Un plat traditionnel de Thaïlande provoque le cancer

Les médecins ont découvert qu’un plat de poisson cru traditionnel de Thaïlande, le Koi Pla, serait à l’origine d’un taux élevé de cancers du foie.

Rédigé par Pauline Petit, le 29 Jun 2017, à 10 h 15 min

Le Koi Pla est un plat traditionnel de l’Issan, dans le Nord-Est de la Thailande. Il est préparé à base de poisson cru, de jus de citron et d’épices. À priori, excellent pour la santé… Mais il est à l’origine de la mort de nombreuses personnes, emportées par un cancer du foie provoqué par ce plat. Comment un plat aussi sain peut être aussi dangereux ?

Un poisson à l’origine de nombreux cancers en Thailande

Narong Khuntikeo est originaire de cette région, et ses deux parents ont été emportés par le cancer du foie. En étudiant à la faculté de médecine, il a découvert le lien entre cette maladie et le plat de poisson cru qu’ils affectionnaient.

poisson thailande

La préparation du koi pla © waytit

Le poisson utilisé pour le Koi Pla est souvent porteur d’un parasite, dévastateur pour le foie. Celui-ci se loge dans le foie du mangeur, et cause une inflammation de l’organe (cholangiocarcinome) qui se termine souvent en cancer.

La Thaïlande connaît un taux élevé de cancers du foie à cause de ce plat

Ce cancer provoque 20.000 morts en Thaïlande, le taux le plus élevé du monde, particulièrement dans la région de l’Issan. Il touche 84 personnes sur 100.000 en Thaïlande contre 1 sur 100.000 aux États-Unis par exemple.

Narong Khuntikeo est à présent médecin, spécialisé dans les problèmes de foie. Il raconte pour TV5 Monde : “C’est un grave problème sanitaire ici… Cela affecte des familles, mais aussi le développement socioéconomique“. Les personnes affectées sont souvent des riziculteurs pauvres, qui arrivent souvent trop tard chez le médecin.

Narong essaie de faire changer les mentalités et se rend dans les villages pour expliquer le danger de la consommation de ce plat. Mais il est très difficile de changer les habitudes alimentaires des Thaïlandais. Certains paysans sont tout de même sensibles au message et font cuire le poisson depuis qu’ils ont été informés des risques.

Illustration bannière : Un pêcheur thaï – © SantiPhotoSS
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



J'ai travaillé dans différents organismes, tous liés de près ou de loin aux questions qui me passionnent : la consommation durable et l'alimentation. J'ai...

2 commentaires Donnez votre avis
  1. article qui ne donne le nom ni du parasite ni du poisson.
    le journalisme d’aujourdhui semble de tres mauvaise qualité, c’est decevant…

  2. Le cholangiocarcinome n’est pas un parasite mais un cancer. Info trouvée en lançant simplement une recherche sur le mot……

Moi aussi je donne mon avis