Pesticides et alimentation. La France mauvaise élève

Pesticides et alimentation. La France mauvaise élève

Comme indiqué dans un précédent article, les Américains restent très exposés aux pesticides présents encore en très grand nombre dans leurs fruits et légumes. Mais les Français ne sont pas mieux lotis, loin de là…

Pesticides et agriculture : des chiffres qui font frémir

pesticides et alimentationSaviez-vous que la France est le premier utilisateur européen de pesticides avec près de 75 000 tonnes répandus dans nos champs ?

Résultat : 80 % de nos rivières et 57 % des nappes phréatiques sont ainsi polluées par les pesticides.

Et les conséquences sur notre santé ne sont pas à prendre à la légère puisque de nombreuses études ont démontré les effets toxiques des pesticides sur l’homme, en particulier sur la population agricole, la plus exposée : taux de cancers plus élevés, maladie de Parkinson, troubles neurologiques, risque accru de fausses couches.

  • 1 agriculteur sur 6 souffrirait d’effets indésirables liés à l’utilisation de pesticides selon la Mutualité sociale agricole,
  • l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm) a lié l’apparition de leucémies chez l’enfant à l’utilisation de pesticides dans un rapport datant de 2008.

Même à faibles doses, nous sommes  tous exposés aux pesticides puisque ces substances se retrouvent directement dans notre assiettes :  52 % des fruits et légumes dans lesquels nous croquons contiennent des résidus de pesticides, dont 7,6 % au-dessus des limites autorisées (LMR)* par la Répressions des fraudes (DGCCRF) !

Les pesticides dans l’air

Si les teneurs en pesticides dans les aliments sont aujourd’hui bien connues et réglementées, il n’existe en revanche aucun seuil réglementaire pour les teneurs dans l’air que nous respirons.

* Les LMR (limites maximales résiduelles) sont les quantités maximales de traces de pesticides autorisées dans un aliment donné. Chaque fruit, légume ou céréale a vu sa LMR harmonisée au niveau de la communauté européenne, alors que la France avait jusque là fixé ses propres LMR. Or les 7,6 % de dépassement des LMR relevés par la DGCCRF ont été calculés selon les LMR nationales : ce dépassement ne concernerait que 3,8 % des produits en ne considérant que les LMR communautaires, plus élevées les LMR françaises.

*

La suite > Des résidus de pesticides supérieurs aux normes