Pesticides : fruits et légumes les plus et moins pollués

Rédigé par Consoglobe, le 16 sept 2015, à 16 h 32 min
Pesticides : fruits et légumes les plus et moins pollués

Manger des fruits et légumes non pollués par des pesticides devient difficile. On les appelle « les 12 salopards », en référence aux Douze Salopards, ce film évoquant un commando anti-nazis. Chaque année, un think-tank des Etats-Unis répertorie les fruits et légumes les plus contaminés par les pesticides. Voici donc le pense-bête de l’année 2015.

Qu’il s’agisse de l’Inserm, de l’EWG, ou de  l’association Pesticide Action Network PanEurope – fondée sur les données de l’Autorité européenne de sécurité sanitaire -, les études vont toutes dans le même sens : on trouve des pesticides partout ! A la suite des analyses menées par ces organismes, le classement des fruits et légumes les plus contaminés est dressé. Plus ou moins alarmant !

article mis à jour en septembre 2015

Des pesticides dans nos assiettes

De nombreux polluants se retrouvent dans notre alimentation : outre les pesticides dont il est ici question, le PCB, le chlordecone,  le mercure, l’aluminium, les mycotoxines, de l’acrylamide, du cadmium, bref… peuvent se trouver dans certains aliments.

pesticides-fruits-légumes-aliments

Des études concordantes

L’Environmental Working Group (EWG), une ONG environnementale de Washington, publie chaque année une étude sur la contenance en résidus de pesticides de 47 fruits et légumes, basée sur 87.000 tests réalisés entre 2000 et 2009 puis en 2013 et 2014(11).  Une autre étude publiée par l’association Pesticide Action Network PanEurope (fondée sur les données de l’Autorité européenne de sécurité sanitaire) souligne que la la majorité des pesticides contaminants les fruits et légumes sont des perturbateurs endocriniens néfastes pour le système hormonal. L’association en a déduit une liste des 18 fruits et légumes les plus pollués !

  • Les plus affectés selon l’étude européenne : Aubergine, carotte, Laitue, chou, concombre, épinard tomate, fraise,  chou-fleur, pêche, petits pois, poivre, pomme, pomme de terre, poireau, raisin.

Pas de chance, ce sont parmi les légumes les plus consommés !

La conclusion tirée par l’étude de l’EWG sur les fruits et légumes permet de mieux cerner ce phénomène (voir tableau ci-dessous) et les risques d’exposition :

  • Une personne qui consomme les 12 fruits et légumes les plus contaminés ingurgiterait en moyenne 10 pesticides par jour !
  • Alors que manger les 15 fruits et légumes les moins contaminés exposerait une personne à moins de 2 pesticides par jour en moyenne.

 Le classement des fruits et légumes contaminés

Le classement suivant est basé sur un score global établi à partir de 6 mesures de contamination différentes. Il permet au consommateur de savoir quels fruits et légumes privilégier pour réduire le nombre de pesticides dans son alimentation.

Selon ce classement, voici les 12 fruits et légumes les plus contaminés :

  • pêche,
  • pomme,
  • poivron,
  • céleri,
  • nectarine,
  • fraises,
  • cerises,
  • chou frisé,
  • laitue,
  • raisins importés,
  • carotte,
  • poire.

Voici les 15 fruits et légumes les moins contaminés :

  • oignon,
  • avocat,
  • maïs doux,
  • ananas,
  • mangue,
  • asperge,
  • petits pois,
  • kiwi,
  • chou,
  • aubergine,
  • papaye,
  • pastèque,
  • brocoli,
  • tomate,
  • patate douce.

Le palmarès 2015 du  groupe de recherche sur l’environnement Environmental Working Group ne bouleverse pas celui des années précédentes.

Les fruits et légumes les plus traités – palmarès 2014

Dans la liste des “Dirty Dozen”, certains fruits ou légumes ont  jusqu’à 15 résidus de pesticides différents (raisin), ou 13 (pommes). 

