Consommation de miel : attention aux pièges

Consommation de miel : attention aux pièges

Quoi de plus naturel que du bon miel ? En France, le nectar des dieux est présent dans chaque foyer. Nous en consommons 40 000 tonnes par an. Cependant, il y a miel et miel. Ou plutôt, il y a miel et faux miel, lorsque ce dernier n’est pas que le fruit du travail de ces chères abeilles.

Miel importé, attention aux faux !

Nous, consommateurs français, sommes particulièrement friands de miel. C’est d’ailleurs pour cette raison qu’une grande partie du miel consommé chaque année est importée. En effet, sur les 40 000 tonnes évoquées plus haut, à peine la moitié est produite par les apiculteurs français. Le reste provient d’autres pays européens, mais aussi d’Amérique du Sud et d’Asie. Ceux-ci sont beaucoup moins chers que les miels artisanaux produits en France, mais aussi le plus souvent de piètre qualité.

Repères sur le miel en France

En 2013 la France ne produit plus que 16 000 tonnes de miel : la moitié de sa production de 1995 !

Les importations de miel représentent 60 % de la consommation nationale.

La gelée royale est importée à 96 % d’Asie.

Les techniques de congélation / recongélation, quotidiennement utilisées en Asie, et celles de nourrissage artificiel des abeilles, sont très préjudiciables à la qualité du miel asiatique.

Miel : fraude alimentaire et qualité médiocre

Fournir des produits de la ruche de qualité avec une parfaite traçabilité est devenu un enjeu délicat et crucial de l’apiculture. Cela ne poserait pas de souci majeur si le miel n’était pas un des produits les plus fraudés au monde. Une partie des miels importés se trouve être de très mauvaise qualité. Certains font même l’objet de fraude qui porte sur 2 aspects :

1. on touche au procédé de fabrication

C’est le cas de miels fabriqués hors UE. Lors de la fabrication du miel, les abeilles produisent de la chaleur au sein de la ruche pour mettre en route le processus de maturation et pour que l’eau s’évapore. Tout miel artisanal n’est récolté qu’une fois arrivé à maturité. Le produit obtenu est 100 % naturel.

Les miels premiers prix par contre sont la plupart du temps récoltés avant maturation : le nectar n’est pas stable et peut très bien fermenter parce qu’il contient trop d’eau. Il est séché de manière artificielle en usine. Le produit ainsi obtenu n’est pas forcément mauvais pour la santé, par contre, il est dénué de toutes les qualités organoleptiques attribuées au miel artisanal.

2. adultération du miel

L’adultération d’un produit est une modification volontaire de celui-ci, soit par ajout d’une substance, soit par retrait. Il peut aussi s’agir du remplacement d’une substance par une autre.
Dans le cas de miels frauduleux, les fraudeurs ajoutent du sirop de glucose ou de l’eau. Pire, pour tirer un maximum les prix vers le bas, des producteurs chinois notamment ajoutent des composés difficilement repérables lors de contrôles sanitaires, comme l’oxyde de fer(1).

*

La suite p.2> Le cas du miel chinois