Moins de polluants, plus d’antioxydants dans les fruits et légumes bio

Moins de polluants, plus d'antioxydants dans les fruits et légumes bio

Une question en au centre du débat entre les partisans et détracteurs de l’agriculture bio : les aliments bio sont-ils meilleurs pour la santé ? Sont-ils plus riches en antioxydants et moins contaminés par des métaux toxiques et des pesticides ?

Une méta-analyse de l’Université de Newcastle (projet “QualityLowInputFood” et de l’organisation Sheepdrove Trust) menée par Carlo Leifert en collaboration avec des scientifiques de différents pays, dont l’Inra en France, a porté sur 343 publications et a comparé les cultures conventionnelles de fruits, légumes ou céréales et celles issues de l’Agriculture biologique.

Plus d’antioxydants dans les fruits et légumes bio

produits bioConclusion : les fruits et légumes bio ont des concentrations plus élevées (de 18 % à 69 %) en antioxydants que les fruits et légumes conventionnels. Ils sont plus riches en antioxydants comme les acides phénoliques, flavanones, stilbènes, flavones, flavonols et anthocynanines.

Pourquoi ?

On sait que, en réaction à un stress lié à leur environnement, les plantes produisent souvent des métabolites secondaires ; ce sont les molécules anti-oxydantes. Les fruits et légumes bio en produisent plus – c’est l’hypothèse de travail – car elles sont moins défendues par des produits chimiques de synthèse et doivent donc se défendre naturellement, plus vigoureusement que leurs homologues d’agriculture conventionnelle.

Pourquoi il y a moins de polluants dans les fruits et légumes bio

La différence entre le nombre d’attaques subies par les cultures bio ou non bio serait ainsi à la base de cet avantage, expliquent les chercheurs dans un communiqué : “Des différences plus faibles, mais néanmoins statistiquement significatives ont également été détectées pour certains caroténoïdes et des vitamines”.

Moins de polluants : la confirmation

Autre découverte, le cadmium serait également présent en quantité plus faible dans les cultures bio (en moyenne 48 % de moins).

  • Les taux de présence en azote, en nitrate et en nitrite, sont également respectivement 10 %, 30 % et 87 % moins élevés dans les cultures biio.
  • Mais il reste des résidus (comme on l’a vu avec le vin bio), ce qui pourrait être du aux traitements conventionnels à proximité des exploitations biologiques.

Les fruits produits en agriculture bio présentent environ 7 moins de résidus de pesticides que ceux produits en agriculture conventionnelle (75 à ± 5 % près). Pour les légumes cultivés en conventionnel et les aliments transformés produits à base de ces légumes conventionnels, la fréquence des résidus est 3 à 4 fois plus forte qu’avec les produits bio.