  • Pommes – Fraises – Céleri  – Épinards – Nectarines – Concombres – Myrtilles – Laitue – Pèches –   Petits pois – Pommes de terre – Piments – Poivrons – Raisin  – Tomates cerises

Les moins traités

Les “Clean fifteen” sont les fruits ou légumes présentant de moindres doses de pesticides Selon l’EWG, la plupart de ces végétaux ne présentaient pas de traces de pesticides, ou alors très peu.

  • Ananas – Asperges – Aubergines – Avocat – Champignons – Chou –  Chou-fleur – Maïs doux – Oignons – Mangue –  Papaye – Kiwi –  Pamplemousse – Melon –  Patates douces -

Fruits et légumes : avec ou sans la peau ?

Le rinçage réduit, mais n’élimine pas les pesticides, alors que l’épluchage réduit également les risques d’exposition mais retire aux aliments bon nombre de leurs vertus nutritionnelles, vitamines et minéraux étant principalement contenus dans la peau.

Pour plus d’efficacité, vous pouvez ajouter du bicarbonate de soude à votre eau de rinçage et nettoyer la peau de vos fruits et légumes avec une brosse à légumes écolo.

Selon l’EWG, la meilleure solution reste de varier son alimentation, de rincer tous les aliments et d’acheter bio dans la mesure du possible.

Pesticides et alimentation, quels risques ?

De études réalisées cette fois-ci en France avaient déjà souligné que la moitié de nos fruits et légumes contenaient des résidus de pesticides, et même 10 % dans des proportions supérieures aux normes légales. Le céleri, le poivron ou encore les pêches figuraient également parmi les aliments les plus pollués.

pesticides-fruits-légumes-aliments

Les pesticides en 2014

En 2014, une étude sur les pesticides dans les aliments en Europe a un peu rassuré. L’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) a publié un rapport sur les résidus de pesticides dans l’alimentation observés dans l’Union européenne. 97,4 % des échantillons analysés étaient conformes aux limites maximales de résidus de pesticides autorisés dans les produits alimentaires dans l’UE…

Encore trop utilisés en France (75000 tonnes / an), les pesticides sont non seulement toxiques pour l’environnement mais auraient également des répercussions sur notre santé, et ce, à des doses pourtant jugées “sans risque” par les industriels.

pesticides-fruits-légumes-aliments

Différents pesticides ont été reconnus comme ayant des effets toxiques sur l’homme, tels  que :

  • des effets sur le système nerveux,
  • des effets cancérigènes,
  • des effets sur le système hormonal,
  • irritations de la la peau, des yeux et des poumons.

La teneur en pesticides des fruits et légumes

La teneur en pesticides mesure la teneur en milligramme par kilo (mg/kg) la quantité de pesticides des différents fruits et légumes :

  • Salades : jusqu’à 4.3 mg d’insecticides (acéphate) (limite de 0.02 mg/kg)
  • Persil : 12.8 mg (fongicides) (limite de 5mg/kg)
  • Mandarine : 0.17 mg d’insecticides (du fenthion)
  • Fraises : elles contiennent parfois des fongicides (cyprodinil, 3.1 mg vs limite de 2 mg  / bénomyl, 0,25 mg vs une limite de 0.1 mg/kg )
  • Pomme : une pomme est traitée en moyenne avec 35 pesticides différents(9)

Références :
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...

Je change la donne : je contribue à l’action de consoGlobe.com !

Chargement
Sélectionnez une méthode de paiement Chargement

Paypal vous offre aussi la possibilté de payer simplement avec votre carte de crédit, sans créer de compte Paypal.

Informations personnelles

Total du don : 5.00€

En faisant un don, vous participez à l'action de consoGlobe.com. Vous permettez ainsi à l’équipe de vous fournir des articles uniques et de qualité. Et surtout un jour, peut-être, vous nous permettrez de vivre sans publicité !



