Le super pouvoir de l’amour sur la douleur

En étudiant certaines zones du cerveau, des scientifiques ont pu démontrer que l’amour pouvait soulager la douleur.

Rédigé par Stéphanie Haerts, le 15 Aug 2022, à 11 h 45 min
Le super pouvoir de l’amour sur la douleur
Précédent
Suivant

Et si les médicaments pouvaient être remplacés par des sentiments amoureux intenses et passionnés ? C’est ce que des chercheurs américains ont essayé de démontrer en étudiant les images cérébrales d’étudiants amoureux.

Les sentiments amoureux pour lutter contre la douleur

Des sentiments forts et passionnés peuvent avoir un effet sur la douleur d’après une nouvelle étude de l’école de Médecine de l’Université de Stanford(1). « Lorsque les gens sont dans cette phase passionnée et dévorante de l’amour, il y a des altérations importantes de leur humeur qui ont un impact sur leur expérience de la douleur », a expliqué Sean Mackey, MD, PhD, chef de la Division de la gestion de la douleur, professeur agrégé d’anesthésie et auteur principal de l’étude, publiée en ligne le 13 octobre 2022 dans PLoS ONE.
Le soulagement de la douleur serait déclenché par l’activation de zones cérébrales primaires. « Nous commençons à démêler certains de ces systèmes de récompense dans le cerveau et comment ils influencent la douleur. Ce sont de vieux systèmes très profonds dans notre cerveau qui impliquent la dopamine – un neurotransmetteur primaire qui influence l’humeur, la récompense et la motivation », a également ajouté le professeur.

C’est durant une conférence sur les neurosciences, il y a quelques années, qu’Aron, un expert dans l’étude de l’amour, et Mackey, un expert dans la recherche sur la douleur et notamment des systèmes cérébraux impliqués dans la douleur, se rencontrent. C’est là qu’ils commencent à discuter de l’impact du sentiment amoureux sur le cerveau. Les deux chercheurs ont observé un chevauchement entre les deux jusqu’à se demander si l’un pouvait altérer l’autre.

Le saviez-vous ? Notre cerveau se met à jour toutes les 15 secondes

Les mêmes zones du cerveau activées

« Il s’avère que les zones du cerveau activées par un amour intense sont les mêmes que celles que les médicaments utilisent pour réduire la douleur », a expliqué Arthur Aron, PhD, professeur de psychologie à l’Université d’État de New York à Stony Brook et l’un des auteurs de l’étude. Penser à l’être aimé durant la journée devrait vous donner un sentiment de bien-être. Aron, qui étudie l’amour depuis 30 ans, a déclaré : « Lorsque vous pensez à votre bien-aimé, il y a une activation intense dans la zone de récompense du cerveau – la même zone qui s’allume lorsque vous prenez de la cocaïne, la même zone qui s’allume lorsque vous gagnez beaucoup d’argent ».

Passer du temps avec ceux qu’on aime –  © Siberia Video and Photo

Suite à la conférence, Mackey a entamé une collaboration avec le chercheur postdoctoral Jarred Younger, PhD, désormais professeur adjoint d’anesthésie. Les trois scientifiques ont étudié des images cérébrales d’étudiants dans les neuf premiers mois d’une relation amoureuse. Ils cherchaient principalement à trouver des « sujets qui se sentaient euphoriques, énergiques, pensant de manière obsessionnelle à leur bien-aimé, implorant leur présence », décrit Mackey. Durant cette phase, l’amour s’apparente d’ailleurs à une sorte de dépendance. C’est cet état qui a laissé penser aux chercheurs que, peut-être, les systèmes cérébraux impliqués dans la douleur étaient similaires à ceux des sentiments amoureux.

Dire oui aux massages et câlins – © beton studio

Des voies cérébrales différentes

« La dopamine est le neurotransmetteur de notre cerveau qui est intimement impliqué dans le sentiment de bien-être », a ajouté Sean Mackey. Pour en être sûrs, les scientifiques ont donc demandé à 15 étudiants, huit femmes et sept hommes d’apporter des photos de leur bien-aimé, mais aussi des photos d’une de leur connaissance tout aussi attrayante. Ils ont ainsi successivement montré ces images aux étudiants tout en utilisant un stimulateur thermique placé dans la paume de leur main afin de provoquer une légère douleur. Leurs cerveaux étaient simultanément scannés dans une machine d’imagerie par résonance magnétique fonctionnelle.

À lire aussi – Quels jeux pour entretenir son cerveau ?

D’autres tests ont été effectués en demandant par exemple aux étudiants de penser à des sports qui n’impliquaient pas de balles. La distraction permettant (on le sait déjà) de soulager la douleur. Ce test a permis aux chercheurs de vérifier que l’amour n’était pas seulement une distraction de la douleur, mais qu’il réduisait aussi celle-ci. Toutefois, ils ont observé que les deux méthodes de réduction de la douleur n’utilisaient pas les mêmes voies cérébrales. « Avec le test de distraction, les voies cérébrales menant au soulagement de la douleur étaient principalement cognitives », a déclaré Younger. « La réduction de la douleur était associée aux parties corticales supérieures du cerveau. L’analgésie induite par l’amour est beaucoup plus associée aux centres de récompense. Il semble impliquer des aspects plus primitifs du cerveau, activant des structures profondes qui peuvent bloquer la douleur au niveau de la colonne vertébrale – similaire au fonctionnement des analgésiques opioïdes », a-t-il détaillé.

Illustration bannière : l’amour, le meilleur remède à la douleur –  © Dmytro Zinkevych

 

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...




Aucun commentaire, soyez le premier à réagir ! Donnez votre avis

Moi aussi je donne mon avis