2016, une très mauvaise année pour les agriculteurs français

En 2016, la part de l’agriculture dans le Produit Intérieur Brut (PIB) français a chuté de 8,4 % en 2016, selon l’Insee. Explications.

Rédigé par Nathalie Jouet, le 7 Jul 2017, à 10 h 25 min

2016 a été une mauvaise année pour les agriculteurs. En effet, certaines récoltes, principalement céréalières, ont atteint des niveaux historiquement bas. Cela s’explique en large partie par les conditions météorologiques défavorables. Par ailleurs, la diminution des charges n’a pas suffi à compenser la faible production agricole, ni la baisse des prix.

Des récoltes de céréales historiquement faibles

Alors qu’en 2015 la part de l’agriculture dans le PIB était estimée à 36 milliards d’euros, en 2016, sa valeur ajoutée a baissé de 8,4 %, soit trois milliards d’euros de moins. Cette baisse globale recouvre toutefois d’importantes disparités selon les secteurs. Le secteur végétal connaît la plus forte chute de 8,7 %, « en raison principalement des très mauvaises récoltes en grandes cultures et en vins« , précise l’Insee. Les récoltes de céréales ont été exceptionnellement faibles puisqu’elles ont chuté de plus de 25 %, notamment pour le blé tendre. Ce sont les rendements les plus faibles depuis 30 ans.

Découvrez les chiffres de la production de blé et de la production de maïs en France sur le Planetoscope

Les productions de maïs (-15 %), d’orge (-20,2 %) et de vin (-5,6 %) sont elles aussi en recul par rapport à l’année précédente. La météo avec le « gel tardif de printemps« , la « grêle » et la « sécheresse » ont impacté la bonne tenue des récoltes. Un peu mieux lotie, la valeur de la production animale affiche seulement un repli de 4,7 %. Ce chiffre s’explique avant tout par la baisse des prix qui a affecté à la fois les producteurs de lait, les éleveurs de bovins et de volailles.

Agriculture : des pertes non compensées par les subventions

Plus de 9,4 milliards d’euros de subventions agricoles ont été versées en 2016, un chiffre en baisse de 2,4 % sur un an. Si cette même année, les charges des agriculteurs ont diminué, cela n’a pas permis de compenser les pertes de production. 2016 restera donc une année sombre pour l’agriculture française. Pour autant, il pourrait y avoir une évolution positive en 2017.

production agricole 2016

© Braslavets Denys

Dans une note publiée le 20 juin 2017, l’Insee fait état d’une conjoncture économique favorable qui se répercuterait sur l’agriculture. Au premier trimestre 2017, la production agricole française a déjà augmenté de 2,4 %. Si les conditions météorologiques restent normales, cette dernière continuera d’augmenter au cours de l’année, selon l’institut. Par ailleurs, à l’issue du rendez-vous des états généraux de l’alimentation qui aura lieu le 10 juillet prochain, un plan d’investissement de 5 milliards d’euros devrait être lancé pour répondre à la crise traversée par le secteur.

Illustration bannière : Moissonnage des blé – © CKP1001
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...




Aucun commentaire, soyez le premier à réagir ! Donnez votre avis

Moi aussi je donne mon avis