Des sulfites dans le vin ? Et alors ?

Rédigé par Emma, le 3 Jul 2014, à 17 h 15 min

Des sulfites dans le vin bio, quelles conséquences

Alcool et gaz carbonique, conservateurs naturels du vin

Il existe 2 autres conservateurs naturels qui sont pris en compte pour les vins bio et nature.

  • L’alcool. « Sa présence naturelle permet de baisser le taux de sulfites », explique Denis Robert. Sa cuvée Traces-Neige (Grenache) 2010, Coteaux de l’Ardèche, est effectivement à 15 % d’alcool. Mais contient le plus bas taux de sulfites de tous les vins rouges : 30 mg/l. Ce vin a reçu la Médaille d’Or au Concours Général Agricole de Paris  en 2011.
  • Le gaz carbonique, issu de la fermentation. « Il occupe la place de l’oxygène est donc conserve le vin. Mais selon la température de dégustation et la quantité laissée par le vigneron, il peut le rendre un peu piquant », explique Denis Robert. Un désavantage facile à éliminer : « Il faut carafer le vin à boire, et le piquant s’en va ».


vin-bio

Pourquoi y a-t-il plus de sulfites dans le vin blanc ?

Il y a 3 raisons, expliquées par Denis Robert :

1- Le vin blanc se boit sur le fruit et se définit par sa richesse en arômes, très volatils, légers, sensibles à l’oxydation, plus que par sa structure en bouche, à l’inverse des vins rouges. Il faut donc protéger de l’oxydation cette richesse aromatique.

2- Des levures peuvent reprendre leur activité si les sulfites ne les inhibent pas. Si l’on ne met pas suffisamment de sulfites, la fermentation alcoolique peut redémarrer. Les vins blancs liquoreux sont plus sucrés et ont donc un risque de fermentation plus important. D’où la nécessité de leur adjoindre plus de sulfites encore que les vins blancs non liquoreux.

3-  Il en est de même pour les bactéries de la fermentation malo-lactique : elles-aussi peuvent de développer, surtout avec la chaleur, si cette fermentation n’a pas été achevée sur ce vin. Et la qualité du vin est altérée. Les sulfites inhibent aussi ce processus.


cab_vin_bio[1]

Moins de sulfites dans les vins du Mas d’Intras

Les sulfites sont les seuls ingrédients ajoutés dans les vins ardéchois de Denis Robert. « Il y a beaucoup d’autres substances qui peuvent être rajoutées, comme l’acide métatartrique par exemple, mais nous ne les utilisons plus depuis longtemps« .

Ce principe est appliqué depuis 3 millésimes pour le Carignan et pour le Grenache.

  • Le Carignan ne contient que 20 mg/l de sulfites totaux, et le Grenache entre 30 et 40 mg/l – ce qui est déjà 2 fois moins que ce qui est autorisé.
  • Le Shyra en contient entre 40 et 50 mg/l.
  • Les vins blancs et rosés sont filtrés.

« On peut encore faire mieux ! « , affirme Denis Robert, confiant.

Presque 40 ans après ses premières armes dans les vignes, ce vigneron a su faire confiance à son savoir-faire et à la nature. Il continue à expérimenter et à travailler au plus près de la vigne et de ses convictions, avec l’aide précieuse de son cousin Sébastien. Pour que le vin, les vignes, soient bons et beaux.

Chapeau monsieur Robert !

 *

Sulfites : un étiquetage obligatoire à partir de 10mg/l

Trois directives européennes* réglementent l’étiquetage pour les boissons alcoolisées (vins et spiritueux)

vin-sulfites

Les sulfites (sulfites et anhydride sulfureux = E 200) rentrent dans la liste  des « ingrédients qui sont à l’origine d’intolérance ou d’allergie chez le consommateur », et donc qui « doivent être obligatoirement mentionnées sur l’étiquetage ».

Leur mention est obligatoire quand leur concentration dépasse 10 mg/l.

Au-delà de 10mg/l de sulfite, la mention « Contient des sulfites » est obligatoire sur l’étiquette.

Mais d’autres substances – qui peuvent aussi rentrer dans la composition des boissons alcoolisées –  sont aussi considérées comme à l’origine d’allergie ou d’intolérances  : ce sont les auxiliaires technologiques.

Les auxiliaires technologiques possibles dans les vins : albumine d’oeuf, caséine, colle de poisson, lysozyme, colle végétale à base de gluten…

 *

Je réagis

 

Vin bio, vin traditionnel : quelles différences ?

Vin bio, vin traditionnel : quelles différences ?

*Directive 203/89/CE du Parlement européen et du Conseil du 10 nov. 2003 ; Règlement (CE) n°1991/2004 de la Commission ; Directive 2005/13/CE de la Commission du 21 mars 2005

planetoscope vin bioProduction de vin bio en France

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Découvrez tous mes conseils nutrition et diététique pour une alimentation plus saine au quotidien

16 commentaires Donnez votre avis
  1. Les sulfites sont utilisés depuis que le vin est vinifié en barriques ( c’est à cause des gaulois !). Avant l’époque gallo-romaine tous les vins étaient en amphores et n’étaient pas sulfités. La plupart des migraines liées à la conso de vin sont dues à une conjonction de sulfites, d’amines biogènes, et de faible constitution du vin. Les vins « bio » aussi peuvent être des vins à migraines. Je peux vous indiquer des références de vin qui ne donnent pas mal au crâne, même pour des gens intolérants aux sulfites, mais ces vins sont assez rares.

