Jardins de Cocagne : un panier bio et solidaire adapté à vos besoins

Jardins de Cocagne : un panier bio et solidaire adapté à vos besoins

Tout le monde connaît les Amap, leurs paniers de légumes bio et les liens sociaux privilégiés entre les adhérents et l’agriculteur. Moins connus, les jardins de Cocagne méritent pourtant toute notre attention. La rédaction de consoGlobe vous propose aujourd’hui de rencontrer Laurent Durrieu, directeur adjoint de l’association Les Jardins du Girou de Gragnague, village bien agréable de la région Midi-Pyrénées. Interview exclusive.

Le panier bio autrement, par le réseau des Jardins de Cocagne

Votre association “Les Jardins du Girou” fait partie du réseau des Jardins de Cocagne. Pourriez-vous nous en expliquer les principes et le fonctionnement ?

Le réseau Cocagne regroupe 110 jardins sur l’ensemble du territoire français.

Les Jardins de Cocagne, c’est :

  • Une association à but non lucratif qui porte des projets hybrides visant au développement de l’agriculture biologique, ainsi qu’à une production locale destinée à des consommateurs locaux, en partenariat avec d’autres agriculteurs biologiques (pour l’échange de savoirs techniques, le prêt de matériel, l’échange de produits,…).
  • Un projet humain d’emploi, de formation et d’accompagnement pour des adultes qui ont besoin d’un coup de pouce à un moment de leur vie, de la part d’une entreprise agricole désireuse de leur donner leur chance. Ces personnes sont salariées, elles travaillent dans le jardin pendant deux ans maximum et sont accompagnées en parallèle pour l’après-jardin. Elles peuvent ainsi explorer et tester des pistes professionnelles, et construire un projet réaliste et durable.
  • Un projet d’entreprise classique, à pérenniser.
Lutter contre les exclusions et la précarité en mobilisant les conditions d’un retour à l’emploi durable, chez des femmes et des hommes en difficultés sociales et professionnelles, dans le cadre d’une activité de travail valorisante.
Extrait de la Charte des Jardins de Cocagne.

Quelle est l’histoire de la création des Jardins du Girou de Gragnague ?

À la base du projet, on trouve l’entreprise ASF (Autoroutes du Sud de la France), qui soutient déjà d’autres jardins de Cocagne. Pour valoriser ses espaces fonciers disponibles, l’entreprise nous a proposé le prêt de 2,5 ha de terrain agricole. Cette proposition a lancé le projet, même si nous ne l’avons pas retenue car nous avons besoin d’un espace agricole de 5 ha minimum.

panier-bio-reseau-jardins-de-cocagne-01

C’est grâce à l’aide d’un certain nombre d’entreprises, d’élus, d’un agriculteur dynamique séduit par le projet, M. Gerbert, de la communauté de communes, d’un groupement foncier (le GFA Bellevue), qui a mis à notre disposition les 5 ha de terres dont nous avions besoin, que le projet a réellement débuté.

La fondation Terre de Liens [1] a permis d’acquérir ces terres sans nécessiter d’emprunt de notre part. Une campagne d’appel aux dons est toujours en cours, car il reste encore la moitié de la somme à verser pour l’achat des terres. Les lecteurs de consoGlobe peuvent contacter la fondation Terre de Liens s’ils souhaitent nous aider. Nous les en remercions vivement à l’avance.

Honnêtement, il faut reconnaître que c’est une belle prouesse que de faire se rejoindre tous ces acteurs. Il aura fallu deux ans pour tout mettre en place et enfin créer l’association. La forte mobilisation de tous a été un facteur déterminant dans la création des Jardins du Girou.

Par le biais du groupement d’employeurs Gestes, nous bénéficions de l’expérience de deux autres jardins de Cocagne plus anciens dans la région pour tout ce qui concerne les fonctions de direction. Les Jardins du Girou sont composés de deux permanents (encadrants pédagogiques) et d’une quinzaine de salariés.

Combien de paniers bio distribuez-vous par semaine ? A quels prix ?

Nous comptons déjà une centaine d’adhérents. Notre objectif pour 2015 est d’atteindre 200 adhérents afin que l’association soit pérenne financièrement.

panier-bio-reseau-jardins-de-cocagne-02

Nous proposons des petits paniers « couple » à 10 € et des paniers plus grands « famille » à 15 €. Les prix pratiqués sont affichés en toute transparence sur notre site Internet, par produit et au kilo [2]. Ainsi, nos adhérents peuvent comparer librement les prix.

Notons que le différentiel de prix – entre 20 et 30 % plus cher entre les légumes biologiques et les légumes traditionnels – est en train de se réduire. Le bio tend de plus en plus à se démocratiser.

Que contiennent ces paniers bio ? Les consommateurs ont-ils leur mot à dire ?

Nos paniers contiennent des légumes frais de saison, produits localement (4 à 6 légumes).

Nos partenariats avec d’autres agriculteurs locaux nous permettent de varier les contenus des paniers et de proposer parfois des fruits (pommes, kiwis,…) et des produits très appréciés comme des jus de pomme, des noix ou des pots de confiture.

Bien sûr qu’ils ont leur mot à dire, nos locavores ! En début de saison, nous interrogeons nos adhérents sur leurs préférences, via notre site Internet. Cela nous permet d’affiner nos plans de culture, mutualisés sur les trois jardins de la région.

panier-bio-reseau-jardins-de-cocagne-03

Ainsi, nous collons au mieux aux besoins des consommateurs. Par exemple, nous savons que nos adhérents ne souhaitent pas trouver dans leurs paniers une quantité trop importante d’épinards ou de choux de Bruxelles pendant une longue période, même si c’est la saison.

Nous avons bien conscience que si nos adhérents sont heureux des légumes qu’ils trouvent dans leurs paniers chaque semaine, ils nous resteront fidèles. Et c’est bien notre objectif, être durables.

Les légumes sont-ils vraiment biologiques ?

Tout à fait. Nous bénéficions du label AB et nous sommes contrôlés régulièrement par Veritas. Les sols ont été analysés avant le début des cultures et nous respectons le cahier des charges de l’agriculture biologique : aucun désherbage chimique, aucune utilisation de pesticides, et préservation de la qualité des sols, de l’eau et des écosystèmes.

Quelles différences entre Jardins de Cocagne et Amap ?

Nous proposons davantage de souplesse à nos adhérents. L’objectif de notre panier, c’est d’être pratique :

  • Lieu de dépôt à proximité des adhérents et si possible sans contrainte horaire (dans un commerce par exemple)
  • Possibilité de suspendre la livraison des paniers pendant les vacances
  • Plans de culture adaptés aux goûts et aux besoins des consommateurs
  • Partenariat avec d’autres agriculteurs pour diversifier l’offre
  • Possibilité de quitter l’association à tout moment de l’année, sans pénalité.
  • De cette façon, nous gommons un maximum de contraintes et nous nous assurons de la fidélité de nos adhérents.

Séduits ? C’est le moment de vérifier si un jardin de Cocagne est situé près de chez vous !

Sources : [1] http://www.terredeliens.org/la-fondation // [2] http://www.jardinsdugirou.org/