124 commentaires Donnez votre avis
  1. Bizarre, bizarre, quand je lis votre article sur les légumes et les fruits plus ou moins contaminés aux pesticides; il y a une liste des produits les + contaminés ou ont lit que les aubergines sont dans la liste des + et plus bas dans la liste des moins. Alors les aubergines soit + ou moins contaminés ? il faudrait peut-être relire les articles nous y verrions plus clair !!!!!!!!!

  2. Moi aussi je ne comprends rien
    Faut savoir
    Dans la première liste, les aliments sont les plus pollués, et après, le moins pollués ! ahah

  3. Bonjour
    Je suis un conseiller en exploitation agricole. Le sujet m’intéresse à plus d’un titre. Je voudrai savoir les normes acceptables de polluant qu’on peut retrouver dans les fruits et légumes.

  4. Je suis un chercheur Agronome Tchadien et je suis très soucieux de notre consommation de nos fruits et légumes frais. A cet effet, j’ai un projet de recherche sur le résidus des pesticides utilisés en culture maraîchère au pays. Nos producteurs utilisent des produits phytosanitaires de tous venant qui ne donne plus envie à la consommation surtout de produits maraîchers.
    Voici le contact

    • Oui, et c’est la même chose pour les petits pois.
      C’est pourtant pas bien difficile d’afficher les résultats européens et américains séparément (chaque continent pouvant avoir des normes différentes en matière de pesticides).
      Conclusion : cette article c’est de la m…

  5. Je ne comprends pas tout : l’aubergine est classée à la fois dans la liste des légumes les plus pollués et à la fois dans celle des moins pollués ?!

    • ?

    • en effet, ma lecture de l’article c’est arrêtée là.. sur cet article écrit par?.. mystère

    • Je me suis posée la même question! et ce pour presque toute la premère liste!ahah
      la première liste, est la liste des produits les plus pollues, puis ensuite, les moins
      ???

  6. Pour ceux qui préfèrent les études françaises, je leur rappelle le nuage de Tcherno.. qui s’est arrêter à la frontière Allemande ces derniers ne consommaient pas leur salade pendant que le gouvernement français nous laissé s’empoisonné.
    JE RAPPELLE AUSSI QUE LA FRANCE FAIT PARTIE DES PLUS GROS CONSOMMATEURS DE PESTICIDES A L’HECTARE ALORS LE COQ Français devrait réduire sont tas de M.. où il chante pour rester crédible. Je crois même qu’il est le plus gros consommateur d’Europpe. Alors je me demande si le manger Français ne sonne pas aussi faux que l’argent du Diesel de nos moteurs. Emile

    • Whaw, Emilie! C’est bien envoyé! Vraiment!… Vous avez de la plume, ma chère! Avez-vous pensé à faire du journalisme?…

      Félicitions et merci de votre courage, et franchise! Je suis étrangère, et j’avoue que l’image du coq français chantant sur son tas de merde ne m’avait pas traversé l’esprit! Mais maintenant que vous le dites, c’est tellement visuel… Le Maroc est très bien placé aussi! Aux premières loges! Mais moins fanfarons que le coq!

      ;-) Doxi

  7. bonjour, il est à noter que dans les écoles d’agriculture, il n’y a pas si longtemps, l’enseignement poussait les élèves à traiter un max, aussi bien les animaux que les plantes (poussés peut-être par les fabricants).

    Je ne sais pas si ça c’est amélioré, mais ça fait peur.

    On traite préventivement (c’est à dire dans tous les cas) et le consommateur avale tout ça.

    On a découvert des systèmes biologiques pour éviter ou limiter les maladies : plantes qui placées à proximité d’autres plantes vont leur éviter des maladies, rotation des cultures etc..

    On a habitué les agriculteurs à acheter systématiquement des produits et de traiter systématiquement, c’était l’assurance de s’enrichir pour les fabricants de produits, tout cela avec des poisons dont on minimise l’impact sur la santé.

