Le label “fait maison” obligatoire pour les restaurants

Rédigé par Flor, le 28 Jun 2013, à 17 h 23 min

Le « fait maison » est une qualité en vogue. Du restaurant au produit artisanal, ces deux mots font souvent la différence pour un consommateur averti. Cependant jusqu’à maintenant aucune réglementation ne contrôlait cette qualification. Le gouvernement à décidé de palier à cela et compte faire labelliser tous les produits « fait maison » de la restauration.

Un label « fait maison » obligatoire

fait-maison-labelLes députés ont voté un amendement proposé par la ministre du Tourisme, Sylvia Pinel, qui oblige les restaurants à mentionner l’appellation « fait maison ». Les plats cuisinés à partir de produits bruts bénéficieront d’une mention ou d’un logo, visibles sur les menus.

Les restaurateurs devront être vigilants puisqu’une utilisation frauduleuse du label sera sanctionnée comme une pratique commerciale trompeuse. Comme les trois quarts des restaurants ne font que de l’industriel, selon Alain Ducasse – chef aux multiples étoiles -, la décision du gouvernement permettra aux consommateurs de faire un meilleur choix pour leurs repas.

Valorisation de la gastronomie

Le gouvernement souhaite donc mettre en place des mesures pour une valorisation des restaurants qui proposent un service « fait maison ». Cela passera par la communication  sur les produits fabriqués en France et la simplification, ainsi que la modernisation, du titre de « Maître-restaurateur ». Des mesures dans l’objectif d’avoir plus de transparence envers le consommateur et afin de valoriser les restaurants qui s’efforcent de tout faire eux-mêmes.

Le titre encore mal connu de « maître-restaurateur »

Fait maisonL’Etat avait déjà mis en place en 2007, un titre de “maître-restaurateur” pour différencier les restaurateurs travaillant avec des produits bruts. Cette mention, délivrée par le préfet du département pour une durée de 4 ans, requiert de travailler avec un cahier de charges rigoureux et des produits bruts majoritairement frais. Malheureusement, cette appellation reste mal connue du public.

Comment détecter le « fait-maison » de l’industriel ?

Il devient de nos jours très difficile de différencier les produits industriels des produits cuisinés dans les restaurants. Parfois des produits sous vide sont réchauffés et agrémentés de quelques petites touches, même s’ils nous paraissent faits sur place.

Menu fait maisonLe chef Alain Ducasse a créé un label officieux « Restaurants de qualité » pouvant palier à ce problème. Le restaurant candidat doit obtenir 75 % de satisfaction de la part du Collège culinaire. Cela reste tout de même une mention non-officielle, peut-être trop exigeante, même si c’est un gage de qualité.

Une manière plus simple de détecter les restaurants qui utilisent des produits industriels est d’observer les produits proposés par rapport au nombre d’employés. Si trop de plats sont présents sur le menu et que peu de personnes travaillent dans le restaurant, les produits risquent fortement d’être industriels.

Alors avec cet amendement, l’appellation « fait maison » ne sera normalement plus utilisée à tort et à travers. Reste maintenant à savoir si tout sera correctement appliqué.

*

Je réagis

Pour en savoir plus sur la restauration :

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Rêvant de voyages aux quatre coins du monde, je me consacre actuellement à l'alimentation et aux sciences sociales. Je m'intéresse en particulier aux...

15 commentaires Donnez votre avis
  1. 2 tranches de pain 1 steak haché au milieu(surgelé ou non)1 rondelle de tomate fraîche (hors saison) ,1 feuille de laitue (hors saison).
    Montage fait au resto le label Maison ou pas maison

  2. Qui sommes nous ?

    icifaitmaison est une plateforme communautaire et un annuaire pour les amoureux de bonne cuisine.

    Elle permet de proposer des restaurants qui font des produits frais fait maison.

    les plat doivent répondre a deux critères suivants :

    la cuisine doit être faite et réalisée sur place à partir de produits bruts (c’est-à-dire non transformés)

    avec des produits traditionnels de cuisine (huile, beurre, pain, etc.)

    la confection de la carte, uniquement avec des produits frais

    les fruits et légumes achetés frais et entiers épluchés et découpés

    les poissons et viandes frais et entiers découpés à la pièce (filet, gigot, bavette etc.)

    Elle permet de découvrir et de dénicher de bons restaurants à proximité de chez soi.

    vous ne supportez plus la malbouffe et souhaitez déguster de bons petits plats.

