Cuisine : marmite norvégienne et économies d’énergie

Rédigé par Flor, le 19 Jul 2013, à 14 h 19 min
Cuisine : marmite norvégienne et économies d'énergie

La marmite norvégienne n’est pas une casserole venue de Norvège, c’est un procédé de cuisson qui ne date pas d’hier. De nos jours avec l’électricité, cuisiner est devenu plus rapide et plus simple. D’ailleurs, certains ne cuisinent plus et n’utilisent pratiquement que des plats préparés. Si vous êtes attiré par les mots “cuisine et simplicité“, c’est le moment de redonner du temps à la cuisine et de faire des économies d’énergie : la Marmite Norvégienne est là pour vous servir !

La marmite norvégienne – une pratique perdue ?

marmite norvégienne

© Kay WERNERT

Le principe de la Marmite Norvégienne est utilisée depuis la nuit des temps” , nous explique Mireille Saimpaul, auteur et auto-éditrice du livre, La Marmite Novégienne. “Elle a été utilisée en temps de guerre, puis c’est tombé dans l’oubli” , ajoute-t-elle avec une pointe de déception, “trouver des informations sur son histoire n’a pas été facile” . Avec persévérance, elle réussit quand même faire partager son enthousiasme sur un blog et à écrire un livre sur le sujet.

Depuis toujours intéressée par la consommation bio, vivre de manière écologique et économique est maintenant une seconde nature pour elle. “Il faut essayer une première fois, après on en prend facilement l’habitude” , nous affirme-t-elle en parlant de la Marmite Norvégienne.

La Marmite Norvégienne est un plat incontournable pour ceux qui sont engagés dans une démarche de simplicité volontaire et font attention eur budget.

Cet objet serait un moyen idéal de faire des économies et de gagner du temps. Si, si !

La marmite norvégienne – comment ça marche ?

Une marmite norvégienne est composée d’un récipient (cocotte ou marmite normale) muni d’un couvercle qui ferme correctement, d’un isolant et d’un contenant. Il suffit de préparer la recette voulue de manière habituelle et de porter le contenu à ébullition.

“Le temps de cuisson (ndlr. à ébullition) dépend des ingrédients du plat” , précise l’auteur du livre “cela peut varier de 5 à 30 minutes selon qu’on cuisine des légumes, des haricots ou de la viande. Ensuite, si l’on ne dispose pas d’une caisse spécifique, il faut emmitoufler la cocotte dans un gros pull, ou mieux, un édredon, comme cela se faisait autrefois dans les campagnes. Le but est que la chaleur puisse se conserver. Laissez ensuite reposer une à trois heures maximum, jusqu’au moment du repas où votre plat chaud est prêt à déguster.” 

La marmite emmitouflée gagnera à être placée dans une boîte ou un carton pour une conservation de la chaleur optimale.

récipients marmite norvégienne

Différents récipients possibles d’une Marmite Norvégienne © Kay WERNERT

> Suite : Marmite norvégienne – un gain énergétique

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...

Je change la donne : je contribue à l’action de consoGlobe.com !

Chargement
Sélectionnez une méthode de paiement Chargement

Paypal vous offre aussi la possibilté de payer simplement avec votre carte de crédit, sans créer de compte Paypal.

Informations personnelles

Total du don : 5.00€

En faisant un don, vous participez à l'action de consoGlobe.com. Vous permettez ainsi à l’équipe de vous fournir des articles uniques et de qualité. Et surtout un jour, peut-être, vous nous permettrez de vivre sans publicité !


Rêvant de voyages aux quatre coins du monde, je me consacre actuellement à l'alimentation et aux sciences sociales. Je m'intéresse en particulier aux...

13 commentaires Donnez votre avis
  1. Où pourrais je acheter un thermos cooker en France, je suis pas bricoleur pour fabriquer une marmite norvegienne et ma cuisine est très petite.Merci

    • Huong pas besoin d’être bricoleur pour se fabriquer une marmite norvégienne et si votre cuisine est petite vous n’avez qu’à faire comme moi, mettre la marmite norvégienne dans une autre pièce.

