Sans gaspillage le monde mangerait à sa faim (3)

Suite de Sans gaspillage le monde mangerait à sa faim (2)

Actuellement, les hommes sont amenés à sur utiliser la base mondiale de ressources limitées afin de répondre à l’accroissement de la demande. La plupart des pays en développement cultivent la quasi-totalité de leurs terres arables.

Dans certaines régions, les sols fertiles subissent une exploitation dont la fréquence dépasse les possibilités de régénération. Il devient ainsi de plus en plus difficile de répondre aux besoins alimentaires mondiaux…

Meilleure efficacité alimentaire = surplus de population nourrie

D’après un rapport du PNE, Programme des Nations unies pour l’environnement, il suffirait d’arrêter les gaspillages multiples tout au long de la chaîne alimentaire pour nourrir tous les habitants prévus sur la planète d’ici 2050.

Une efficacité accrue, outre qu’elle permettrait de ne pas jeter des millions de tonnes de nourriture, autoriserait une moindre pression sur les terres arables et limiterait la déforestation.

  • D’après le PNUE, les pertes et gaspillages le long des systèmes de distribution alimentaires représentent 100 milliards de dollars par an, à comparer avec les 3,5 milliards consacrés à la lutte contre la faim par le PNUE en 2008.

 

  • Les normes nationales alimentaires, le gaspillage des consommateurs des pays riches, l’alimentation animale (50 % des céréales servent à nourrir des animaux), … sont parmi les causes principales de pertes de nourriture.

  • Au total, c’est près de la moitié de la production alimentaire mondiale qui serait perdue !
  • La pêche gaspille autant que l’agriculture :

Les océans sont surexploités  :  seuls 0,6 % des océans sont exempts d’intervention humaine aujourd’hui.

Un rapport de la Banque mondiale et de l’Agence de l’ONU pour l’alimentation et l’agriculture estime à 50 milliards de dollars par an le gaspillage dû à une mauvaise gestion des pêcheries, soit un manque à gagner, sur les trois décennies, équivalent au PIB de l’Italie !

De plus, 100 millions de tonnes de poissons sont pêchées chaque année dans le monde. Mais 30 millions de tonnes de poissons morts sont rejetées sans être commercialisées ni consommées : un résultat de la pêche industrielle aveugle, de prises non conformes aux goûts des consommateurs ou de tailles minimales de débarquement non respectées.

Ces 30 millions de tonnes gaspillées suffiraient à maintenir la moitié de niveau de consommation pour toute la future population mondiale d’ici 2050.

Le saviez-vous ?

  • 815 millions de personnes sont sous-alimentées,soit 17 % de la population mondiale.
  • Plus d’1 milliard d’êtres humains n’ont pas l’accès à l’eau potable.
  • Entre 1990 et 2000, la surface des forêts dans le monde a diminué de 2,37 % soit 1,7 fois la superficie de la France.
  • 11000 espèces de plantes et d’animaux sont menacées d’extinction à court terme.
  • Un Américain émet en moyenne 11 fois plus de CO2 que le seuil défini pour éviter le réchauffement climatique, un Français, 4 fois plus. A l’inverse, un Indien n’émet que 60 % de ce seuil et un Népalais 7 %.

Ma conclusion personnelle  : je  fais encore plus attention qu’avant à ne pas jeter de nourriture dans ma poubelle… et cet effort commence quand je fais mes courses….

*

Lire sur l’alimentation