Alimentation. Le poisson sauvage est-il 100 % naturel ?

Rédigé par Elwina, le 8 Jul 2010, à 13 h 45 min

>>>Suite de l’article consacré aux poissons sauvages. Considérés comme naturels par une grande partie des consommateurs, les poissons sauvages sont-ils sains ? Rien n’est moins sûr !

Le poisson sauvage est-il conseillé ?

En dépit du fait que le poisson sauvage ne soit pas labellisé, il n’est pas déconseillé tant qu’il s’agisse d’une espèce non menacée de disparition (sardines, maquereaux, harengs…). Les poissons sauvages meilleurs pour la santé sont d’ailleurs souvent les moins menacés.

Préférez les poissons certifiés bio !

Actuellement, ce sont les poissons biologiques qui permettent les meilleures garanties sanitaires. Le cahier des charges de l’aquaculture bio est très sévère voire très contraignant.

Ainsi, la stricte application du cahier des charges et du respect de la législation sur toute la filière est contrôlée par un organisme certificateur indépendant, ” Qualité-France “.

poisson bioEn revanche, le recours à des vaccins est autorisé lorsqu’il est établi par le vétérinaire. Toutefois, le vétérinaire doit prescrire uniquement des produits à base de substances végétales, animales ou minérales à dilution homéopathique, de plantes, d’oligo-éléments ou encore d’ immuno-stimulants naturels.

Mais si un traitement à base de produits de synthèse est nécessaire, l’usage de ces substances doivent être indiqué sur le cahier d’élevage car en cas de non respect de ces consignes, l’appellation biologique peut être remise en question.

Enfin, en bout de chaine, pour identifier les poissons bio, les poissons entiers portent une bague AB numérotée inviolable.

> Pour un achat responsable, découvrez le guide d’achat des poissons

Poissons-Le saviez-vous ?

Depuis janvier 2002, selon une règlementation européenne, le consommateur doit trouver sur l’étiquette

  • le nom commercial de l’espèce,
  • la zone où le poisson a été pris ou son pays d’élevage,
  • la méthode de production, avec les mentions “pêché en mer”, “pêché en eau douce” ou “issu d’élevage”.
  • Cependant, en dépit de l’amélioration de l’étiquetage, ce n’est toujours pas suffisant notamment parce que l’indication de la méthode de pêche n’est pas encore obligatoire…

*

Je réagis

  • L’aquaculture, fausse solution
  • Tous les articles sur l’aquaculture
  • Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
    consoGlobe vous recommande aussi...



    Elle est une des rédactrices historiques de consoGlobe et en connait un vaste rayon sur le développement durable
    
    1 commentaire Donnez votre avis
    1. Je suis absolument outrée du fait qu’il n’existe pas la moindre loi visant à limiter les nombre d’espèces et la quantité des poissons sur les étales des grandes surfaces. D’autant plus que le poisson est davantage perissable que d’autres denrées telles que la viande, les fruits et les légumes. Il va de soit qu’il en faille pour tous, mais pourquoi le(s) gouvernement(s) n’instorent-t-il(s) pas 4 ou 5 espèces et une quantité raisonable de poissons à vendre, respectant leur saison de reproduction. De plus, par supermarché il y a le même gachis et à la vue du nombre croissant de grandes surfaces, l’image fait vraiment peur et à quoi affoler! Du moins pour qui est un tant soi peu concerné par la planète!

    Moi aussi je donne mon avis