Marion Cotillard voit la vie en vert

Marion Cotillard voit la vie en vert

Suite de notre série sur les stars écolo.

Avant de voir la vie en rose, « La môme », l’a vu en vert.  Sa sensibilité aux questions d’environnement remonte à 2001 et se concrétise au quotidien, par les mêmes petits gestes que tout un chacun. Et par un militantisme de tous les jours.

Qui a dit que les stars, même avec Oscar, ont la grosse tête ?

Marion Cotillard, une actrice à la conscience précoce

marion-cottilard-diorMarion Cotillard est née le 30 septembre 1975 à Paris et a été élevée dans le Loiret, auprès de grands-parents maraîchers et de parents sensibilisés aux questions d’environnement.

C’est là que son amour pour la nature a grandi : elle en a d’ailleurs pris conscience en quittant la campagne pour s’installer dans la capitale. C’est alors que la colère a commencé à la faire réagir.

« J’ai reçu une éducation basée sur le respect. De soi, des autres, de l’endroit où l’on vit ».

En révolte contre le style de vie des citadins occidentaux

C’est le style de vie aseptisé, basé sur la consommation jamais satisfaite qui fait réagir la jeune provinciale. A Paris, Marion Cotillard s’intéresse à la distribution des eaux et aux substances chimiques qu’elle craint d’y voir.

plastiquesElle refuse les sacs plastiques et se pose la question des plastiques et de leur recyclage en tentant de faire une émission de  TV sur la question. En vain.

En faisant ses courses, elle s’interroge sur la masse d’emballages à  laquelle les Parisiens ne semblent pas faire attention. Elle commence à accumuler des livres et de la documentation sur les questions « vertes » : à l’époque on la considère un peu « hippie », voire comme une allumée.

La jeune Marion Cotillard est alors en colère et ne se rassérène un peu que quand la question du réchauffement climatique passe sur le devant de la scène. Elle se sent confortée et en phase par les discours d’Al Gore, de Nicolas Hulot, par les conclusions du GIEC et de la communauté scientifique sur le changement climatique.

Des petits gestes quotidiens pour sauver la planète

Ses efforts quotidiens pour faire « des petits gestes qui comptent » se trouvent légitimés :

« Ma colère s’est adoucie. La prise de conscience actuelle me rassure. »

Car depuis longtemps, elle fait attention à économiser l’eau en prenant une douche plutôt qu’un bain, à trier ses ordures avec attention, à éviter les emballages, éteindre la lumière, …
*

La suite > Marion Cotillard, une locavore à Paris