Philippe Starck, green designer

Philippe Starck, green designer

Philippe Starck est né à Paris en 1949. Il est connu dans le monde entier depuis les années 80, tant pour ses qualités de décorateur d’intérieur que pour sa production et conception de biens de la vie courante. Vous souvenez-vous de son fameux presse-agrumes ou encore de son fauteuil tripode ?

Précurseur en matière d’écologie, la protection des ressources naturelles est l’une des préoccupations du designer français Philippe Starck depuis plus de 25 ans.

Philippe Starck, inventeur du concept d'”écologie démocratique”

La volonté de Starck : “Créer des objets de haute-technologie écologiques et à des prix abordables”. Selon lui, un produit écologique doit aussi être un bel objet, car l‘écologie ne doit pas être perçue comme une punition, elle doit être source de plaisir également.

Philippe Starck clame haut et fort que l’écologie est et doit être l’affaire de tous et que l’effort financier ne doit pas être un frein aux efforts à accomplir pour protéger la planète. Dans l’idée, c’est très louable. Pour autant, le designer propose des produits loin d’être à la portée de toutes les bourses.

L’éolienne éco-démocratique, un beau projet, mais …

Pour Philippe Starck, l’écologie est l’affaire de tous, et chacun doit changer son comportement. Mais, si les écogestes au quotidien sont peu contraignants, aller plus loin reste à combat difficile à mener.
“Trier ses ordures, prendre une douche au lieu d’un bain, fermer ses interrupteurs, c’est à peu près tout ce que le commun des mortels peut faire. Mais entrer dans le combat écologique avec des actes de réelle économie et de production d’énergie, là, ça commence à être complexe. C’est ce qui m’intéresse“.
L’idée du designer : offrir au marché une éolienne à la portée de tous et qui couvrirait 10 à 60 % des besoins d’un foyer. Se la procurer serait aussi facile que l’achat d’un nouveau PC pour la maison.

Et pourtant, l’éolienne qui devait se vendre pour 300 ou 400€ affiche un coût réel de 7500€ ! Loin d’être un gadget qu’on achète sur un coup de tête, à la caisse du supermarché donc.
Cependant, le modèle français reste moins cher que ses concurrents américains ou allemands qui coûtent 12 à 13 000 euros

*

La suite p.2 > Une conscience écologique de toujours