Guide poisson : la limande

Parce que la consommation de certaines espèces peut avoir des conséquences sur la biodiversité, consoGlobe vous propose un guide des poissons pour mieux vous repérer : état des stocks, pollution, qualités nutritionnelles … Les poissons sont tour à tour passés au crible pour vous permettre de savoir lesquels sont à consommer de préférence un peu, beaucoup ou pas du tout.

Guide poisson : la limande

La limande appartient à la famille des poissons plats, les Pleuronectidae comme la sole, le carrelet, le flétan… Leur corps aplati présente la particularité d’être asymétrique. Les yeux de ces poissons sont tout deux du même côté. La DGCCRF retient 3 espèces de limande : limanda aspera ou limande du Japon, limanda ferruginea ou limande (à queue) jaune et limanda limanda ou limande commune. Attention donc aux “fausses limandes” qui désignent quantité d’autres poissons qui n’ont de commun avec la limande que leur corps plat.

La limande, un poisson que l’on peut consommer

Les stocks jugés sains de la limande font que l’on peut la consommer sans menacer l’espèce.

Plate comme une limande

La limande commune se reconnaît par diverses caractéristiques. Elle est dotée d’une ligne latérale au dessus de la nageoire pectorale. Elle possède une petite bouche et des yeux proéminents. Sa face supérieure colorée d’un brun doré avec des taches sombres est plutôt rugueuse. Sa couleur lui permet de se confondre avec les fonds de la mer. L’autre face est blanche.
En général, la taille de la limande ne dépasse pas les 35 à 40 cm, même si certains spécimens peuvent atteindre les 45 cm. La limande peut vivre une douzaine d’années.
En plus des 3 espèces retenues par la DGCCR, il existe aussi la limande-sole (commune, du Pacifique ou de Nouvelle-Zélande) et la limande-plie.

Habitat

La limande se plaît particulièrement dans les eaux des mers froides. Elle est spécifiquement abondante en Mer du Nord ; on la trouve également dans la Manche et en Atlantique.
Elle vit à des profondeurs oscillant entre 20 et 150 mètres.

Etat des stocks de limande

Les stocks de limande sont sains. Selon certaines estimations, il atteindrait 1,5 millions de tonnes en mer du Nord.
Cependant, le WWF déplore les nombreuses prises accidentelles de la limande par les chaluts à perche qui en plus abîment les fonds marins. Malgré cela, il place la limande de l’Atlantique Nord Est et de la Mer du Nord dans la catégorie des poissons à privilégier.

La pêche

La limande se pêche en bateau ou en surfcasting, littéralement “lancer dans la vague” qui consiste à pêcher depuis les rochers ou depuis la plage.
En mer du Nord, la taille minimale de capture est de 25 cm.

Pollution au mercure ?

La limande ne fait pas partie des poissons présentant le taux de pollution au méthylmercure le plus important.

*

La suite p.2> Limande : nutrition et santé