La spiruline : l’algue anti-cholestérol

Une micro-algue présente sur terre depuis 3,5 milliards d’années peut-elle aider à lutter contre le cholestérol ? Les études sur le sujet ont toutes montré que la réponse est positive. Mais comment est-ce possible, et pourquoi ? Démonstration.

La spiruline : l'algue anti-cholestérol

Le cholestérol, c’est quoi ?

Le cholestérol n’est pas utilisé comme combustible par le corps, mais joue un rôle important comme lipide alimentaire.

Le rôle du cholestérol

  1. Le cholestérol sert de composant dans la structure des sels biliaires, des hormones stéroïdes (oestrogènes, progestérones, testostérones,  mais aussi cortisol et aldostérone), et de la vitamine D.
  2. Il est un élément important des membranes plasmiques des cellules.
  3. Il entre dans la structure d’une molécule signal essentielle, la protéine Hh qui contribue à orienter le développement de l’embryon.

La provenance du cholestérol

Contrairement à ce qu’on pense habituellement, le cholestérol ne provient pas que de l’alimentation. Au contraire, celui-là est minoritaire par rapport à celui produit naturellement par le corps. Car le cholestérol est indispensable au bon fonctionnement métabolique. Tout le monde a donc besoin d’avoir du cholestérol, mais en quantités raisonnables.

  • 85 % du cholestérol sont produits par le foie, et le reste un peu par l’intestin.
  • 15 % sont apportés par l’alimentation.

Le cholestérol est éliminé par le foie, grâce aux sels biliaires.

Combien de cholestérol par repas ?

La quantité varie en fonction des aliments et de leur quantité. Les aliments qui favorisent le cholestérol sont les viandes, les fromages, les abats, les oeufs, le beurre… Bref, tous les aliments qui contiennent des graisses surtout animales, cachées ou visibles.

Leurs apports en cholestérol peuvent varier de 0,3 g/l – s’il y en a peu au cours du repas – à 1,5 ou 2g/l – s’il y en a beaucoup -, auxquels il faut ajouter 1 à 2 g provenant des sels biliaires.

Où est le problème ?

C’est au cours du transport du cholestérol dans le sang que des problèmes peuvent arriver. Plus exactement, c’est la forme sous laquelle le cholestérol est transporté dans le sang qui est importante. Car il existe deux grandes formes de transport du cholestérol : avec les VLDL et les LDL, et avec les HDL. Explications.

Insoluble dans l’eau et donc dans le sang, le cholestérol doit se lier à des petits complexes de lipides et de protéines appelés les lipoprotéines ; c’est le « L » des trois initiales.

  • Plus les lipoprotéines contiennent de lipides, moins elles sont denses : ce sont les lipoprotéines de base densité (connues par leur acronyme LDL, pour « low-density lipoprotein »), ou de très basse densité (VLDL, « very low density »). C’est le « mauvais » cholestérol. Elles se déplacent du foie vers les tissus périphériques où elles sont utilisées pour les rôles décrits plus haut.
    Donc, plus il y a de LDL, plus elles vont déposer de graisses sur les parois des artères, c’est-à-dire créer de l’athérosclérose (qui est cause d’accidents vasculaires cérébraux et de crises cardiaques).
    L’idéal est donc d’avoir un taux de LDL plutôt bas : de 1,30 à 1,60 g/l.
  • Moins les lipoprotéines contiennent de lipides, et donc plus de protéines, plus elles sont denses : ce sont les lipoprotéines de haute densité (HDL, « high-density lipoprotein »), le « bon » cholestérol.

Elles font le trajet inverse des LDL, et se déplacent donc des tissus périphériques vers le foie pour être dégradées. L’idéal est donc d’avoir un taux de HDL plutôt haut : supérieur à 0,60 g/l.

Lire la suite : Comment la spiruline agit-elle sur le cholestérol ?

Références :