    • Non, non, ça ne s’est pas amélioré… au contraire…
      L’industrie est ravie de vendre des graines stériles et faibles pour que l’agriculteur ne puisse pas ressemer d’une année à l’autre et comme la plante est “foireuse”, l’industrie (toujours) est également ravie de vendre des pesticides et engrais ultra toxiques pour que la plante tienne jusqu’à la fin de la récolte…
      Et comme cette même industrie a fait un lobby monstrueux sur l’Europe pour que, seules leurs graines soient autorisées à la vente (question de normes, bien sur !) et qu’elle “éduque dés l’école” les futures exploitants à utiliser leurs produits, elle oblige tous les agriculteurs a participer à ce scandale sanitaire, souvent malgré eux…
      Merci Mosanto et compagnie !

  8. bonjour, il est à noter que dans les écoles d’agriculture, il n’y a pas si longtemps, l’enseignement poussait les élèves à traiter un max, aussi bien les animaux que les plantes (poussés peut-être par les fabricants).

    Je ne sais pas si ça c’est amélioré, mais ça fait peur.

    On traite préventivement (c’est à dire dans tous les cas) et le consommateur avale tout ça.

  9. Les petits pois sont les plus ou les moins contaminés ?

    Faudrait avoir décidé avant de poster l’article

  10. ghjihucfuvhjxdbvyucfyubhg

  11. Bonjour à tous,
    Certaines personnes disent que le BIO n’existe pas. Pourtant, sans rien y connaître, je constate que les fruits bio pourrissent en quelques jours alors que produits autres peuvent se conserver apparemment indéfiniment. En effet, les tomates ordinaires, les oranges, etc …se conservent plus d’un mois sans s’abîmer, ces aliments restent bien lissent, bien colorés pendant vraiment très très longtemps.
    Les filtres humains tels que le foie ou les reins ne peuvent pas indéfiniment, filtrer ces pesticides et autres produits nocifs.
    Alors cessons de chercher le fruit parfait bien rond, bien lisse, bien coloré, observons et protégeons nous…

  12. Bjr a tous
    il ne faut pas mettre tous les fruits dans le meme panier : avec une certaine technicite et tenacite ,je suis parvenu a produire des pommes avec autant de residus que les producteurs bio (a l appui : analyse de recherche de 372 matieres actives : resultat zero)je precise que j ai beaucoup de belle de booskoop (variete rustique pour les maladies)
    tout cela pour le fun ! car mes efforts ne sont pas reconnus donc pas valorises. Cela n est pas encourageant d autant plus que je prends des risques.Qu en pensez vous?

    • ce n’est pas seulement pour le fun : vu que c’est vous qui pulvérisez les produits, vous êtes le plus exposé ! Il en va de votre santé. Et puis, c’est toujours ça d’économisé en achat de produits. Pour les maladies, le plus efficace est je pense d’alterner plusieurs espèces pour ne pas se retrouver avec tout un champ contaminé si une rangée est touchée. Les parasites finissent généralement par résister aux produits de toutes manières.

  13. bonjour
    oui on aimerait une étude française, il doit y avoir des textes de l’Inserm. Même si les résultats ne doivent pas différer beaucoup des USA, ce serait plus convaincant pour les sceptiques français.
    Je peux témoigner, pour m’être occupé vers 2003 d’un dossier qualité environnement sur 2 bassins légumiers en France :
    1er exemple : carottesLabel Rouge . La fiche parcelle qui retrace tous les évènements, de la préparation du sol puis du semis jusqu’à la récolte , indique 11 traitements (3 produits différents en tout) Dans la colonne “Décision” est mentionné qui a décidé de traiter : sur les 11 passages, 3 sont de la décision de l’exploitant maraîcher et 8 de la décision du technicien de secteur de l’organisme collecteur, lequel agit selon les prescriptions du laboratoire de surveillance qui lance les alertes. Il va sans dire que le labo envoie plutôt plus d’alertes que moins, sinon il pourrait être responsable de pertes économiques..
    2ème exemple : dans un autre bassin, les fanes de carottes, ôtées avant la récolte pour faciliter le travail des machines, étaient compostées puis restituées au sol. Ce n’est plus possible car le simple fait de les remettre dans le sol fait dépasser à celui-ci les teneurs limites autorisées en résidus de pesticides. Résultat, les tas de fanes restent dans des silos dont le jus finit par s’écouler de façon non contrôlée.
    Une seule solution pour le consommateur, boycott.
    Un autre gros problème est que l’écotoxicité des pesticides et de leurs résidus est constatable à des doses bien inférieures aux doses réputées toxiques pour l’homme et les mammifères. Dans les études préalables à la mise sur le marché d’un produit, on ne tient pas compte de cela, et l’ANSES (Agence sanitaire Européenne) autorise des produits réputés inoffensifs pour l’homme, mais toxiques en particulier pour les pollinisateurs (abeilles, papillons etc)

