉
      Les gens fortement émotifs ressentent tous les petits aléas de la vie de manière exacerbée, et en cela, je vous l’accorde, elle peut paraître épuisante. D’un autre côté, vivre sans jamais se sentir touché par quoi que ce soit doit la rendre bien monotone…voire morose! Pour ma part, je préfère une vie en dents de scie – pour ce qui est des émotions – qu’un trajet pépère qui n’éveille rien en nous et ne nous donne pas l’occasion de réfléchir, de nous questionner. C’est le mythe de la caverne de Platon : se tourner vers la lumière et découvrir la vérité est salvateur!

  2. J’ai encore oublié de mettre mon nom!!

  3. Bonjour Sonia! agréable à lire et parfait comme d’habitude. Merci pour votre bienveillance et générosité.Je vous souhaite une très belle année 2017 ainsi qu’à ceux qui vous sont chers. Moi,je dois prendre de l’Emconcor 2,5 ; mais il ne me semble plus suffire .Vendredi matin ,le médecin me dira ce qu’il en est. le stress quotidien me fait jeter sur le chocolat et le sucré et ça c’est pas bien…(!)A bientôt bien-sûr!

    • Bonjour Caroline! Une très bonne année à vous également. J’espère que votre médecin pourra vous trouver un traitement adapté. Si il n’y avait que le stress pour se jeter sur le chocolat… J’ai regardé une émission très intéressante, au delà de son côté un peu amusant, diffusée sur Arté :  » sucre ou gras  » . En réalité, l’un et l’autre pris séparément restent peu appétants. C’est le mélange des deux qui crée une véritable addiction en stimulant notre système hédonique, encore appelé système de récompense, qui fonctionne avec la sérotonine. Ce système,très émotionnel donc, vient se greffer sur un autre système, beaucoup plus primitif, sensé gérer notre satiété, au niveau de l’hypothalamus. Un apport de gras simple, par ex, de par sa haute valeur énergétique, va provoquer l’envoi d’un message sasiétant. Mais imaginons ce même gras conjugué à du sucre (c’est l’ex du cheesecake qui était étudié sur des rats, composé à 50% de sucres et à 50% de matière grasse), il va entraîner une stimulation du système hédonique, totalement indépendant de la sensation réelle de faim/sasiété. En shuntant à chaque fois l’autre système, ce dernier prend le pas et nous fait manger sans faim, d’où les risques de prise de poids. Voilà! Nous sommes – au cas où on ne l’aurait pas deviné – assez tributaires de nos émotions!
      Bonne journée!

  4. Bonjour,
    Merci pour votre article, il est bon de rappeler que l’on peut protéger naturellement son cœur, par une activité physique régulière et adaptée à ses capacité, par la consommation d’oméga-3, de légumes et de fruits crus et cuits à chaque repas, en limitant sa consommation de sucre et en évitant les fast-food et les produits cuisinés industriels, il faut consommer frais, de saison et si possible bio et reprendre en main sa cuisine pour savoir exactement ce que l’on consomme. Pour les produits laitiers la consommation à base de lait de chèvre ou de brebis sera préférable au lait de vache. Quand à la viande appliquons le principe de frugalité cher au régime méditerranéen, pas plus de 2 fois par semaine pour les viandes blanches et 1 à 2 fois par mois pour la viande rouge et la charcuterie. Prenons soin de notre santé c’est notre seule richesse.

Moi aussi je donne mon avis