Surpêche, 100 000 emplois à la mer !

Rédigé par Jean-Marie, le 17 Feb 2012, à 16 h 58 min
Surpêche, 100 000 emplois à la mer !

La surpêche n’a pas seulement pour conséquence de faire disparaître les poissons des océans ; elle fait aussi disparaître des emplois. C’est ce que révèle un rapport anglais qui démontre que la pêche excessive nuit aux pêcheurs eux mêmes. En chiffrant les dégâts.

La pêche européenne est en déficit chronique

anchois-pecheCe n’est pas pour rien que s’est installée la la « Journée de la dépendance aux poissons», ou « Fish dependance day (FDD)» en anglais (1).  Les poissons pêchés en Europe pour le marché européen sont de plus en plus petits et de moins en moins nombreux. A tel point qu’on considère qu’à l’échelle de l’Union européenne (2), si consommait des ressources halieutiques (des poissons) provenant uniquement des eaux européennes, on aurait manqué de poisson dès le 2 juillet 2011 (13 juin pour la France seule !). En 2010, cette “Journée de la dépendance” était le 9 juillet.

Que représente la pêche pour l’Europe ?

Le secteur de la pêche au sein de l’Union européenne représente 1 % du PIB de l’UE. Ce chiffre modeste masque le fait que l’Union est l’une des principales puissances mondiales en matière de pêche, derrière la Chine, avec 7 millions de tonnes issues de la pêche et de l’aquaculture en 2005. Bien qu’elle exporte 2 millions de tonnes, elle est extrêmement dépendante des pêcheurs étrangers avec une importation de 6 millions de tonnes et un déficit commercial de plus de 13 milliards d’euros.

Il y a environ 88.000 navires de pêche dans l’UE. Si en termes d’emploi, la pêche n’est plus très importante au niveau européen, elle reste importante dans certaines régions dépendantes de cette activité (Galice, Algarve, Açores, Écosse…). Au total, il y aurait 190.000 pêcheurs à temps partiel ou complet.

L’aquaculture représente à la même date 1,3 million de tonnes.

Le 1er pays pêcheur de l’UE était, en 2006, le Danemark (17,4 %), suivi de l’Espagne (15,2 %) et de la France (12 %). (source : rapport Marée amère du Sénat)

Le problème ne fait donc que s’amplifier d’année en année. Pour y répondre, c’est la course aux armements et à la surpêche :

  • En Europe, la puissance de pêche augmente toujours plus.  Entre 1992 et 2009, la flotte de pêche de l’Union européenne est toujours plus puissante : elle gagne 3 % par an en « puissance réelle de pêche » grâce à des améliorations techniques permanente sur les bateaux ou en matériels de détection électronique.
  • Ce gain se fait malgré la diminution du nombre de navires de pêche européens de 105 à 80 000 navires sur la période qui ne fournissent que 4 millions de tonnes de prises, soit seulement 38 % des 10,7 millions de tonnes de poissons consommés par les Européens.

surpeche en europeMalgré tout, la flotte de pêche, avec 4 millions de tonnes de poissons capturés, n’arrive pas à satisfaire la demande toujours plus grande des Européens qui consomment 23,1 kg de poisson par an et par personne en 2007.

Pêche illégale, technologie de pointe, course à la taille des navires, rejet des poissons pêchés à la mer, pollutions, activité des lobbys espagnols, portugais ou français, … les facteurs aggravants se multiplient.

*

Suite > Les pertes économiques de la surpêche

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...

Je change la donne : je contribue à l’action de consoGlobe.com !

Chargement
Sélectionnez une méthode de paiement Chargement

Paypal vous offre aussi la possibilté de payer simplement avec votre carte de crédit, sans créer de compte Paypal.

Informations personnelles

Total du don : 5.00€

En faisant un don, vous participez à l'action de consoGlobe.com. Vous permettez ainsi à l’équipe de vous fournir des articles uniques et de qualité. Et surtout un jour, peut-être, vous nous permettrez de vivre sans publicité !


Jean-Marie Boucher est le fondateur de consoGlobe en 2005 avec le service de troc entre particuliers digitroc. Rapidement, il convertit ses proches et sa...

5 commentaires Donnez votre avis
  1. l’alarme est tirée depuis longtemps, de nombreuses associations se battent et les scientifiques prévoient qu’il n’y aura plus un poisson comestible dans l’océan en 2042 si la pression reste la même que celle qui est aujourd’hui pratiquée. Arrêtons de pêcher les poissons pendant leur période de reproduction, laissons les atteindre la vie adulte et se reproduire pour assurer leur reproduction. Nous avons réussi avec une pêche intensive des stocks, à détruire complètement l’empereur, un poisson qui vit longtemps (jusque 100 ans) et se reproduit tardivement et peu…Ce qui se passe aujourd’hui dans les océans est dramatique, la pêche profonde est une arme de destruction massive de nos océans mais… c’est loin, c’est profond et cela ne se voit pas….. jusqu’au jour où tout le monde va tomber de l’armoire car l’homme aura réussi à détruire une ressource offerte par la planète qui se développe toute seule. Bravo !
    Et quid des petits pécheurs qui n’ont plus rien à pêcher près des côtes, et qui bien sûr n’ont pas tout l’armada de guerre des chalutiers profonds…. que peuvent-ils faire pour subvenir à leurs besoins et quelle alternative ont-ils pour vivre au quotidien?

  2. j’ai toujours entendu dire qu’il ne fallait pas pêcher les poissons trop petit car ils ne s’étaient pas encore reproduit. Alors on a pêché les gros ceux qui se reproduisaient Encore une belle connerie de la règlementation européenne. sachez que les poissons pondent parfois jusqu’a un million d’oeuf par kilo soit 20 kilos 20 million. cherchez l’erreur et arrêter de laisser croître la population mondiale.ou il faudra bouffer les morts.

  3. l’alarme est donnée depuis très longtemps, des peuples ont réagi en mettant toute une infrastructure en place, grâce à leur pugnacité ils ont réussi à avoir de nouveau du poisson qui avait disparu de leur mer. Prenons un peu le temps de voir ce qui se fait dans le monde, essayons d’être raisonnable, adaptons le progrès à nos besoins.

  4. Enfin des décisions qui vont dans le bon sens.
    Mais ce qui n’empêche pas de faire preuve de bon sens à un niveau plus individuel aussi, en mettant moins de poissons et de viandes dans nos assiettes.
    Pour notre part par exemple (famille de 4 personnes), nous consommons du poisson maximum 1x/semaine voire moins souvent(moins de 500gr) et de la viande 2 à 3x/semaine (moins d’1kg au total).
    Cela nous suffit largement.
    La conscience et l’éducation sont des sources de progrès et chacun peut et doit faire sa part, tel le colibri.

  5. Super inquietant ce tablo de la peche
    Op

Moi aussi je donne mon avis