L’Agriculture raisonnée, plus adaptée que la bio ?

À en croire ses adeptes, l’agriculture raisonnée repose tout d’abord sur l’attitude de l’agriculteur qui dans ses choix techniques, prend en compte les règles de la nature, c’est-à-dire qu’il s’adapte au fonctionnement de son écosystème local et des mécanismes de régulation biologiques. Pour ses détracteurs, l’agriculture raisonnée est une supercherie qui introduit la confusion dans l’esprit du public.

Rédigé par Consoglobe, le 21 Feb 2017, à 17 h 00 min

L’agriculture raisonnée cherche à trouver un équilibre entre les objectifs de productivité de l’agriculture moderne conventionnelle et les contraintes d’une agriculture respectueuse de l’environnement. L’agriculture raisonnée tend par là à se rapprocher de l’agriculture biologique sans toutefois en adopter toutes les contraintes et donc sans pouvoir en revendiquer le sigle ou le nom.

L’agriculture raisonnée : une approche plus réaliste que la vraie bio ?

D’une manière générale, les pratiques de l’agriculture raisonnée sont définies dans un cadre élaboré en concertation entre spécialistes de l’agriculture, de l’agro-alimentaire, de l’environnement, de la distribution, et représentants des consommateurs. D’un point de vue règlementaire, la première référence à l’agriculture raisonnée figure dans la loi NRE de mai 2001. Mais, on reste loin de la rigueur appliquée à la définition des produits bio.

Il est attribué sur demande aux produits alimentaires qui respectent le cahier des charges de l’agriculture biologique correspondant à leur catégorie (fruits, légumes, lait, viande, poisson, etc), ainsi qu’aux préparations alimentaires utilisant ces produits. Le label AB est la propriété du Ministère de l’agriculture français, et les producteurs labellisés sont régulièrement contrôlés par des certificateurs indépendants agréés par l’État.

Acheter des aliments BIO, et des produits bio en général, permet de ne pas s’exposer aux multiples effets toxiques des milliers de produits chimiques ou non naturels (aluminium, zinc, etc.) que contiennent les aliments.

agriculture-raisonnee-france

L’agriculture raisonnée est donc un mélange de techniques modernes, voire de pointe, et de savoir-faire traditionnels « à l’ancienne ». Un agriculteur raisonné utilisera par exemple un peu d’engrais chimique à certaines périodes de l’année alors que l’agriculteur biologique, lui, se l’interdit complètement. Autre exemple, l’agriculture raisonnée n’exclut pas complètement les OGM.

Selon ses partisans, l’agriculture raisonnée est une meilleure réponse aux attentes et aux contraintes de la consommation moderne, avec ses exigences croissantes de qualité et de volume. Ainsi, la production de produits Bio ne suffit pas en volume et face à l’expansion de la demande de 10 % par an, il faut maintenant importer de plus en plus de produits biologiques de pays étrangers ; ceci étant peu bénéfique au bilan écologique desdits produits.

L’agriculture raisonnée, une étape raisonnable vers la bio ?

La conclusion naturelle de certains est que l’agriculture raisonnée est pour des agriculteurs, longtemps habitués aux méthodes productivistes peu soucieuses de la préservation de la nature, un mode de production auquel ils peuvent se référer sans tout bouleverser. Pour certains, passer par l’agriculture raisonnée permet, quelques années plus tard, d’envisager une évolution vers l’agriculture bio, alors plus aisée. Notons d’ailleurs que certains agriculteurs BIO entretiennent parallèlement des cultures « raisonnées ».

Force est de constater pourtant que le sujet est très polémique et que certains puristes contestent fortement la pertinence de l’agriculture raisonnée, qui à certains égards, est considérée comme aussi négative que l’agriculture intensive classique.

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...




56 commentaires Donnez votre avis
  1. te trop raison lamblin jte jure wallah vide mma mere sur la bible

  2. Je ne pense pas que l’AR soit une vaste fumisterie, tout simplement l’AR a été instrumentalisée par l’agrobusiness.

    l’AR ,en tant que certification, est un échec; mais il existe bien une prise de conscience environnementale au sein de l’agriculture conventionnelle conjointe à l’avènement du bio. Ces 20 dernières années de considérables efforts ont été réalisé d’un point de vu agronomiques/techniques pour diminuer l’impacts sur l’environnement. Le chemin a parcourir est encore long, on est confronté avant tout à l’immobilisme du système, la réticence des acteurs économiques.
    .
    Restons factuel, objectif et constructif. La transition écologique de l’agriculture est un exercice difficile et épineux qui demande une réelle expertise et du pragmatisme. Cela passe par un projet de societé, des réponses économique et agronomique adaptés et multiples. Pour ce qui est de la réponse agronomique c’est évident que cela passe par une complémentarité entre AB et autre forme d’A (R,intégré, agro-écologie)

    Pourquoi vouloir tout opposer?
    Les visions simplistes, les postures dogmatiques, c’est trop facile. Non l’AB n’est pas l’incarnation de la vertu et l’agriculture conv le mal incarné. Le débat ne porte pas sur l’opposition entre AB et AC, cette querelle est stérile et contre productive.

Moi aussi je donne mon avis