  14. privilégier le locale ! est marché ^^ ou voir pourquoi le bio, mais j’aime pas ce mot ! car dans le bio on trouve de tous… Monsanto à racheter depuis des années des marché bio !!
    épandages Chemtrail trainer chimique persistante pollue tous.. vos jardin indépendant.
    dONC boycotter les produits hors métropolitaine et surtout les multinationales ! et israel qui compte sur vous !
    http://cellard.com/ean13fr.htm < code barre savoir d’où provient la provenance!

  15. ce qui est dommage c’est de faire encore croire que le bio existe et de vendre ces faux produit au prix fort depuis l’ère industrielle et la première guerre mondiales 14/18 il n’est plus possible d’avoir des produits non souillées évidement les dosages étaient différents et sans parler des ces pesticides a l’heures actuelle. Tous ce que nous entreprenons ce retrouves dans l’atmosphère et retombe un peu partout il est faut de considéré qu’un produit ne polluera plus a partir d’une certaine date aucune études ou presque n’est faite sur les résidus sois disant dépollué tous ceci retombe bien évidement sur les culture ,les eaux et les sols puis de plus relâcher sans arrêt par les plantes et les animaux . ont pourra écrire tout ce que l’ont veut la dessus Mais l’homme ce détruira par le progrès disait un savant aujourd’hui nous somme rattraper par cete réalité donc nous n’avons aucune autre alternative que de l’accepter ou mourir pour y échapper ont peut réduire mais cela n’évitera pas l’inévitable.

    • Consommer bio permet non seulement d’éviter de répandre encore plus de poison dans notre environnement, mais également, ne vous en déplaise, d’éviter un immense majorité de ceux-ci.

      Je précise n’avoir aucun lien avec la filière bio mais beaucoup de respect pour celle-ci.

      Comme un personnage maintenant célèbre le dit, manger bio évite de devoir dire “bonne chance” au lieu de “bon appétit”!

  16. Il ne me semble pas que ce soit le nombre de pesticides différents qui puisse être le problème. Leurs dosages est même un indice insuffisant. Leurs différentes natures et donc différents modes d’action, induisent des dangerosités très différentes. De plus les pesticides sont évalués sur de courtes durée, à la recherche du seuil tolérable. Il pèse une grande incertitude sur les dosages plus faibles mais avec un contact prolongé, comme les fruits que l’on mange tous les jours. Ceci n’est pas étudié,on ne peut pas dire que ce ne soit pas dangereux.

  17. Toutes vos études semblent venir des EU. Mais qu’en est-il de la France ? Je préfèrerais des études françaises, basées sur les habitudes en usage dans l’agriculture française. Je ne mange pour ainsi dire jamais des légumes venant des Etats-Unis lorsque je suis en France.

  18. L’aubergine aussi…

  19. Euuuh pourquoi vous mettez les tomates dans les moins pires sur votre tableau alors qu’il fait parti des pires ?!??

    Sinon, merci pour l’article et GO BIO!!… On se fait assez pourrir la vie comme ça!!!!

Moi aussi je donne mon avis