Huiles essentielles : définition et précautions d’usage

Huiles essentielles : définition et précautions d'usage

Qu’est-ce qu’une huile essentielle ? Une huile essentielle peut-elle être dangereuse ? Suite des explications sur l’aromathérapie délivrées par Julien Kaibeck,  aromathérapeute spécialisé en dermo-cosmétique et soins de la peau.

Les huiles essentielles, la panacée ?

Developpement durable article

Une huile essentielle n’est pas vraiment une huile. C’est un extrait liquide concentré, obtenu par distillation à la vapeur d’eau de plantes aromatiques fleur, feuille, bois, racine, écorce, fruit,…). Une huile essentielle est donc l’essence distillée de la plante aromatique.

L’huile essentielle est composée d’une centaine de molécules terpéniques et aromatiques particulièrement actives sur le métabolisme humain.

Parce que les huiles essentielles sont à la mode, le marché offre de nombreux choix aux consommateurs mais il faut prendre garde à la qualité car seules les huiles essentielles chémotypées (c’est-à-dire botaniquement et biochimiquement définies) sont adéquates à la pratique de l’aromathérapie.

Exemple d’étiquette – Thym vulgaire à thujanol :

Developpement durable article

Sur cette étiquette par exemple, on identifie clairement l’espèce botanique en latin, (le nom usuel et surtout la dénomination latine de la plante qui permet de reconnaître la variété exacte au sein de l’espèce botanique et d’éviter des confusions dues aux noms communs variables, p.ex. Eucalyptus radiata, Eucalyptus globulus, Eucalyptus citriodora) ; la partie de la plante distillée, et le chémotype, c’est-à-dire les molécules actives les plus présentes dans l’essence.

Ces informations permettent d’utiliser l’huile essentielle en connaissance de cause et d’éviter les allergies ou les intoxications.

Que faut-il trouver sur l’étiquette d’un flacon d’huile essentielle ?

  • Le Chémotype de la plante : les constituants biochimiques majoritaires ou caractéristiques présents dans l’huile essentielle sont la signature d’une origine ou d’un terroir spécifique de la plante.
  • L’organe producteur ou la partie du végétal : les feuilles, fruits, péricarpes, rameaux, écorce, bois, sommités fleuries, fleurs, racines ou semences produisent des huiles essentielles différentes qui n’ont pas le même usage.
  • La garantie “Huile Essentielle 100 % pure et naturelle” indique que l’huile essentielle est non modifiée ou diluée, non déterpénée, rectifiée ou reconstituée.
  • Lorsqu’elle est issue de l’Agriculture biologique, une huile essentielle doit faire apparaître sur son étiquette le nom de l’organisme certificateur.
  • Le numéro de lot pour assurer la traçabilité du produit.
  • L’origine géographique (optionnelle) : en fonction du pays, de la région, du sol, du climat et de l’altitude etc. une même plante élabore des essences différentes aux propriétés bien déterminées.
  • La DLUO – date limite d’utilisation après ouverture. Elle doit donc être précisée.
  • Les coordonnées du fabricant.
  • La contenance.

Que l’on utilise les huiles essentielles pour le bien-être ou pour la santé, il s’agit de respecter des précautions d’utilisation et d’être assisté par l’avis d’un professionnel.

A lire donc…

Lire page suivante :
Les huiles essentielles sont-elles dangereuses ?