Marion Cotillard voit la vie en vert

Rédigé par Jean-Marie, le 10 Jun 2011, à 9 h 54 min

 

Une locavore à Paris

De sa conviction « qu’il est important de réapprendre à se connecter avec la nature, avec ce que l’on mange, ce que l’on boit, ce que l’on consomme », découle tout naturellement un effort pour manger de la nourriture locale à chaque fois qu’elle le peut.

Elle recherche des produits 100 % naturels.

En France, vous pouvez la croiser chez Biocoop. Dans sa salle de bain, ce sont les produits cosmétiques LogonaDr Hauschka ou de la Pierre Blanche que vous trouverez.

Et c’est ainsi que de l’alimentation et de préoccupations très locales Marion, jeune Parisienne à la carrière prometteuse, passe à une dimension planétaire.

En 2001, elle décide de soutenir le combat de Greenpeace et d’apporter sa notoriété à la défense de l’Amazonie, à la dénonciation de la chasse à la baleine, à la protection des forêts primaires.  Elle sera la porte-parole de l’ONG.

De la parole à l’action

marion-cotillard-forets

M. Cotillard se rend au Congo

La jolie Marion Cotillard ne se paie pas que de mots et elle sait, au-delà de ses éco-gestes quotidiens, aller sur le terrain pour défendre les causes environnementales.

« Nous devons prendre nos responsabilités. On ne peut plus se dire que le réchauffement climatique n’est qu’un phénomène normal. On n’a pas le droit d’être fataliste« , affirme-t-elle à longueur d’interviews.

Elle achète une parcelle de forêt amazonienne sur laquelle elle parraine 150 arbres replantés. L’arbre est en effet pour Marion une figure symbolique forte : « la protection des forêt n’est pas une lubie, mais une question de survie pour l’homme »

marion-cotillard-natureSa sensibilité et son cheminement donnent une couleur de plus en plus politique et prosélyte à ses convictions. C’est assez logiquement qu’elle rejoint les positions des écologistes « durs » comme par exemple le refus des OGMJe trouve aberrant qu’on ait l’idée de modifier génétiquement le vivant »).

Le sort du Bengladesh l’inquiète :
« Le Bengladesh est emblématique du désastre écologique […] La montée des eaux va entraîner le déplacement de 35 millions de personnes d’ici à 2050. Où vont-ils aller ? Que vont-ils manger ? Quelles nouvelles guerres cela va-t-il déclencher ? »

Il n’est pas de causes écologiques qui lui soient étrangères : les pesticides, la disparition des abeilles, les jets de mégots ou de papiers dans la rue, le rejet de la fourrure, le commerce équitable, etc. Seul le combat  – celui de Natalie Portman – contre les matières animales dans les produits ne la motive pas réellement.

*

La suite > une écologiste qui refuse la politique

Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Jean-Marie Boucher est le fondateur de consoGlobe en 2005 avec le service de troc entre particuliers digitroc. Rapidement, il convertit ses proches et sa...

4 commentaires Donnez votre avis
  1. Les démarches accomplies dans le sens de la préservation de la planète sont déjà importantes tant que tout le monde s’y met un minimum, il ne faut quand même pas montrer du doigt ceux qui s’y engagent sous prétexte qu’ils ne vivent pas dans une yourte en élevant des chèvres et utilisant de l’huile de colza en guise de crème hydratante !
    Et vous… que faites-vous ?

  2. Quand on se sens aussi concerné, engagé…..pourquoi ne pas plutôt faire de la pub ou être l’égérie d’une marque de maquillage Bio !!!!!! Dior, Chanel, … forcément ça rapporte !!!!!

  3. J’ai de gros doutes sur l’authenticité des réponses de la « people » Cotillard. Il ne faudrait pas oublier qu’il y a peu de temps cette soi-disant écolo niait l’existence des chambres à gaz dans les camps de concentration. Ca en dit long sur son niveau intellectuel !

    • Jean-Marie

      Je ne suis pas au courant de ces propos sur les chambres à gaz, en revanche, toutes les citations et informations de l’article sont tout à fait authentiques.
      merci de votre fidélité

Moi aussi je donne mon avis