  2. « Un bon vin, ne donne jamais mal au crâne. »
    N’importe quoi. Je ne bois plus une goutte de vin, même des très bons, depuis plusieurs années, clairement à cause des sulfites. Un quart de verre de St Emilion me donne mal au crâne. Mon estomac renvoie tout après 2 verres.
    Je ne peux d’ailleurs plus manger de moutarde ou de vinaigre, et pas mal d’autres aliments (tout ce qui est industriel en gros).
    La mention de la quantité de sulfites devraient être obligatoire sur tout les étiquettages. Il y en a énormément, pas que dans le vin.

  3. On va faire vite et bien. Si vous ne voulez pas de sulfites, arrêtez de boire du vin blanc et arrêtez de jouer les connaissueurs. Pour être malade il faudrait boire des litres et des litres et des litres, … Alors concentrez vous sur des choses plus graves… L’aseptisation et l’uniformisation des produits, la pensée totalitaire que l’on veut vous imposer(ça à l’air de bien fonctionner)!!!… Posez vous deux questions:pensez vous qu’un viticulteur qui aime son travail et son produit s’amuse à empoisonner SA production… Et surtout (en ne parlant que des vins de qualité) depuis le début du xxieme siècle, combien de mort avec un conso modérée?…en France et dans les pays viticoles voisins… Le vrai PB c’est qu’au jour d’aujourd’hui on mélange tout , on veut tout supprimer… Commencez par laisser tomber la culture du maïs l’hyper consommation du lait de vache ( 1l =1000 litres d’eau), renseignez vous sur la consommation énergétique d’une heure de mail inutiles ( regardez la destruction des Appalaches pour alimenter Google … (Ce ne sont que des idees pour ceux et celles qui n’en n’ont pas). Interrogez vous, chacun. Vous avez l’air de vouloir changer et faire bouger des choses…commencez par votre conso. Et ne vous forcez pas à boire du vin…d
    D’autres y prennent du plaisir.

  4. Les sulfites sont des toxines quelque soit la quantité.

  5. Comment peut-on boire du vin sans avoir mal au crâne ?

    • C’est la vitamine B qui élimine l’alcool contenu dans le sang. Les conservateurs détruisent cette vitamine et c’est ce qui donne l’effet « gueule de bois » et le mal au crâne qui va avec.
      Il suffit donc de prendre de la vitamine B à titre préventif et éventuellement un anti-acide après consommation comme Alka Seltzer pour éviter le mal de crâne.

    • J’arrive un peu en retrad ans ce débat sur les sulfites, en ce qui me concerne j’aimerai savoir depuis quand on en utilise?

    • Un bon vin, ne donne jamais mal au crâne.
      Je suis sujette aux migraines depuis mon adolescence, plus jeune j’acceptais de boire du vin chez des gens qui me servaient des vins bas de gamme, et systématiquement ça me donnait une migraine atroce.
      Maintenant, je bois du vin uniquement à la maison parce qu’on sait le choisir, où à la rigueur chez des gens qui s’y connaissent, autrement je refuse de boire du vin.
      Et puis boire du vin ce n’est pas se « torcher » la tronche, un bon vin ça se déguste en quantité modérée.
      Me saouler n’a jamais fait partie de mes priorités, alors que la recherche du plaisir dans la dégustation oui.
      C’est pourquoi je ne bois qu’un seul verre de vin au cours d’un repas et ce uniquement à certaines occasions particulières.

    • Prend-en moins espèce d’humain du néandertal!!! Tu n’aurais pas mal au cräne! Bonne journée quand mëme…
      Normand

  6. nous faisons des séjours en Croatie et depuis longtemps,le vin blanc est très bon,et il fallait que ce pays vise l’europe pour qu’il mette de ce produit dans le vin(donc obligation européenne)

    • L’Europe n’oblige pas à mettre des sulfites (au contraire elle les limite) mais elle rend obligatoire l’étiquetage; Il y a de grandes chances que le vin croate ait toujours contenu des sulfites mais maintenant ils l’écrivent

  7. Vivant dans une société de performances à tous prix,nous exigeons de transgresser les conditions naturelles.Les anciens savaient que le vin se conservait très mal à la chaleur,donc ils l’évitait.Depuis les romains on faisait brûler la mèche de soufre dans les contenants (sulfites)pour la conservation.Mais pour le transporter dans des conditions anormales on sulfite à outrances.donc le souci de performances nous empoisonne la vie!!
    Par un effet de mode on parle tout à coup de soufre ? En revanche pendant 50 ans les anciens ont filtré le vin avec des plaques d’amiante sauf qu’on en a jamais entendu parler et c’est autrement destructeur que le soufre.Le vin n’est pas du coca-cola et ne cherchons pas à le conserver avec des dosages d’intrants nuisibles à notre santé.

    • Dans le Coca Cola il y a de l’acide phosphorique : si on en consomme beaucoup à la longue ça détruit les reins !
      Regardez autour de vous, combien d’enfants boivent du Coca, et ce dès la maternelle !

    • L’amiante est dangereuse pour les poumons, donc les seuls qui ont pu s’intoxiquer avec les filtres à l’amiante sont les vignerons lorsqu’ils les cassaientet laisaient échapper des fibres. Par contre l’estomac sans moque totalement et donc consommer du vin filtré sur de l’amiante est sans risque.

  8. Pourquoi n’indique-t-on pas SUR LA BOUTEILLE la quantité de sulfites présente ? Seule est indiquée la mention : « présence de sulfites » !

    • Emma

      Bonjour Sylvain,

      vous avez raison, c’est là tout le problème ! Il n’y aucune indication sur les taux réels des sulfites. C’est bien dommage, car le travail des vignerons comme Denis Robert qui les diminuent le plus possible, n’est alors pas connu.

Moi aussi je donne mon avis