La lutte contre le gaspillage alimentaire : un mouvement européen en plein essor ?

« Assez du gaspillage alimentaire, le Sénat adopte une loi à grande portée éthique et économique » s’est félicité le groupe du Parti Démocrate (PD) du Sénat italien. Après la France en février dernier, ce sont l’Italie et la Roumanie qui ont récemment voté en faveur de la lutte contre le gaspillage alimentaire, véritable gouffre financier et fléau social. Aujourd’hui, à travers le monde, le tiers de la nourriture est gaspillé, un chiffre en pleine croissance (40%) notamment en Europe selon l’Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture (FAO).

Rédigé par Charlie Trisse, le 5 Nov 2016, à 14 h 15 min

Lutter contre le gaspillage alimentaire permettrait de nourrir 200 millions de personnes. Un sujet en pleine émergence dont se sont emparés les politiques : retour sur les avancées législatives de nos voisins.

Des lois anti-gapsi aux idéologies divergentes : la carotte et le bâton

Votée à l’unanimité le 3 février dernier, la loi française contre le gaspillage alimentaire ouvre le bal d’une série de lois européennes. Elle encourage les mesures destinées à éviter que ne soit jetée la nourriture encore comestible. Ainsi, elle pénalise par exemple les supermarchés de plus de 400 m² qui ne concluent pas d’entente avec les organisations humanitaires distribuant de la nourriture aux plus démunis. Dans la même veine, le 18 octobre dernier, la Roumanie a adopté une loi contre le gaspillage alimentaire, malgré un Sénat majoritairement défavorable.

Cette dernière oblige les supermarchés à donner ou à brader les produits proches de la date d’expiration. Elle incite à l’exploitation maximum du produit en fin de vie. Si la denrée n’est plus consommable pour l’homme, elle devra être rendue disponible pour la nourriture animale. Si elle n’est plus consommable pour l’animal, elle devra alors entrer dans un processus de revalorisation, soit par la production de compost et engrais naturels, soit pour la transformation en bio-gaz. La loi ajoute des sanctions pour les supermarchés qui ne se conforment pas aux règles : les pénalités oscillent entre 200 et 2.000 euros.

Face au coût exorbitant du gaspillage alimentaire en Italie – 12 milliards d’euros par an – le Sénat italien a adopté une loi anti-gaspi à 181 voix contre 2 cet été. Les principaux responsables du gaspillage alimentaire dans ce pays sont les consommateurs (54 %), la restauration (21 %), la grande distribution (15 %), l’agriculture (8 %) et la transformation (2 %). En moyenne, chaque Italien a jeté 76 kg de nourriture en 2015, selon Coldiretti, une association agricole italienne. Cette loi, proche de ces homologues française et roumaine, permet également de faciliter les procédures bureaucratiques pour les dons d’aliments par les agriculteurs, les industriels et les commerçants.

gaspillage-alimentaire-europeLe secteur alimentaire est désormais contraint de donner les invendus aux associations caritatives, ainsi qu’aux fermes qui récupèrent les denrées pour les animaux ou pour faire du compost. Les supermarchés ne doivent plus jeter et ne pas javelliser les invendus. Néanmoins, s’opposant farouchement au système punitif, le ministre de l’Environnement italien, Gian Luca Galletti, envisage d’offrir des avantages fiscaux aux commerçants faisant des dons alimentaires, comme bénéficier d’allègement de taxes de ramassage des ordures en échange de dons à des organisations caritatives. « Je suis convaincu qu’il est préférable de résoudre ce genre de problème sans pénalité, mais avec de l’éducation et des incitations », affirme-t-il. Selon lui, le seul moyen d’éviter le gaspillage est la sensibilisation des populations, notamment tout au long du cursus scolaire de la maternelle à l’université.

Vers un mouvement européen ?

Face à une classe moyenne européenne dont les difficultés économiques croissent, il est difficile d’imaginer qu’un supermarché jette plus de 50 kg de nourriture par jour. En Italie, les chiffres avoisinent les 164 kg de nourriture jetée annuellement par habitant, contre 169 kg en France, 171 kg en Allemagne et 184 kg en Norvège. Ce constat a fait réagir associations et élus.

poubelle, gaspillage de nourriture, cantines scolaires, Ademe

Pionnier de la lutte contre le gaspillage alimentaire en France, Arash Derambarsh, Conseiller municipal de Courbevoie, propose d’étendre la loi française à toute l’Europe. Soutenu par Nicole Fontaine, ancienne Présidente du Parlement européen, Action Contre la Faim et la Croix Rouge Française, il a lancé une pétition ayant dépassé les 800.000 signatures pour obtenir une directive européenne sur le gaspillage alimentaire.

Si vous aussi vous souhaitez faire avancer la lutte contre le gaspillage alimentaire, déposez votre signature sur https://www.change.org/p/mettons-fin-au-gâchis-alimentaire-en-europe-stopfoodwaste

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Titulaire d'un master 2 en "Journalisme et communication à l'international" de Sciences Po Aix et disposant d'un bachelor en "Relations Internationales" de...

1 commentaire Donnez votre avis
  1. de toute façon il va falloir moins gaspiller, car nous sommes trop nombreux sur terre, donc faite attention !!!

Moi aussi je donne mon avis