Ecopsychologie : de quoi parle-t-on ?

Ecopsychologie : de quoi parle-t-on ?

Crise écologique oblige, l’écopsychologie débarque en France. Née du postulat que l’Homme s’est éloigné de la Nature, l’écopsychologie est un concept apparu outre atlantique au début des années 90. Elle tente de démontrer le lien entre la souffrance des Hommes et celle de la planète.
Cette nouvelle discipline des sciences humaines se situe à la frontière de la philosophie environnementale, de la psychologie et de l’écologie.

L’écopsychologie puise son essence dans les réflexions conjointes de deux psychiatres, Allen Kanner et Mary E. Gomes et d’un écrivain, Théodore Roszac ; eux même inspirés par Gregory Bateson, psychologue, anthropologue, épistémologue et grand spécialiste de la théorie des systèmes appliquée aux sciences sociales.

La faute au progrès

Au commencement, il y eut la Terre. Puis vint l’Homme. En ces temps lointains, tous deux vivaient en parfaite synergie. Quelques millénaires plus tard  le progrès fît son arrivée, qui aurait éloigné l’Homme de sa Mère nourricière.

Les “écopsys” dressent un parallèle entre l’évolution de l’humanité et celle d’un enfant. Durant les premières années, l’enfant, dépendant de sa maman entretien une relation fusionnelle avec elle. Puis vient l’adolescence et son désir d’indépendance. C’est ce désir de nouveauté qui a engendré une rupture avec l’environnement.

Le concept d’écopsychologie explique ainsi que le progrès est responsable des aliénations de notre ère :  surconsommation, stress, anxiété etc.

L’écopsychologie vise à guérir l’individu en lui permettant de vivre dans une société plus saine et plus soutenable. Il le pourra à condition de renouer avec la Nature.