  2. Merci Mireille S. et bravo pour votre travail, votre livre est super. Je suis heureuse d’avoir découvert ce procédé de cuisson économique, je n’en reviens pas que ce soit autant méconnu, dommage on pourra en avoir besoin dans les années à venir…

  3. Bonjour à tous et merci Flor pour cet article à propos de mon ouvrage sur la Marmite Norvégienne. Il me semble avoir perçu la grande ignorance habituelle envers la MN à travers les commentaires et vous m’en voyez désolée. Tous les modes de cuisson sont plus ou moins agressifs pour les aliments, on peut aussi manger cru… Ici, nous avons tous le souci d’utiliser au mieux des ingrédients de qualité tout en tenant compte de notre impact sur l’environnement : si l’on veut faire des économies, ou en situation particulière (camping, besoin d’économiser une bouteille de gaz ou autre source d’énergie.), cette forme de cuisson sans feu est intéressante et peut rendre service. Sur le plan gustatif, j’ai toujours été agréablement surprise, et ça ne coûte rien d’essayer !
    Mon intention étant de faire connaître ce procédé de cuisson économique au plus grand nombre, je me permets de préciser qu’on peut consulter mon livre quasi en totalité en lecture gratuite ici :
    http://issuu.com/cerise13/docs/marmite_norvegienne
    Vous pouvez également visiter et commenter mon blog http://marmite-norvegienne.com
    A bientôt !

  4. Je cuisine quasiment exclusivement dans une cocotte en fonte avec couvercle incurvé rempli d’eau et à très petit feu. Cela conserve les vitamines et c’est succulent. Cuisson hyper rapide pour toutes sortes de légumes, un peu plus long pour la viande. A glisser dans le four pour les cuissons type “tagines” par exemple. Ce mode de cuisson est dit “à l’étouffée”. Les cuisiniers végétariens utilisent ce mode de cuisson (qui date également de la nuit des temps) …

  5. Sans en connaître le nom, j’en connaissais le principe.
    Ce mode de cuisson est aussi utilisé pour la fabrication des YAOURTS ! Le temps de pause étant de 8 à 12 heures.

  6. La marmite norvégienne est une cuisson qui permet certainement de faire des économies d’énergie. Par contre, du fait de la température et de la pression qui règne dans cet ustensile, tous les éléments nutritifs (vitamines, minéraux, oligoéléments, etc.)sont purement et simplement détruits ! De plus, si on n’a pas choisi des aliments bio, ils vont baigner dans une soupe de pesticides peut ragoûtante…..
    La seule cuisson “correcte” est celle dite à la vapeur douce.

    • Je ne suis pas d’accord de considérer la cuisson dite à vapeur douce comme étant “la seule cuisson correcte”.
      Je maintiens que la cuisson à basse température est un must et pas seulement parce qu’elle permet d’épargner un quantité importante d’énergie ; seule bémol : les choix qui doivent être cuit à la vapeur (100°), les pommes de terre sinon elles restent trop fermes sous la dent.

    • On peut cuire à la vapeur, à la marguerite, dans une marmite norvégienne, j’en ai fait l’expérience d’après le livre cité par l’article. Je mange bio mais ne suis pas regardante pour la conservation ou pas des vitamines, et puis qu’est-ce qui nous prouve vraiment qu’elles sont conservées ou pas ? Baudoin Labrique, votre solution de cuisson au four à basse température est intéressante, je vais tester à l’occasion. En ce moment, je cuis solaire, ça n’est pas de la basse température, mais c’est gratuit et savoureux !

  7. Tout le monde n’a pas les moyens de cuisiner à l’électricité avec du matériel de cuisson spécial basse température.

    Je trouve que c’est bien de faire connaître des procédés pour économiser l’énergie comme la marmite norvégienne, la cuisson au torchon ou simplement des astuces de cuisson économique, cela peut dépanner en situation extrême : panne d’électricité +cuisine sur le camping gaz par exemple.

    • A Martinette qui dit : « Tout le monde n’a pas les moyens de cuisiner à l’électricité avec du matériel de cuisson spécial basse température ».
      Il ne faut aucun matériel spécial : un petit four électrique dont le thermostat permet de descendre à 80° et dont le coût se situe en dessous des 150 €.
      Le gain en électricité (facilement 1 à 2 kWh par jour) permettra d’amortir le four en moins d‘un an !

  8. Question cuisson “bio” et économique, à choisir, je préfère la cuisson à basse température (életrique avec themostat sur 83°) : elle conserve mieux encore un maximum d’enzymes et de vitamines !
    .

    • j’aime cuisiné,alors mes pâtes bio à l’épeautre,mes bonbons aussi,huile tournesol,maïs,olive,pour le moment légumes du jardin,cuit sur feu de gaz,j’aurai aimé feu de bois mais…j’aime ma façon de cuisiner

Moi aussi je donne mon avis