Sushi : mieux vaut arrêter tout de suite !

Délicieux, nutritifs et sains, les sushi ont la cote et s’invitent de plus en plus souvent au menu. Malheureusement pour les amateurs, manger des sushi n’est pas aussi anodin et pourrait même s’avérer dangereux !

Rédigé par Séverine Bascot, le 15 May 2017, à 10 h 10 min

Les médecins ont mis en garde dans le British Medical Journal les personnes friandes de sushis : il faut prendre en compte les dangers liés à l’ingestion de parasites que contient le poisson cru.

Des sushis à l’anisakiase : attention danger

Selon les centres de contrôle et de prévention des maladies(1), les sushi peuvent être porteurs d’un anisakiase, une maladie du poisson causée par des vers parasites dont les oeufs sont transportés par l’hôte (dans notre cas le sushi) dans le corps humain. Ces larves, facilement transmissibles, surtout par l’intermédiaire de poissons non cuits, envahissent l’estomac et les intestins, et peuvent causer de la fièvre, de la diarrhée et des vomissements.

Une infection plus fréquente en Europe

Bien que la maladie soit connue depuis un certain temps notamment dans les pays asiatiques, les médecins tentent d’attirer l’attention des consommateurs de sushi, surtout après qu’un Portugais de 32 ans ait récemment été diagnostiqué avec la maladie(2).

Au Japon, pays du sushi par excellence, on dénombre 2.000 à 3.000 cas d’infections par anisakiase chaque année, selon CNN.

Dans les pays européens, l’infestation du poisson est probablement plus fréquente que ce que nous pensions.” a déclaré Dr. Joana Carmo, médecin du département de gastroentérologie de l’hôpital d’Egas Moniz à Lisbonne au Portugal où a été traité le patient.

Ainsi, une étude a montré que l’anisakiasis simplex, l’espèce la plus fréquemment associée aux infections humaines, a été trouvé dans 39,4 % du maquereau frais examiné à partir de différents marchés de poissons à Grenade. Toujours en Espagne, près de 56 % des poissons-crus blancs vendus dans cinq chaînes de supermarchés ont révélé une contamination.

Lire aussi : Maki Time : des makis bio de saison

Alors les sushis, c’est fini ?

On peut manger du poisson cru en toute sécurité, mais pour cela certaines règles sont à respecter. La première est de toujours manger du poisson préalablement congelé. En effet, la congélation tue déjà de nombreux parasites, même si elle ne tue pas tous les micro-organismes nuisibles.

Toutefois, lorsqu’on mange au restaurant ou que l’on achète une barquette à emporter, il n’y a aucun moyen de savoir si les règles ont été respectées. La plus grande prudence est donc de mise.

Illustration bannière : Femme mangeant des sushi – © progressman
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Voyageuse insatiable, j'ai parcouru le monde autant pour des raisons personnelles que professionnelles : rien de mieux pour prendre la mesure de l'état de la...

8 commentaires Donnez votre avis
  1. En faite, tous les alliums, y compris l’ail

  2. Rémi Moritz: pour info, ce n’est pas parce qu’on en parle pas qu’il n’y en a pas. Il y a encore et toujours des patients atteints de la maladie de Creutzfeld Jacob en France.

  3. Oui, effectivement, il est bon de le rappeler car si un restaurateur ou traiteur peut scrupuleux peut ne pas respecter la réglementation sanitaire, il va de soi que les risques sont plus grands avec des produits animaux (raison de plus quand ils sont crus) qu’avec des produits végétaux.
    Et puis, tous les particuliers ne congèlent pas forcément leur poisson… Quand je mangeais encore du poisson, même congelé, sachant qu’il y a souvent tout un tas de parasites dedans, les sushis me dégoutaient.

  4. Article très alarmiste dès le titre, ne donnant même pas les sources vers l’étude mentionnées !

    Entre les relais des sois-disantes études de Génération Future et cet article, il est plus que nécessaire pour les rédacteurs de Consoglobe de vérifier l’information pour proposer une information vérifiée.

    L’article mentionnée en source est de plus vraiment douteux.

  5. Autant manger des sushis et makis végétariens! C’est très bon et sans souffrance.

  6. Pour ces nématodes, l’oignon doit être térrible.

  7. article un tantinet excessif et alarmiste, la congélation vient à bout de ces petits vers. et la réglementation sanitaire de l’union européenne (CE) n°853/2004 préconise la congélation des poissons à -20 ° C pendant au moins 24 heures pour inactiver les larves.
    après si on tombe sur un restaurateur peu scrupuleux et crapoteux qu’on mange des spaghettis ou des sushis, ca peut mal finir dans tous les cas

    • C’est le caractère horrible du parasite qui donne tout son intérêt à cet article… Ca me rappelle le syndrome de la vache folle. Le haro sur la viande bovine et la crise des agriculteurs qui s’en est suivi… Tout ça pour moins d’une dizaine de cas en France.
      Il y a des centaines de morts sur la route tous les ans en France et on n’interdit pas la voiture…
      Il y a plusieurs centaines de milliers de morts par an en France à cause e de le pollution, mais “on ne peut rien faire, c’est la rançon de la croissance” !
      En tout cas, maintenant, quand je ferai mes suhis, je congèlerai le poisson pendant 24h. Ca me plait moyennement d’avoir des vers dans les boyaux.

Moi aussi je donne mon avis