Le palmier dattier, la plante multifacettes

Le palmier dattier, depuis toujours synonyme de prospérité, est considéré comme l’une des plus anciennes espèces fruitières du Maroc. Outre les dattes que nous connaissons et qui possèdent bien des vertus, cette plante des oasis sahariennes renferment d’autres richesses bonnes à connaître…

Le palmier dattier et ses multiples facettes

Le palmier dattier,  typiquement cultivé dans les oasis sahariennes, n’est pas un arbre mais un monocotylédone pérenne de l’ordre des palmales.

La culture du palmier dattier représente une des spéculations agricoles au niveau des zones sahariennes et présahariennes les plus importantes et occupait, il y a plus d’un siècle, une superficie de plus de 15 millions de pieds plaçant le Maroc au 3ème rang mondial en matière de production de dattes.

Le palmier dattier, allié de l’environnement

Le palmier dattier est "la structure de base de l’agronomie des oasis marocaines par la création d’un microclimat" essentiel au bon développement des cultures sous-jacentes. Par ailleurs, outre leur pouvoir de désalinisation des sols, les palmier dattiers sont peu exigeants en ressources hydriques et en terre fertile, et ils savent s’adapter aux aléas climatiques et environnementaux.

Palmiers dattiers

Dans l’Antiquité,  les troncs étaient utilisés dans la construction des maisons, des bateaux et des canalisations après évidage, les restes des régimes nourrissaient le bétail, et la partie superficielle du tronc servait à la fabrication de cordages, de paniers et de nattes. De plus, les habitants du Sahara utilisaient la fibre du palmier dattier pour en faire du tissu.

La datte, entre fruit santé et biocarburant

Riche en eau (70 %), la datte est un fruit du désert à la chair généreuse, bien fourni en vitamines B, magnésium, fer, fibres et potassium, permettant un apport énergétique non négligeable tout en luttant contre l’anémie et la constipation. Cultivée depuis pas moins de 4000 ans au Moyen Orient, la datte s’avère aussi être un très bon combustible…

En effet, l’Algérien Brahim Zitouni, à la tête de la société Oasis Ltd située à Dubaï, avait envisagé il y a peu de mettre en service début 2011 en Algérie la première unité au monde de production de nakhoil (coût du projet : 22 millions d’euros), un bioéthanol à base…de dattes. Non polluant, il devait permettre entre autres de lutter contre la désertification grâce à l’extension de la culture du palmier-dattier sur les terres semi-arides. Mais le ministère de l’Energie se serait rétracté sans aucune explication.

Dommage, à titre expérimental, des voitures avaient même étaient mises en service, roulant avec un mélange formé à 85 % de ce nouveau biocarburant et de 15 % d’essence, sans besoin de modifications portées sur le moteur…

Le saviez-vous ?

  • L’Algérie récolte 300 000 tonnes de dattes par an,
  • La France est le plus gros importateur et consommateur de dattes en Europe,
  • Les dattes augmenteraient le volume de lait maternel à la naissance !
  • Les musulmans ont pour tradition de rompre leur jeûne avec de l’eau et des dattes.

Que ce soit au Proche-Orient, au Moyen-Orient mais aussi en Afrique du Nord, la datte continue de jouer un rôle non négligeable : elle est produite dans 34 pays, dont’Égypte, l’Iran et l’Arabie saoudite.

Lire également

Article sur le palmier dattier rédigé par Elwina, septembre 2009

encycloachat du coeur