Gaspillage alimentaire, les grandes surfaces contraintes de donner les invendus ?

Rédigé par Eva Souto, le 6 Oct 2014, à 12 h 37 min

Une grande surface jette en moyenne, quelques 200 tonnes de denrées alimentaires par an ! Parmi elles, beaucoup sont encore comestibles et utilisables. Un gaspillage qui irrite. Pour lutter contre cette déperdition des denrées, des députés français se mobilisent pour la cause. Plein feux sur une action utile.

Invendus alimentaires recherchent associations

Le gâchis alimentaire n’est plus à prouver. Entre dates limites de consommation (DLC) proches, dates de consommation recommandée (DCR) ou encore produits abimés, les grandes surfaces retirent régulièrement des rayons, des produits alors qu’ils sont encore tout à fait consommables.

Invendus alimentaires

Or, pour les plus démunis, cela pourrait représenter des repas de qualité. Et c’est en ce sens qu’oeuvre le projet de loi proposé par un groupe de députés français.

63 députés se mobilisent pour lutter contre le gaspillage alimentaire

63 : c’est le nombre de députés, de tous bords politiques, qui ont déposé fin juillet 2014, une proposition de loi contraignant les grandes surfaces de plus de 1000 m2 à donner « leurs invendus alimentaires encore consommables à au moins une association caritative dans le secteur de l’aide alimentaire ».

Députés gaspillage

Le texte entend ainsi instaurer une mesure plus coercitive auprès des supermarchés, le don alimentaire se faisant à l’heure actuelle, uniquement sur la base du volontariat.

S’appuyant sur le Pacte national contre le gaspillage alimentaire, présenté l’année dernière par Guillaume Garot, les députés estiment que « les mesures actuelles de prévention et d’information ne suffisent plus ».

Les invendus alimentaires offerts aux associations : le bon deal ?

Certaines grandes surfaces font déjà don de leurs invendus alimentaires et ces derniers représentent environ un tiers de l’ensemble perçu par les associations. Ce que change la loi ? Cette dernière rendrait ces dons obligatoires et représenterait le « petit coup de pouce » dont ont besoin les associations, selon le député porteur du projet, Jean-Pierre Decool.

Banque alimentaire gaspillage

En outre, ces dons alimentaires pourraient permettre de compenser la baisse des montants européens attribués aux associations, à l’heure où les bénéficiaires de colis alimentaires sont de plus en plus nombreux.

En 2012, les 1.400 hypermarchés français ont donné 32.000 tonnes de denrées (+15 % par rapport à 2011), soit l’équivalent de 64 millions de repas, lors des opérations quotidiennes de « ramasse », moment où les associations font la tournée des magasins pour récupérer les invendus.

Planetoscope : le gaspillage alimentaire dans le monde

Lire page suivante : qu’en pensent les associations ?
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Eva est passionnée d’écriture. Elle est sensible aux sujets de société, et en particulier, à ceux qui touchent au développement durable, au commerce...

13 commentaires Donnez votre avis
  1. c’est faut moi je travaille dans une grande surface et j’ai vue des carottes et ect……. encore en bonne état et ainsi la viandes c’est dégueulasse il faut absolument faire quelque chose c’est honteux

  2. Voila une bonne idée. Cela permettrait sans doute à ce que les gens qui n’en ont pas les moyens de manger certaines denrées inaccessibles pour eux en raison de leur prix exorbitants .

  3. Je pense que c’est du à la congoléxicomatisation

  4. C’est tres bien d’y avoir pensé. Je vous felicite

  5. Voila une bonne idée. Cela permettrait sans doute à ce que les gens qui n’en ont pas les moyens de manger certaines denrées inaccessibles pour eux en raison de leur prix exorbitants .

  6. Pourquoi n’ont-ils pas pensé avant ?

  7. Et un recyclage ” différent ” et ” intelligent “, plutôt qu’une destruction classique, la loi y a pensé ?

  8. Il y a un cadre un peu oublié aussi, des commerces pourrissent volontairement leurs “poubelles” alimentaires car en cas de récupération et d’intoxication alimentaire, ces commerces sont jugés responsables de la mauvaise qualité de leur poubelle. Cette responsabilité est un point à aborder aussi.
    Quoiqu’il arrive, entre les contrôles, les circuits de distribution, les stockages, l’opération tout à fait nécessaire et utile ne sera pas gratuite. Il s’agirait que le cadre réglementaire ne se borne pas à demander à la grande distribution et aux associations de se débrouiller entre eux pour appliquer la loi.

  9. Les grandes surfaces et autres margoulins (après avoir mis plein de gens sur la paille) vont pouvoir communiquer sur le fait qu’ils sont devenus des bienfaiteurs de l’humanité grâce à leurs dons, ce qui va leur donner encore plus de pouvoir pour créer à leur sauce “le monde de demain” c’est à dire une société toute pourrie où l’on nourrira les gens avec des produits transgéniques pleins de pesticides subventionnés par l’impôt. Bienvenue dans le meilleur des mondes !

    • ces margoulins ne devraient pas faire la loi, surtout que black ops 3 va bientot sortir !

Moi aussi je donne mon avis