Le prix du thon rouge passe à l’orange

Le prix du thon rouge passe à l'orange

Lors de la traditionnelle et très médiatisée vente des thons rouge de la criée de Tsukiji au Japon, le prix du thon rouge a fortement baissé pour la première fois depuis longtemps . Est-ce une bonne nouvelle ? Pas si sûr…

Le prix du thon rouge s’écroule…

10 millions de yen, soit 70.000 euros. Tel est le prix minimum strict du thon rouge sur le plus grand marché aux poissons du monde, celui de Tsukiji à Tokyo, la capitale japonaise. En janvier 2013, un thon rouge de 222 kilos avait été acheté à 155,4 millions de yen, soit plus d’un million d’euros et plus de 4500 euros le kilos. L’acquéreur était Kiyoshi Kimura, patron de la chaîne de restaurants de sushis Zanmai et gagnant des trois dernières enchères en date.

© CC, Ovc

© CC, Ovc

Pour la première fois en cinq ans, le prix du thon rouge a pourtant chuté fortement : -95 % par rapport à janvier 2013. Lors de la première criée de 2014, dimanche 5 janvier, un thon rouge de 230 kilos a ainsi été vendu 7,36 millions de yens, soit environ 51.000 euros et un prix au kilos de 220 euros.

On est donc très loin de la fièvre acheteuse de janvier 2013 mais il ne faut pas se leurrer : c’est un phénomène temporaire. Certes c’est à Tsukiji qu’il est au plus cher, mais si le prix baisse en janvier 2014, le poisson reste surexploité.

Une fausse baisse… car la demande reste forte

Ponctuellement, la demande de thon rouge reste atone et l’offre connaît un mieux. Mais à long terme, cet équilibre ne penche pas en faveur de l’espèce.

© CC, Derek Mawhinney

© CC, Derek Mawhinney

Pour les locaux, ce n’est pas une question de goût ou de santé, même si Fukushima reste forcément à l’esprit…

Selon les journaux locaux, la qualité du poisson serait aussi bonne que d’habitude. Mais l’offre a augmenté, et notamment celle de thons rouge pêchés au large de la ville de Oma, située dans la province de Aomori, au nord de Honshū, la plus grande île de l’archipel.

Cette augmentation du thon rouge disponible a en partie fait chuter les prix.

> Suite : Un phénomène exceptionnel ou un réel changement ?