L’UE favorable à la réduction de l’acrylamide dans les aliments

Les représentants des 28 États membres ont voté en faveur d’une proposition de la Commission européenne visant à réduire la présence d’acrylamide dans les denrées alimentaires.

Rédigé par Nathalie Jouet, le 21 Jul 2017, à 9 h 40 min

L’acrylamide est une substance cancérigène qui se forme dans les aliments riches en amidon comme la pomme de terre, au cours de processus de cuisson à haute température. Désormais, les exploitants d’entreprises agroalimentaires devront prendre les mesures nécessaires pour limiter la présence de cette substance dans leurs produits. Ces mesures dépendent de la taille de l’entreprise, précise la Commission.

Acrylamide : des mesures obligatoires pour réduire sa présence dans les aliments

Le 19 juillet 2017, les États membres de l’Union européenne se sont accordés en faveur d’une réduction de la présence d’acrylamide dans les aliments. Les exploitants du secteur alimentaire devront appliquer des mesures obligatoires pour réduire sa présence dans leurs produits. Le règlement devrait entrer en vigueur au printemps 2019. La Commission européenne entamera ensuite des discussions sur la mise en place de mesures supplémentaires comme le constat de teneur maximum d’acrylamide dans certains produits agro-alimentaires.

Ce projet avait particulièrement préoccupé la Belgique et notamment la Flandre, qui y voyait une réelle menace pour ses frites nationales. Toutefois, les friteries belges ne seront pas obligées de modifier leurs processus de préparation et de cuisson. La baisse du taux d’acrylamide n’entraîne pas l’obligation de blanchir les frites avant de les cuire, même si cela est recommandé. “Nous avons veillé à nous assurer que les recommandations proposées soient applicables pour les petits opérateurs et respectent nos traditions et recettes nationales“, a souligné le ministre fédéral de l’Agriculture, Willy Borsus.

acrylamide

© papillondream

Une substance reconnue comme cancérigène possible

L’acrylamide se forme à partir de l’asparagine, un acide aminé, et des sucres naturellement présents, lors d’un processus de cuisson à haute température comme la friture. Elle se trouve essentiellement dans les produits à base de pomme de terre, de céréales mais également dans le café. Cette substance est classée comme cancérigène probable par l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

L’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) a confirmé en 2015 que l’acrylamide augmentait potentiellement le risque de développement d’un cancer. Le commissaire en charge de la santé et de la sécurité alimentaire, Vytenis Andriukaitis, s’est donc félicité de ce vote : “Aujourd’hui, nous avons franchi un pas important dans la protection de la santé et du bien-être des citoyens“.

Illustration bannière : Les frites et l’acrylamide – © artboolat
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...




Aucun commentaire, soyez le premier à réagir ! Donnez votre avis

Moi aussi je donne mon avis