Il est grand temps d’adopter le niksen, cet art de ne rien faire

Vous rêvez d’un moment de répit ? Adoptez le niksen, cet art de ne rien faire venu des Pays-Bas ! Accordez-vous un instant de répit et regardez les gens passer, laissez votre cerveau divaguer.

Rédigé par MEWJ79, le 14 Aug 2019, à 18 h 40 min

Voici un nouveau concept, qui nous vient du nord, tout droit des Pays-Bas : le niksen, ou l’art de ne rien faire. L’idée est simple : laisser son portable, s’accorder un instant de déconnexion, de répit, sans culpabilité.

Le niksen, ou l’art de ne rien faire, un concept à la mode

Vous connaissez le hygge ? Le lagom ? Mais connaissez-vous le niksen ? Il s’agit toujours d’un concept nordique, qui repose cette fois-ci sur une idée des plus basiques : ne rien faire.

Dans ces temps de burn-out et autre stress excessif, où la déconnexion est oubliée, ce courant qui célèbre l’oisiveté décomplexée est en vogue. « Ah ! Qu’il est doux de ne rien faire – Quand tout s’agite autour […] », écrivait Michel Carré. Il semble qu’il ait été écouté.

Mais en quoi consiste exactement cet art de ne rien faire ? « Pour les Néerlandais, regarder les gens passer par la fenêtre ou aller à la mer pour fixer les vagues pendant un moment est considéré comme du niksen », explique Ionela Bărbuță dans Dutch Review. Elle poursuit : « Et ce faisant, ils parviennent à un état de calme et de tranquillité appréciable. »

niksen

Les chats, de grands maîtres de l’art du niksen ! © LittlePigPower

S’accorder du temps, un répit, de l’oisiveté sans culpabilité

Aujourd’hui, même la lecture, les expositions, les films, ou encore les séries sont consommés à la chaîne.

Le niksen est un concept « slow life », qui aide à reprendre possession de son temps et accorder à son cerveau un moment de répit. On pourrait le traduire par le célèbre « farniente » italien, le « chill » américain, ou encore la « glande » française, mais en retirant tout aspect péjoratif, lié à ces notions.

Ce n’est pas le premier concept venu du Nord. Il y a eu le « hygge », du Danemark, qui prônait l’art du cocooning à la maison : créer une atmosphère chaleureuse et réconfortante. Le « lagom » suédois incitait à adopter un mode de vie équilibré, en modérant sa consommation. Le niksen, lui, doit permettre de s’accorder un instant d’oisiveté, sans portable et sans livre. Et surtout sans aucune culpabilité ! 

Illustration bannière : Femme qui ne fait rien d’autre que d niksen – © Antonio Guillem
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Journaliste, je fais le grand écart entre football et littérature jeunesse.

Aucun commentaire, soyez le premier à réagir ! Donnez votre avis

Moi aussi je donne mon avis