Viande de cheval : un vaste réseau démantelé en Europe

Europol annonce avoir démantelé un réseau criminel vendant de la viande de cheval impropre à la consommation.

Rédigé par Anton Kunin, le 17 Jul 2017, à 10 h 15 min

Le réseau criminel agissant à travers l’Europe aurait empoché 20 millions d’euros par an.

Le circuit parallèle de viande de cheval était Européen

Le scandale Spanghero qui a secoué l’Europe en 2013, n’est pas en passe d’être oublié, en tout cas, pas par les forces de l’ordre. Pendant l’été 2016, un Néerlandais, le probable “cerveau” d’un réseau criminel qui commercialisait de la viande de cheval impropre à la consommation, avait pu être identifié. Mais malgré la mobilisation des polices de plusieurs pays européens, son arrestation s’avérait jusqu’ici impossible. C’est désormais chose faite : l’homme a été arrêté par la Garde civile espagnole à Alicante en Espagne. C’est de là qu’il gérait les transactions et le transport à travers l’Europe de viande provenant de chevaux malades, âgés ou tout simplement estimés “impropres à la consommation” par les vétérinaires.

Le réseau criminel achetait des chevaux au Portugal et en Espagne. Après le passage dans un abattoir “spécifique”, leur viande était acheminée en Belgique, la “plaque tournante” du commerce de la viande de cheval. Durant ce processus, les puces servant à l’identification des produits et la documentation étaient faussées.

viande de cheval

Un vieux cheval © Zeljko Radojko

La vaste opération de police s’est soldée par 65 arrestations

Pour cette opération initiée par la Garde civile espagnole et coordonnée par Europol, les polices de plusieurs pays ont été mobilisées (France, Portugal, Italie, Roumanie, Suisse et Angleterre) . En Espagne, 65 personnes ont été arrêtées. Elles sont accusées de maltraitance animale, de production de faux, d’atteintes à la santé publique, de blanchiment d’argent et d’appartenance à une association de malfaiteurs. Plusieurs comptes bancaires ont été gelés et plusieurs biens ont été saisis, dont cinq voitures de luxe récemment acquises.

Des échantillons ont été prélevés dans un abattoir espagnol, des entrepôts en Belgique et des usines de transformation ailleurs en Europe. L’aspect identique des différents échantillons a permis de conclure qu’il s’agissait d’une viande issue des mêmes chevaux impropres à la consommation.

Illustration bannière : Sashimis de viande de cheval – © gnoparus
Pour vous c'est un clic, pour nous c'est beaucoup !
consoGlobe vous recommande aussi...



Journaliste de formation, Anton écrit des articles sur le changement climatique, la pollution, les énergies, les transports, ainsi que sur les animaux et la...

Aucun commentaire, soyez le premier à réagir ! Donnez votre avis

Moi aussi je donne mon avis