Café : bon ou mauvais pour la santé ?

Café : bon ou mauvais pour la santé ?

« Je ne peux pas démarrer la journée sans mon café du matin ». « Ça m’aide à me concentrer ». « Depuis que j’ai lu que le café contenait des antioxydants, je n’hésite pas à en boire »… Sachant que sont consommées chaque seconde quelque 255 kilos de café de part le monde, il est essentiel de se poser la question : notre nectar noir préféré est-il bon ou mauvais pour la santé, et quelle est la part de vérité dans nos croyances quant à ses vertus supposées ?

Le café : une boisson normande ?

Boisson plaisir, addictive, conviviale : le café se consomme le matin, le midi, l’après-midi, le soir même pour certains. Elle est tellement populaire que de nombreux scientifiques se sont penchés sur ses effets sur la santé. Bilan.

A lire aussi : Quelle est la meilleure heure pour boire votre café ? Suivez votre rythme circadien

Effets du café, sur le coeur et la santé : « ça dépend », disent les scientifiques

Ce n’est plus un secret pour quiconque, la caféine joue l’effet d’un stimulant sur le corps, augmentant le rythme cardiaque. Cela étant dit, depuis de nombreuses années, les études se sont succédées afin de démontrer tant les effets positifs de la caféine sur le coeur, qe les effets négatifs. Aujourd’hui, il apparaît que les effets positifs ou néfastes du café varient selon les individus.

En premier lieu, tout dépend de la consommation. Le café étant un stimulant, il ne faut pas en abuser. Par ailleurs l’état de santé des individus buveurs de café doit être pris en compte pour en déterminer l’effet : le café peut augmenter les risques d’accidents cardiovasculaires s’il est surconsommé, mais surtout si la personne qui consomme du café est fumeuse, en surpoids, souffre de cholestérol ou d’hypertension, autant de facteurs de risque.

Café et facteurs de risque pour le coeur : une question de génétique

Plusieurs scientifiques expliquent qu’on ne peut pas directement faire le lien entre caféine et accidents cardiaques, et cela bien que la boisson aurait pour effet de mettre en alerte les marqueurs de l’inflammation du coeur, du fait qu’aucune cohorte n’a réellement été organisée en prenant en compte l’ensemble des données environnementales des individus observés.

Finalement, l’une des dernières grandes études sur le sujet nous vient de chercheurs canadiens de l’Université de Toronto. Le Pr. Ahmed El-Sohemy du département des sciences nutritionnelles de Toronto est parvens à démontrer que nous ne sommes pas tous égaux face à la caféine, en raison de notre héritage génétique individuel(1).

En effet, les chercheurs ont étudié plusieurs milliers de sujets, avec pour but d’observer la façon dont le café est transformé dans notre corps grâce à une enzyme spécifique.

Cette enzyme peut prendre deux formes en fonction du profil génétique de chacun et avoir deux effets : dégrader rapidement le café dans l’organisme ou au contraire, favoriser une dégradation lente. Ainsi, les personnes qui éliminent le café de façon rapide voient leur risque d’infarctus diminuer de 22 % pour les buveurs de deux à trois tasses quotidiennes, tandis que pour les individus qui dégradent la boisson trop lentement, le risque d’infarctus est multiplié par 1.35 %.

Café : une addiction expliquée par la génétique

Plusieurs chercheurs et scientifiques américains se sont penchés en 2011 sur le lien qui pouvait exister entre consommation de caféine et besoin ressenti. En étudiant l’ADN de plus de 40.000 personnes, ils seraient ainsi parvenus à identifier deux séquences génétiques à l’origine des besoins de café, sodas, chocolat par les individus. Ainsi, certaines personnes ressentent un besoin fort de consommer du café, des sodas, du thé ou du chocolat, et d’autres non, en fonction de leur profil génétique.

Le café, en augmentant le rythme cardiaque, peut être un problème si vous souffrez d’arythmie ou d’autres problèmes cardiaques. Nous ne sommes donc pas égaux face au café, tout dépend de notre ADN et de notre état de santé.

Evitez les boissons énergisantes : jusqu’à 500 mg de caféine

« Les conseils nutritionnels sont délicats à donner, parce que beaucoup de choses – comme le café – peuvent être mauvaises pour certains états de santé et certains individus, mais bonnes pour d’autres consommées avec modération », explique le Pr. El-Sohemy. Toutefois, il met particulièrement en garde contre les boissons énergisantes : « Les concentrations élevées en caféine dans ces produits, qui ont aussi tendance à être très riches en sucre, ne présentent absolument aucun bénéfice pour la santé ».

Le marketing faisant la promotion de ces boissons est de plus en plus dirigé vers les populations jeunes. Selon Ahmed El-Sohemy, « les fabricants de ces boissons énergisantes poussent de plus en plus les limites en termes de concentration en caféine. Certaines ont jusqu’à 500 milligrammes par cannette. En comparaison, une cannette type cola en contient 34 mg et une grande tasse de café 80 à 100 mg ».

A lire aussi :

Lire la page suivante : Café, cerveau et vigilance

Sources de l'article :

consoGlobe vous recommande aussi...


Entre magazines, romans et presse générale, je suis une passionnée de l'information, qu'elle soit sérieuse ou décalée ! Consommer durable n'est pas qu'un concept, mais une véritable philosophie de vie à appliquer au quotidien, et c'est avec plaisir que l'équipe de la Rédaction vous transmet ses astuces et infos !

76 commentaires Donnez votre avis
  1. le cafe n’est utile que pour les adultes si non les enfants auront le probleme de neures

  2. Magnifique.

Moi aussi je donne mon avis