Des plateaux-télé équilibrés pendant l’Euro 2016

C’est parti pour 1 mois de matchs de football pendant l’Euro 2016 en France. Mais si on veut tenir le choc tous les soirs, autant manger correctement, c’est-à-dire un minimum équilibré.

Rédigé par Emma, le 14 Jun 2016, à 17 h 20 min

Les menus alternatifs : du plaisir et de la variété

Il n’y a pas que la pizza pour manger convivial autour d’un match. Les apéros dinatoires ou les barbecue sont dans le même esprit. Autant s’en inspirer.

Les grandes salades composées, à base de riz, de pâtes ou de pommes de terre, peuvent constituer des plats complets.

Mais il y a aussi d’autres idées :

  • Avec du pain : des tartines ou des bruscetta ou crostini

Arrosées d’huile d’olive, recouvertes de tranches de tomates, d’oignons, de jambon fumé ou de thon, de morceaux de fromage de brebis, et d’herbes fraiches.

  • Avec des oeufs : des tortillas

Battus en omelette, on leur incorpore tous les accompagnements qu’on veut : des pommes de terre pour être à l’heure espagnole, mais ce peut être des courgettes râpées, des tomates en morceaux, du fromage, etc. Et même tout ensemble.

  • Avec des fruits secs et du fromage : des brochettes

Le quatuor jambon sec/fromage de brebis sec (genre Manchego)/abricots secs/ figues séchées fait merveille. Surtout quand il est saupoudré de piment d’Espelette.

  • Avec des légumes  : les caviars

Les plus courageux peuvent se lancer dans les caviars : aux poivrons, aux pois chiches (houmous), aux aubergines. A déguster avec des tranches de pain grillés.

  • Avec du thon ou des sardines : des rillettes

Mixés avec du fromage blanc, bien poivrés, le thon ou les sardines font de très belles rillettes. A déguster aussi avec des tranches de pain grillés.

Dernier conseil : mangez à la mi-temps !

Pris par le match, on ne fait absolument pas attention à ce que l’on mange. L’esprit est tout à l’action sur le terrain, pas du tout sur ce que l’on est en train d’ingérer.

Conséquences : notre cerveau n’apprécie pas les quantités de ce que l’on mange – le risque est donc de manger plus -, ni la qualité.

Pas très sympa pour le ou la cuisinière quand il ou elle s’est donné de la peine.

Autant privilégier la mi-temps pour échanger autour du match… et du repas. La vraie convivialité est là !

Veuillez noter qu’Emmanuelle Couturier n’exprime dans ces rubriques que des conseils généraux qui ne sauraient l’engager. Pour des conseils personnalisés, il faut soit la consulter à son cabinet en privé, soit interroger votre médecin personnel.

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Découvrez tous mes conseils nutrition et diététique pour une alimentation plus saine au quotidien

2 commentaires Donnez votre avis
  1. Bravo GAL TESS…. et merci, je ne suis donc pas la seule a’ penser en complet décalage …

  2. On peut aussi avoir une pensée pour les brésiliens exclus qui ne mangent pas grand chose pendant cette coupe du monde en dehors du bâton de la police .

Moi aussi je donne mon avis