Psychiatre, psychologue, psychanalyste : qui choisir et pour quoi ?

Anxiété, stress, dépression ou mal être. Tous ces troubles peuvent amener à consulter un professionnel. Mais il n’est pas toujours évident d’identifier celui qui répondra au mieux à ses besoins dans la sphère psy.

Rédigé par Annabelle Kiéma, le 13 May 2024, à 17 h 00 min
Psychiatre, psychologue, psychanalyste : qui choisir et pour quoi ?
Précédent
Suivant

Allez voir un psy, ok, mais lequel ? Psychiatre, psychothérapeute, psychologue, psychopraticien ou psychanalyste. Tous sont des professionnels de la psyché. Mais ils ont des approches et des parcours différents. Qu’est-ce qui les différencie et comment savoir qui consulter ?

Différence psychologue et psychiatre

La formation et les outils utilisés sont différents chez ces professionnels qui accompagnent les personnes en souffrance psychologique.

Le psychiatre est un médecin

Et parmi tous les autres métiers d’accompagnement psychologique, c’est le seul. Après un cursus en médecine, il a choisi une spécialisation en psychiatrie générale. À l’issue de cette spécialisation, le psychiatre peut choisir des domaines d’intervention comme l’addictologie, la pédopsychiatrie, la gérontopsychiatrie, etc.

Médecin, il établit des diagnostics et peut prescrire des traitements médicamenteux : anxiolytiques, antidépresseurs, neuroleptiques… Il peut également pratiquer la psychothérapie, même si ce n’est pas systématique. Le psychiatre psychothérapeute propose des thérapies de soutien, en plus des traitements. Il utilisera différents outils comme l’EMDR ou les Thérapies Comportementales et Cognitives (TCC).

Antidépresseur – © Egoreichenkov Evgenii

Le psychologue est diplômé en psychologie

Pour être psychologue, il faut avoir complété un parcours de cinq ans d’études en psychologie. Le diplôme est reconnu par l’État. Il existe plusieurs branches en psychologie. Le psychologue clinicien reçoit ses patients pour les accompagner dans leurs problèmes de stress, d’anxiété ou de phobies par exemple.

Il peut recevoir en cabinet ou consulter en milieu hospitalier, scolaire, pénitentiaire, en entreprise, etc. N’étant pas médecin, il n’établit pas de diagnostic. En revanche, c’est le seul à être habilité à faire passer des tests psychométriques.

Le psychothérapeute et le psychopraticien

Professionnels de la thérapie tous les deux, ils se distinguent par leur parcours de formation.

Le titre de « psychothérapeute » est encadré par la loi depuis 2010. Il peut être attribué aux psychiatres et aux psychologues. Il l’est également aux professionnels qui ont validé une formation universitaire de cinq ans, une formation théorique de 400 heures et un stage de cinq mois minimum.

Le psychopraticien est un professionnel de la psychothérapie ayant suivi une formation reconnue, mais non universitaire. Il appartient souvent à un syndicat professionnel. Psychothérapeute et psychopraticien utilisent des méthodes reconnues comme les TCC, la Programmation Neuro Linguistique (PNL), la thérapie systémique, etc.

Enfin, le psychanalyste n’a pas effectué de formation académique. Il suit les préceptes de Freud qui a inventé cette méthode à la fin du XIXe siècle. La cure analytique est basée sur la parole. Grâce aux associations d’idées et à la neutralité de l’analyste, le patient explore sa psyché et ses émotions. Le psychanalyste a lui-même suivi une cure analytique sur plusieurs années.

Quel psy choisir ?

Bien entendu, la relation thérapeutique est une relation avant tout. Le choix final se fera donc en fonction des affinités. Voici cependant quelques critères de choix.

Les différents courants psy

psychologue ou psychiatre

Vertige et autres phobies – © Vilkas Vision

Il existe différents courants en psychologie, eux-mêmes divisés en une multitude d’approches.

  • Les TCC qui sont basées sur la façon dont le patient pense et se comporte. Elles vont aider le patient à découvrir ses schémas et à rectifier ses réponses. Elles sont particulièrement adaptées à la dépression, aux phobies, aux troubles anxieux, aux traumatismes, etc.
  • Les thérapies psychanalytiques sont basées sur la résolution de conflits inconscients. Elles sont indiquées pour aider à résoudre des traumas liés à l’enfance, mais aussi en cas de dépression ou de phobie.
  • Les thérapies humanistes partent du postulat que chacun possède en lui ses propres solutions et ressources. Le thérapeute est là pour aider le patient à révéler son potentiel. Elles accompagnent le changement et sont un outil de développement personnel.
  • Enfin, les thérapies systémiques explorent les relations qu’entretient le patient avec son environnement. Les séances s’effectuent en individuel ou en groupe.

La durée du suivi et coût

Un suivi psy peut se dérouler sur quelques semaines, notamment grâce aux thérapies brèves. Comme durer toute une vie : on le voit avec les analyses sur plusieurs décennies ! Si la durée de l’accompagnement ne doit pas être le seul critère, il est tout de même important de le prendre en considération.

En outre, les consultations chez un psy ont un coût. Si en cette période exceptionnelle, des initiatives ont permis l’accès à un psychologue gratuit, les séances de thérapie ne sont pas remboursées. Notons que seuls les rendez-vous chez le psychiatre le sont. Quant aux consultations chez le psychologue, elles pourraient être prochainement intégralement remboursées par les complémentaires santé.

Dans tous les cas, ne pas hésiter à s’adresser à sa complémentaire de santé, car les contrats varient fortement.

Lire aussi
Consultation chez le psychologue : remboursement pour qui et dans quelles conditions ?

Article mis à jour
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Je fais partie de ce qu’on appelle désormais les « slasheurs » : je suis rédactrice / sophrologue / et j’enseigne le français comme langue...

Aucun commentaire, soyez le premier à réagir ! Donnez votre avis

Moi aussi je donne mon avis