    Ici c’est fait maison

  3. Très très bien….en principe.
    Tout dépend du caractère suffisamment dissuasif des sanctions et de l’application réellement appliquée. S’il faut une douzaine d’avertissements et qu’il n’y aurait qu’un contrôle sérieux par an, celà ne servira à rien. Il faudrait aussi prévoir un triplement de la sanction si le fautif (et électeur) a l’idée d’appeler à son secours un élu.

  4. Bien mais timide encore une fois.
    Pourquoi ne pas faire comme pour le pain. L’appellation “boulangerie” est réservée à ceux qui fabriquent le pain, les “décongeleurs de pain” n’ont pas droit à l’appellation; ils se font donc appeler “fournil” ou autre. Dans le même esprit, pourquoi ne pas réserver le titre “restaurant” à ceux qui cuisinent vraiment.
    La tva à taux réduit ne devrait d’ailleurs être réservée qu’à eux, pas besoin de ristourne fiscale quand on n’a besoin que d’un employé et de 5 micro-ondes en cuisine. Un vrai restaurateur qui cuisine est obligé d’avoir de la main d’œuvre, ce qui a un prix. C’est lui qui crée de l’emploi, c’est aux vrais restaurateurs que devrait être réservée la TVA à taux réduit…

    • A mon age, je n’ai plus la force physique de faire mon pain. Ils étaient pourtant bien bons, mes pains, et je n’avais nul besoin de cette saleté pompeusement appelé “améliorant”, sans sue personne ne sache bien de quoi précisément il s’agit. Idem pour tous ces émulsifiants qui servent surtout à faire croire au consommateur que le pain qu’il vient d’acheter est plus avantageux que celui de la “boulangerie” d’en face. Et cette farine trop blanche qui n’a aucun goût, au point qu’il faut ajouter beaucoup trop de sel pour cacher le m… au chat, comme on dit chez nous( et d’être la cause de bien des cas d’hypertension artérielle (merci pour la sécu !). Mes pains ne contenaient que de la farine de blé T60 ou de la farine complète reconstituée (depuis la disparition des moulins à meule), du levain maison ou de la levure de bière quand il fallait faire plus vite, un tiers du sel utilisé aujourd’hui, et de l’eau. Seuls additifs : d’autres céréales complètes, ou un oléagineux comme les graines de lin par exemple pour ses qualités anti cholestérol, sensiblement plus de temps passé pour la qualité de la levée et le renforcement de la saveur. Point final.

  5. “Le gouvernement à décidé de palier à cela”
    ” Le chef Alain Ducasse a créé un label officieux « Restaurants de qualité » pouvant palier à ce problème.”
    2 fautes chaque fois … !!!
    1/ palLier s’écrit avec 2 l
    2/ On dit “pallier un problème”, le verbe “pallier” signifiant “remédier à”.
    Pas très sérieux.

    • Que voulez vous, il y en a tant et tant que si sont contentés de faire joujou avec leurs portables pendant les cours !

  6. Bonjour, se serait une bonne idée, et s’en est une.

    Mais, si, il y a trente présentations de plats où même plus, et que vous demandiez un civet de chevreuil, croyez vous que le restaurateur aura préparé, ce plat ? fait maison, j’en doute.
    Et si il vous sert dans 15 minutes, ce plat; serat-il fait maison ?.

    Non, c’est impossible ou il est congelé, après sa cuisson???

    • Flor

      En effet, un restaurateur à la possibilité de surgeler/congeler ses plats fait maison immédiatement après la fabrication. Cependant c’est un procédé très minutieux qui demande beaucoup de matériel et donc, de l’investissement.
      En général, les produits surgelés sont plutôt achetés à des traiteurs que fabriqués par le restaurateur lui-même.

    • Si vous voulez manger un civet de chevreuil, soit vous êtes prêts à poireauter jusqu’au goûter, soit vous réservez votre table et faites votre commande dans la foulée (ce qui serait bien pratique soit dit en passant) 😉

  7. Enfin le consommateur ne sera plus trompé… si les sanctions sont à la hauteur des abus, car beaucoup seront encore tentés de frauder !!
    Depuis que j’ai vu un reportage sur le sujet à la TV et que j’observe un peu mieux le contenu de mes assiettes, je me rends compte que Monsieur Ducasse n’a peut-être pas tort…

  8. Juste un peu dommage de devoir supporter une pub Macdo pour accéder à l’article !

  9. le bien manger du fait maison belle initiative !

  10. Je soutiens cette idée. On ne sait plus ce qu’on mange.

  11. super bonne idée !

Moi aussi je donne mon avis